Un anniversaire approche... celui du noyau Linux qui va fêter ses 25 ans. Le 25 août 1991, un étudiant finlandais de 21 ans publiait un message dans un forum annonçant son travail sur un système d'exploitation gratuit basé sur Minix, un clone d'UNIX avec pour socle un micro-noyau à visée pédagogique.

Infographie-Fondation-Linux-annonce-Linus-TorvaldsCe " hobby " pour Linus Torvalds, qui était alors en quête de commentaires, n'avait pas vocation à l'origine à devenir un projet collaboratif. Le noyau Linux est pourtant devenu l'un des plus gros projets open source de la planète et dont l'informaticien désormais américano-finlandais est toujours le mainteneur principal.

Aujourd'hui, le noyau Linux est omniprésent et sait s'adapter aux évolutions technologiques. Certes son succès populaire sur l'ordinateur de bureau n'est pas véritablement au rendez-vous comme l'espère pourtant toujours Linus Torvalds mais Linux se marie avec les serveurs, les systèmes embarqués, les datacenters, l'Internet des Objets... Il règne en maître chez les supercalculateurs et il ne faudrait surtout pas oublier qu'il est le socle du système d'exploitation mobile Android.

Compte tenu de l'importance prise par Linux, même des chantres du logiciel propriétaire comme Microsoft sont quasiment dans l'obligation de faire ami-ami avec lui afin de lui accorder une place dans leurs développements et permettre des ponts.

De l'ordre de 10 000 lignes de code à ses débuts en 1991, le noyau Linux frôle désormais les 22 millions. Au cours de ces 15 derniers mois, plus de 3 millions de lignes de code ont été ajoutées à un rythme effréné de 7,8 changements par heure ! Une nouvelle version stable est publiée toutes les 9 à 10 semaines.

Dans la septième édition de son rapport intitulé Linux Kernel Development, la Fondation Linux - qui emploie Linus Torvalds - indique que la version stable actuelle 4.7 du noyau Linux a reçu 12 283 patchs par rapport à la version 4.6 précédente qui avait reçu 13 517 patchs.

Linus Torvalds ne signe désormais lui-même qu'une part infime du code. Depuis la version 3.19, il a ainsi signé 169 patchs, soit 0,2 % du total. La Linux Fondation écrit que c'est le reflet de l'augmentation d'un travail délégué aux mainteneurs des sous-systèmes qui s'occupent eux-mêmes des révisions et ajouts.

Sur un suivi démarré il y a onze ans, plus de 13 500 développeurs de plus de 1 300 entreprises différentes ont contribué au noyau Linux. Entre la version 3.19 et 4.7, les dix entreprises les plus actives en termes de contributions ont été : Intel, Red Hat, Linaro, Samsung, SUSE, IBM, Renesas Electronics, Google, AMD, Texas Instruments et ARM.

Le rapport de la Fondation Linux note que le volume des contributions des bénévoles - qui connaît un lent déclin depuis plusieurs années - est tombé à 7,7 % contre 11,8 % en 2014 et 14,6 % en 2012. Une certaine forme de professionnalisation mais pas de dégradation.