AlloCovid : une intelligence artificielle pour aider les malades par téléphone

Le par  |  7 commentaire(s)
intelligence artificielle

Afin de rassurer les Français et d'accélérer la prise en charge des malades, un nouveau service téléphonique basé sur l'intelligence artificielle est désormais disponible.

Les chercheurs de l'institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) de l'Université de Paris ont lancé hier AlloCovid, un service téléphonique encadré par une intelligence artificielle qui accompagne les personnes qui présentent les symptômes du Coronavirus.

Le numéro est accessible au 0 806 800 540 au prix d'un appel local 7 jours sur 7 24h sur 24. Au total, ce sont 1000 agents virtuels, des algorithmes qui prennent en charge les appels.

intelligence-artificielle-IA

Les IA posent une série de questions aux interlocuteurs qui permettent d'orienter un prédiagnostic avant de recommander, au besoin, d'appeler le 15 pour une prise en charge physique, de se rendre chez son généraliste ou de rester confiné.

Selon les créateurs, l'IA est ainsi capable de "détecter les signes de gravité de la maladie ainsi que les patients vulnérables nécessitant une attention particulière". Les coordonnées de l'appelant ne sont pas stockées, le numéro est ainsi détruit pour garantir l'anonymat, seul le code postal est conservé à des fins statistiques.

L'idée est de surveiller la propagation de l'épidémie et de constater d'éventuels foyers de résurgence afin de réagir plus vite. Le temps de réaction est un facteur clé dans l'éradication d'une épidémie.

L'ensemble du projet a été soumis à divers spécialistes de la protection des données pour se vouloir conforme aux réglementations nationales et européennes. Le service devrait également prochainement être porté sur Whatsapp pour gagner un peu plus en popularité.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2097898
Pas besoin d'être une intelligence pour répondre. Cette dénomination "intelligence artificielle" n'est pour le moment qu'une vaste tromperie pour les gogos. Il s'agit tout simplement d’algorithmes qui peuvent présenter une certaine complexité, mais en aucun cas comparable à une "intelligence", qui est justement la faculté de prendre des décisions (bonnes) face à des situations inattendues. Je vous conseille vivement de lire les trois premiers tomes (surtout les deux premiers) des "Fondation" d'Isaac Asimov qui a bien posé il y a plusieurs décennies la problématique de la dite "intelligence artificielle".
Le #2097899
Tout a fait d'accord avec lobo14 !!!
Pour moi, chaque fois qu'il y a une machine pour répondre c'est pour dissuader les gens d'appeler car elle pose bien des questions (comme toute hotline actuelle), les codeurs le savent bien, tout est à base de "si" et donc impossible de prendre une décisions qui n'aurait pas été prévu, et puis, forcément, les réponses ne peuvent être que simplistes et donc passer à coté.
Le #2097908
lobo14 a écrit :

Pas besoin d'être une intelligence pour répondre. Cette dénomination "intelligence artificielle" n'est pour le moment qu'une vaste tromperie pour les gogos. Il s'agit tout simplement d’algorithmes qui peuvent présenter une certaine complexité, mais en aucun cas comparable à une "intelligence", qui est justement la faculté de prendre des décisions (bonnes) face à des situations inattendues. Je vous conseille vivement de lire les trois premiers tomes (surtout les deux premiers) des "Fondation" d'Isaac Asimov qui a bien posé il y a plusieurs décennies la problématique de la dite "intelligence artificielle".


"IA" est très à la monde pour l'instant. Tout comme le terme "quantique". On l'est met à toutes les sauces pour donner une crédibilité pseudo-scientifique à tout et n'importe quoi !
Le #2097915
Ulysse2K a écrit :

lobo14 a écrit :

Pas besoin d'être une intelligence pour répondre. Cette dénomination "intelligence artificielle" n'est pour le moment qu'une vaste tromperie pour les gogos. Il s'agit tout simplement d’algorithmes qui peuvent présenter une certaine complexité, mais en aucun cas comparable à une "intelligence", qui est justement la faculté de prendre des décisions (bonnes) face à des situations inattendues. Je vous conseille vivement de lire les trois premiers tomes (surtout les deux premiers) des "Fondation" d'Isaac Asimov qui a bien posé il y a plusieurs décennies la problématique de la dite "intelligence artificielle".


"IA" est très à la monde pour l'instant. Tout comme le terme "quantique". On l'est met à toutes les sauces pour donner une crédibilité pseudo-scientifique à tout et n'importe quoi !


"quantique" est beaucoup plus crédible et réel. Malheureusement, aucun ouvrage y compris les mieux écrits en terme de vulgarisation ne peuvent faire comprendre l'équation de Schrödinger facilement, y compris à bien des gens ayant une bonne formation scientifique. Pour revenir à " l'IA" ça se résume effectivement à "si", "et", "ou", "oui", "non". Quand "peut être" apparaîtra, on pourra vraiment commencer à parler d'IA.
Le #2097917
Arf, c'est vrai que parfois c'est un argument marketing mais il ne faut pas tout jeter non plus...

Faits marquants depuis les années 2000
L'intelligence artificielle est un sujet d'actualité au xxie siècle. En 2004, l'Institut Singularity a lancé une campagne Internet appelée « Trois lois dangereuses » : « Three Laws Unsafe » (en lien avec les trois lois d'Asimov) pour sensibiliser aux questions de la problématique de l'intelligence artificielle et l'insuffisance des lois d'Asimov en particulier. (Singularity Institute for Artificial Intelligence 2004)22.

