BpiFrance devrait ainsi prochainement céder 1,9% du capital de l'opérateur orange, à raison de 11,60 euros par action, lui permettant de récupérer près de 584 millions d'euros.

Orange-logo "Le transfert au secteur privé d'une part du capital de la société Orange s'effectuera par cession par Bpifrance Participations de 50 328 822 actions représentant 1,90 % du capital par placement en France et à l'étranger, garanti par un syndicat bancaire, au prix unitaire de 11,60 " stipulait l'annonce parue au journal officiel vendredi dernier.

La Banque publique d'investissement avait annoncé souhaiter se désengager partiellement de sa participation dans Orange le 30 septembre dernier. Après la transaction, la Bpifrance détiendra encore 11,6 % de l'opérateur historique, et 25,04 % conjointement avec l'État français.

Les syndicats CFE-CGC ont déjà partagé leur mécontentement et partagé leurs inquiétudes au ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, dans une lettre et indiqué " nous déplorons ce nouveau désengagement de l'Etat ", assortie d'une demande de suspension du dividende.

Ils pointent également du doigt le fait que la cession opérée doive se faire au profit prioritaire des salariés d'Orange : " La loi n°96-660 du 26 juillet 1996, relative à la privatisation de France Telecom stipule que 10 % des cessions de capital par l'État doivent être réservées aux personnels de l'entreprise."