La reconnaissance faciale déployée dans les aéroports parisiens

Le par  |  16 commentaire(s)
aeroport-paris-sas-controle

Les sas de contrôle automatisés dans les aéroports parisiens activent la reconnaissance faciale. Une confrontation entre la photo du passeport biométrique et le visage détecté par une caméra.

Depuis le 22 juin 2018, dans le cadre du programme français Parafe (Passage automatisé rapide aux frontières extérieures), les sas de contrôle automatisés intègrent la technologie de reconnaissance faciale et plus seulement la reconnaissance des empreintes digitales.

En partenariat avec le ministère de l'Intérieur et Gelmato, le groupe ADP (anciennement Aéroports de Paris) a installé 78 sas Parafe sur les aéroports parisiens, soit 63 à Paris-Charles de Gaulle et 15 à Paris-Orly. Parmi ces sas, 46 proposent désormais la reconnaissance faciale.

En l'occurrence, cette reconnaissance faciale concerne 21 sas à Paris-Charles de Gaulle et 15 sas à Paris-Orly. D'ici à l'automne prochain, le groupe ADP va augmenter le nombre de sas disponibles pour atteindre un total de 95 et avec une activation de la reconnaissance faciale sur l'ensemble du parc.

En pratique, le passager positionne son passeport biométrique sur un lecteur et une première porte s'ouvre dans le sas. Une caméra détecte ensuite le visage et une seconde porte s'ouvre le cas échéant si le recoupement entre la photo du passeport et le visage détecté donne satisfaction.

Grâce à la reconnaissance faciale, le passage est censé prendre 10 à 15 secondes contre 30 à 45 secondes pour un sas avec reconnaissance des empreintes digitales.

Ce sont 45 % des passagers des aéroports parisiens qui sont éligibles à cette reconnaissance faciale (ressortissants majeurs de l'un des 28 pays de l'UE, Suisse, Islande, Liechtenstein et Norvège).

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2022211
Les humains ont été très efficace sur ce plan là
Mais les "ordinateurs" arriveront-ils à cerner les changements physiques des gens?
https://www.youtube.com/watch?v=OE0MwvfTIA0

J'pense pas
Le #2022214
Une question bête: Imaginons qu'une personne c'est fait refaire le nez (ou autre chose sur le visage) avec la chirurgie.

Cela ne va t'il pas perturber la machine?
Le #2022217
sebou a écrit :

Une question bête: Imaginons qu'une personne c'est fait refaire le nez (ou autre chose sur le visage) avec la chirurgie.

Cela ne va t'il pas perturber la machine?


cela dépend combien de points de ressemblance sont pris en compte (cela peut aller d'une très petite centaine pour les téléphones à plusieurs dizaines de milliers sur un appareil lambda).

C'est pour cela que généralement dans les cas de sécurité de ce genre (pour opposer aux moyens d'authentification biométrique) on met un nombre de points de comparaisons haut et les quelques cas ou on ne peut pas prendre de décision un humain est la pour donner la marche a suivre
Le #2022218
sebou a écrit :

Une question bête: Imaginons qu'une personne c'est fait refaire le nez (ou autre chose sur le visage) avec la chirurgie.

Cela ne va t'il pas perturber la machine?


Tu passes par le circuit habituel, plus long
Le #2022228
skynet a écrit :

sebou a écrit :

Une question bête: Imaginons qu'une personne c'est fait refaire le nez (ou autre chose sur le visage) avec la chirurgie.

Cela ne va t'il pas perturber la machine?


Tu passes par le circuit habituel, plus long


En fait derrière la rangée de portails, il y a un guichet avec un agent qui surveille ce qui se déroule dans chaque portail en temps réel et qui, en cas de couac, peut reprendre la main sur l'un d'eux et prendre une décision. En tous cas, à gare du nord c'est comme ça. Honnêtement, je pense qu'on nous ment encore un peu sur l'efficacité "automatique" de ces dispositifs.
Le #2022246
ca existe deja en belgique
et je peux vous dire que ca marche pas forcement bien
Le #2022286
Toute automatisation est bonne à prendre dans un monde où travailler est mal. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.
Le #2022294
cycnus a écrit :

Toute automatisation est bonne à prendre dans un monde où travailler est mal. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.


Dans le cas présent l'objectif est plus de diminuer les longues files d'attente et non pas de virer la police aux frontières.
Le #2022307
skynet a écrit :

cycnus a écrit :

Toute automatisation est bonne à prendre dans un monde où travailler est mal. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.


Dans le cas présent l'objectif est plus de diminuer les longues files d'attente et non pas de virer la police aux frontières.


Ca ne diminue pas du tout les files d'attente, il y a autant la queue devant ces portails que devant les guichets et les temps de traitement sont proches. Il faudrait installer genre 20 portails en parallèle pour voir une différence, là où tu ne peux pas mettre 20 agents. C'est bien une question de ressources humaines.
Le #2022322
ahtur a écrit :

skynet a écrit :

cycnus a écrit :

Toute automatisation est bonne à prendre dans un monde où travailler est mal. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.


Dans le cas présent l'objectif est plus de diminuer les longues files d'attente et non pas de virer la police aux frontières.


Ca ne diminue pas du tout les files d'attente, il y a autant la queue devant ces portails que devant les guichets et les temps de traitement sont proches. Il faudrait installer genre 20 portails en parallèle pour voir une différence, là où tu ne peux pas mettre 20 agents. C'est bien une question de ressources humaines.


Combien de temps pour un scan réussi ?
Combien de temps pour un examen des papiers par un humain ?

Bien sûr qu'on y gagne !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme