Si l'introduction en bourse du réseau Facebook n'a pas été l'Eldorado espéré, le titre plongeant rapidement sous son cours d'introduction, les premiers investisseurs ont eu un autre motif de mécontentement : le dysfonctionnement de la plate-forme Nasdaq durant la première demi-heure de cotation du réseau social.

La plate-forme a croulé sous l'afflux des ordres boursiers et est devenue muette pendant le temps de l'entrée en bourse, laissant les opérateurs dans le flou, sans savoir si les opérations étaient réalisées ou non.


Nasdaq logo proFace à la colère d'un groupe d'investisseurs évaluant les pertes à 100 millions de dollars ( voire 200 millions de dollars ), le gestionnaire de la plate-forme Nasdaq s'est d'abord excusé avant de proposer un plan d'indemnisation. Problème, il ne dispose que de 14 millions de dollars environ en cash.

Il avait alors fait une proposition d'indemnisation à hauteur de 40 millions de dollars, en utilisant la réserve de cash et en proposant des ristournes sur le prix des ordres boursiers pour le reste. Ce plan n'a convaincu personne, obligeant à sa révision.

Selon Fox Business Channel, Nasdaq OMX Group devrait formuler la semaine prochaine un nouveau plan d'indemnisation en concertation avec la SEC ( Securities and Exchange Commission ), le gendarme boursier aux Etats-Unis.

Et des 40 millions de dollars initiaux, le nouveau projet devrait cette fois atteindre les 100 millions de dollars, et cette fois uniquement en monnaie sonnante et trébuchante, la proposition de ristournes ayant été considérée comme un moyen de forcer les sociétés à utiliser la plate-forme Nasdaq.

Source : Reuters