fibres optiquesCe sera donc également l’une des attributions du fraîchement nommé secrétaire d’Etat à l’économie numérique : taper du poing sur la table. Il faut dire qu’Eric Besson n’a pas d’autre choix, suite à la présentation au Conseil des ministres de projet de loi de modernisation de l’économie (LME) et son volet réservé à l’Internet à Très Haut Débit. L’objectif affiché est ainsi d’au moins 4 millions de ménages abonnés d’ici 2012 et pour y arriver, il ne faudrait pas que le blocage de la concurrence sur ce marché porte préjudice. Un reproche formulé à l’encontre de France Télécom mais contesté par l’opérateur historique.


L’Arcep devra statuer
Peu importe, Eric Besson veut plus de clarté sur cette affaire et demande l’action de l’autorité des télécoms : " Je souhaite que l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) se saisisse très vite de deux points, à savoir les conventions-types qui fixeront les relations entre opérateurs télécoms et les co-propriétaires et la question du point physique de mutualisation des réseaux " (propos recueillis par l’AFP).

Sur le deuxième point, Besson a indiqué que c’était bien à l’Arcep de définir le point de mutualisation :  en pied d’immeuble, ou à l’extérieur de l’immeuble.