Logo NintendoLe piratage sur DS devient de plus en plus aisé grâce à des produits toujours plus simples d'utilisation, tels que le R4 ou encore le Supercard DS. Cependant, Nintendo a mené une opération de saisie à la source de la fabrication des linkers, à Hong Kong. Ayant trouvé une piste de collaboration avec des compagnies françaises, la firme de Kyoto a effectué des descentes dans diverses boutiques parisiennes et provinciales. Suite à cela, les boutiques en ligne ont pris la décision d'interrompre la commercialisation de ces produits.

L'ELSPA (Entertainment and Leisure Software Publishers Association), un organisme créé par des éditeurs britanniques chargé d'effectuer la classification des jeux, s'est récemment exprimé via le site Next-Gen au sujet du piratage sur DS et de son implication sur le marché de la consommation.


Le piratage n'atteint pas le grand public
R4 DS   ProduitLe représentant de l'Intellectual Property Crime Unit de l'ELSPA, John Hillier, a précédemment indiqué à Next-Gen que l'utilisation de linkers est largement ancrée sur le marché américain, avec pas moins de 90% de possesseurs de DS qui en profitent : « Les implications sont massives. Aux États-Unis, c'est probablement 90% d'utilisateurs de Nintendo DS qui jouent à des jeux piratés à cause du R4 ».

Cependant, Nintendo a décidé de rectifier les dires de J.Hillier en précisant que le taux est exagéré, le marché de la console portable n'étant pas véritablement touché par le piratage : « Tandis que le R4 et autres dispositifs de copiage de jeux sont disponibles et causent un souci à Nintendo, ils n'ont pas atteint le marché grand public, comme il a été indiqué. Nintendo continue à être agressif en entreprenant diverses actions pour protéger la créativité et l'innovation de ses développeurs de jeux mondialement connus ».
Source : Next-Gen