Le professeur Hidetoshi Katori de l'Université de Tokyo et son équipe viennent d'annoncer la mise au point de deux horloges à la précision si "parfaite" qu'elles pourraient facilement remplacer l'horloge atomique sur laquelle se basent tous les pays du monde.

Horloge Japon Selon les chercheurs, les deux horloges créées ne dériveraient ainsi que d'une seconde en 16 milliards d'années. ( Jusqu'ici, l'horloge atomique la plus précise dérive d'une seconde tous les 13,8 milliards d'années, elle est toujours au stade expérimental depuis sa présentation en aout 2013).

La technologie développée par les scientifiques japonais est définie comme "cryogénique à réseaux optiques". Un réseau de machines utilise des lasers spéciaux pour piéger des atomes de strontium dans des structures microscopiques en forme de grilles. Un instrument mesure alors la fréquence de battement des atomes, qui définit ainsi une constante.

Le système implique un fonctionnement à des températures extrêmement basses de - 180 °C afin de réduire les impacts des ondes électromagnétiques et permettre d'assurer la précision des instruments.

Les scientifiques ont fait fonctionner les deux horloges pendant un mois pour observer leur comportement et tenter de définir la marge d'erreur, définie ainsi à une seconde tous les 16 milliards d'années. C'est beaucoup plus précis que les traditionnelles horloges atomiques au Césium qui affichent une dérive d'une seconde tous les 30 millions d'années.

Si cette technologie confirme son potentiel, elle pourrait permettre des avancées dans plusieurs domaines autres que la mesure du temps universel. La NASA pourrait ainsi localiser ses sondes avec plus de précision sur des distances plus longues, les GPS pourraient devenir beaucoup plus précis.