Dans un document Manifest V3 (pas encore finalisé), des modifications sont indiquées sur la manière dont les extensions fonctionnent dans Chrome. Google pousse ainsi vers un changement profond pour le modèle des WebExtensions.

Chrome-Web-StoreCe document n'est pas nouveau et Google avait déjà évoqué ce sujet l'année dernière pour une introduction en 2019, avec pour ambition de renforcer la sécurité, la confidentialité et garantir les performances. Pourtant, une polémique est récemment apparue. Elle est en rapport avec l'API webRequest et des limitations afin que les bloqueurs de contenu utilisent à la place la nouvelle API declarativeNetRequest dans les extensions.

Cette nouvelle API " permet aux extensions d'indiquer à Chrome ce qu'il doit faire avec une requête donnée, plutôt que de demander à Chrome de transférer la requête à l'extension. " Google veut faire de declarativeNetRequest l'API principale de blocage de contenu dans les extensions.

Le problème est que pour Raymond Hill, si l'API declarativeNetRequest s'impose comme le seul moyen pour les bloqueurs de contenu d'opérer, il écrit que les extensions uBlock Origin et uMatrix qu'il maintient depuis des années ne pourront plus fonctionner.

D'autres développeurs de bloqueurs de pub - voire pour d'autres types d'extensions - ont également réagi dans le même sens. Raymond Hill souligne en outre qu'avec l'API declarativeNetRequest, le nombre maximum de règles qu'une extension peut spécifier est de 30 000, ce qui serait par exemple insuffisant pour la liste de blocage EasyList.

Si certains ont estimé que Adblock Plus ne serait pas impacté, l'intéressé a précisé que les modifications proposées l'affecteront de la même manière que n'importe quel autre bloqueur de pub.

Rien n'est gravé dans le marbre pour autant. Le document Manifest V3 est encore à l'état de brouillon et Google souligne travailler avec les développeurs sur les changements à venir.

À 9to5Google, un porte-parole de Google a déclaré : " Nous voulons nous assurer que tous les cas d'utilisation fondamentaux sont toujours possibles avec ces changements et nous travaillons avec les développeurs d'extensions pour nous assurer que leurs extensions continuent de fonctionner. "

Rappelons en tout cas que c'est à partir du 9 juillet prochain que le bloqueur de publicités intégré dans Google Chrome sera actif à l'échelle mondiale.