En 2005, le projet Blue Brain est lancé, il vise à simuler le cerveau des mammifères. Il s'agit d'une des méthodes envisagées pour réaliser une IA. Ils annoncent de plus comme objectif de fabriquer, dans dix ans, le premier « vrai » cerveau électronique23. En mars 2007, le gouvernement sud-coréen a annoncé que plus tard dans l'année, il émettrait une charte sur l'éthique des robots, afin de fixer des normes pour les utilisateurs et les fabricants. Selon Park Hye-Young, du ministère de l'Information et de la communication, la Charte reflète les trois lois d'Asimov : la tentative de définition des règles de base pour le développement futur de la robotique. En juillet 2009, en Californie une conférence organisée par l'Association for the Advancement of Artificial Intelligence (AAAI), où un groupe d'informaticiens se demande s'il devrait y avoir des limites sur la recherche qui pourrait conduire à la perte de l'emprise humaine sur les systèmes informatiques, et où il est également question de l'explosion de l'intelligence (artificielle) et du danger de la singularité technologique conduisant à un changement d'ère, ou de paradigme totalement en dehors du contrôle humain24,25.

En 2009, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a lancé un projet visant à repenser la recherche en intelligence artificielle. Il réunira des scientifiques qui ont eu du succès dans des domaines distincts de l'IA. Neil Gershenfeld déclare Nous voulons essentiellement revenir 30 ans en arrière, et de revoir quelques directions aujourd'hui gelées26.

En novembre 2009, l'US Air Force cherche à acquérir 2 200 PlayStation 327 pour utiliser le processeur cell à 7 ou 8 cœurs qu'elle contient dans le but d'augmenter les capacités de leur superordinateur constitué de 336 PlayStation 3 (total théorique 52,8 petaFLOPS en double précision). Le nombre sera réduit à 1 700 unités le 22 décembre 200928. Le projet vise le traitement vidéo haute-définition, et l'« informatique neuromorphique », ou la création de calculateurs avec des propriétés/fonctions similaires au cerveau humain27.

Le 27 janvier 2010, l'US Air Force demande l'aide de l'industrie pour développer une intelligence avancée de collecte d'information et avec la capacité de décision rapide pour aider les forces américaines pour attaquer ses ennemis rapidement à leurs points les plus vulnérables. L'US Air Force utilisera une intelligence artificielle, le raisonnement ontologique, et les procédures informatique basées sur la connaissance, ainsi que d'autres traitements de données avancés afin de frapper l'ennemi au meilleur point29. D'autre part, d’ici 2020, plus de mille bombardiers et chasseurs F-22 et F-35 de dernière génération, parmi plus de 2 500 avions militaires, commenceront à être équipés de sorte que, d’ici 2040, tous les avions de guerre américains soient pilotés par intelligence artificielle, en plus des 10 000 véhicules terrestres et des 7 000 dispositifs aériens commandés d'ores et déjà à distance30.

Le 16 février 2011, Watson, le superordinateur conçu par IBM, remporte deux des trois manches du jeu télévisé Jeopardy! en battant largement ses deux concurrents humains en gains cumulés. Pour cette IA, la performance a résidé dans le fait de répondre à des questions de culture générale (et non un domaine technique précis) dans des délais très courts. En février 2016, l'artiste et designer Aaron Siegel propose de faire de Watson un candidat à l'élection présidentielle américaine afin de lancer le débat sur le potentiel de l’intelligence artificielle dans la politique31.

En mai 2013, Google ouvre un laboratoire de recherches dans les locaux de la NASA. Grâce à un super calculateur quantique conçu par D-Wave Systems et qui serait d'après cette société 11 000 fois plus performant qu'un ordinateur actuel (de 2013)32, ils espèrent ainsi faire progresser l'intelligence artificielle, notamment l'apprentissage automatique. Raymond Kurzweil est engagé en décembre 2012 par Google afin de participer et d'améliorer l'apprentissage automatique des machines et des IA33.

Entre 2014 et 2015, à la suite du développement rapide du deep learning, et à l'encontre des penseurs transhumanistes, quelques scientifiques et membres de la communauté high tech craignent que l'intelligence artificielle ne vienne à terme dépasser les performances de l'intelligence humaine. Parmi eux, l'astrophysicien britannique Stephen Hawking34, le fondateur de Microsoft Bill Gates35 et le PDG de Tesla Elon Musk36.

Les géants de l'Internet s'intéressent de plus en plus à l'IA37. Le 3 janvier 2016, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est donné pour objectif de l’année de construire une intelligence artificielle simple pour piloter ma maison ou m’aider dans mon travail38. Il avait déjà créé en 2013 le laboratoire Facebook Artifical Intelligence Research (FAIR) dirigé par le chercheur français Yann Le Cun et ouvert un laboratoire de recherche permanente dans le domaine à Paris39.

Apple a de son côté récemment acquis plusieurs start-up du secteur (Perceptio, VocalIQ, Emotient et Turi)40.

En janvier 2018, des modèles d'intelligence artificielle développés par Microsoft et Alibaba réussissent chacun de leur côté à battre les humains dans un test de lecture et de compréhension de l'université Stanford. Le traitement du langage naturel imite la compréhension humaine des mots et des phrases et permet maintenant aux modèles d'apprentissage automatique de traiter de grandes quantités d'informations avant de fournir des réponses précises aux questions qui leur sont posées41.

En février 2019, l'institut de recherche OpenAI annonce avoir créé un programme d’intelligence artificielle capable de générer des textes tellement réalistes que cette technologie pourrait être dangereuse42,43. Si le logiciel est utilisé avec une intention malveillante, il peut générer facilement des fausses nouvelles très crédibles. Inquiet par l'utilisation qui pourrait en être faite, OpenAI préfère ne pas rendre public le code source du programme44.
Le #2097921
Le #2097927
Mouhai, j'ai l'impression qu'on confond intelligence et capacité de traitement....
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme