Ariane 6 : le vol inaugural avec trente satellites OneWeb

Le par  |  10 commentaire(s)
Ariane-6

Pour son vol inaugural au deuxième semestre 2020, le lanceur Ariane 6 embarquera trente satellites OneWeb. Le contrat a été signé avec deux options supplémentaires.

Le mois dernier, une fusée Soyouz commercialisée par Arianespace a permis de placer sur orbite terrestre basse les six premiers satellites de la constellation OneWeb. Suite à ce succès, Stéphane Israël, le patron d'Arianespace, avait annoncé un accord avec OneWeb pour compléter un accord initial de 2015.

Cet accord a été signé cette semaine. Comme attendu, pour son vol inaugural (et de qualification) prévu au second semestre 2020, le lanceur Ariane 6 dans sa version A62 (deux boosters d'appoint) embarquera trente satellites OneWeb.

Toujours à bord d'Ariane 6, le contrat commercial prévoit deux options supplémentaires à partir de 2023. Ces options utiliseront soit Ariane 62 avec jusqu'à 36 satellites à bord, soit Ariane 64 (quatre boosters) avec jusqu'à 78 satellites OneWeb.

Également cette semaine, OneWeb a annoncé une levée de fonds 1,25 milliard de dollars auprès de SoftBank, Grupo Salinas, Qualcomm Technologies et le gouvernement du Rwanda. Depuis le début du projet en 2015, OneWeb a levé 3,4 milliards de dollars auprès d'investisseurs.

La constellation initiale OneWeb sera constituée de 650 petits satellites en orbite terrestre basse de 148 kg chacun. Elle pourra ultérieurement être étendue à plus de 900 satellites en fonction de la demande mondiale. Le démarrage du service commercial est prévu pour 2021.

OneWeb ambitionne de fournir une connectivité pour tous et partout dans le monde, avec un service à haut débit et faible latence couvrant divers marchés.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2056478
Je reste sceptique. La latence sera toujours relativement élevée. Et surtout, la quantité de données sera vraisemblablement limitée. Auquel cas, ça ne peut aucunement remplacer un abonnement traditionnel. sans oublier que quand un satellite tombera en panne, le dépannage, ça sera pas en jours mais en mois ou en années.
Le #2056484
cycnus a écrit :

Je reste sceptique. La latence sera toujours relativement élevée. Et surtout, la quantité de données sera vraisemblablement limitée. Auquel cas, ça ne peut aucunement remplacer un abonnement traditionnel. sans oublier que quand un satellite tombera en panne, le dépannage, ça sera pas en jours mais en mois ou en années.


Les satellites seront redondants, ils ne lanceront pas le programme dès qu'ils auront le nombre minimum de satellite, mais il en auront toujours une peu plus, pour justement palier à ce genre de problèmes (comme Galileo ou GPS par exemple).
Le #2056486
cycnus a écrit :

Je reste sceptique. La latence sera toujours relativement élevée. Et surtout, la quantité de données sera vraisemblablement limitée. Auquel cas, ça ne peut aucunement remplacer un abonnement traditionnel. sans oublier que quand un satellite tombera en panne, le dépannage, ça sera pas en jours mais en mois ou en années.


La latence dépend de la hauteur de l'orbite.
Plus la constellation est grande, plus il est facile de boucher le trou d'une panne car ils sont mobiles ces petits monstres.
SpaceX en prévoit +7000, à 335 km d'altitude... en plus d'avoir l'avantage de ne pas à payer pour lancer.
Pour comparaison : un des grands fournisseurs ici dans l'est de l'Amérique du Nord est Xplornet, leur satellite conventionnel unique le plus récent est à 35 700 km! .. et le ping de 600-700 ms. Très pénible en effet.
Le #2056488
C'est un risque incompréhensible d'avoir une CU si précieuse pour un vol de qualification. C'est pas comme si les vols de qualification d'Ariane se passaient toujours bien... a chaque qualif, ou quasiment, ça pète, rappelez vous Ariane 5, la catastrophe... Donc cette prise de risque est juste insensée voir stupide. 30 satellites oneweb détruits, ça ferait très mal aux deux parties. On ne charge pas ça sur un vol de qualification d'une toute nouvelle fusée, désolé.

Au sujet des constellations, Starlink (celle de SpaceX) sera comprise entre 1150 et 1325 km d'altitude et non pas a 335, altitude de l'ISS ou l'orbite doit être rehaussée quasiment tout les ans.
Mais de toute façon la différence de latence au sol entre 335 km et 1200 km, c'est moins de 3 ms, quasiment rien. Il y a quasiment 30 fois cette latence entre la france et la cote est des USA dont plus de la moitié est le fait du matos (répéteurs/nœuds etc.), alors que la ligne directe d'un signal lumineux dans le vide ne mettrait que 20 ms normalement (pour ~6000 km). Ces constellations devraient donc abaisser le ping de toutes les connexions entre deux points distants de plusieurs milliers de kilomètres, mais augmenter le ping "national" (pour nous en france) par rapport a la fibre. Tout ça, c'est que des pouillèmes pas bien gros. Mais vous pourrez jouer confortablement (genre -de 100 ms) avec votre pote australien, quelle bonne nouvelle non !
... bon vous n'avez pas de pote australien, mauvais exemple, je sors...
Le #2056490
cycnus a écrit :

Je reste sceptique. La latence sera toujours relativement élevée. Et surtout, la quantité de données sera vraisemblablement limitée. Auquel cas, ça ne peut aucunement remplacer un abonnement traditionnel. sans oublier que quand un satellite tombera en panne, le dépannage, ça sera pas en jours mais en mois ou en années.


Oneweb a été spécifiquement conçu pour remplacer les abonnement traditionnels.
Le débit simple bande fait 50 Mbps (plus tu payes plus t'as de canaux, donc plus t'as de débit).
Comme je le dis au dessus, en national, le ping va prendre quelques ms de plus (moins de 10) et lorsqu'on ping un truc a plusieurs milliers de km, là, on gagne de la latence par rapport au terrestre.
Pour le dépannage : 600 satellites en fonction (dont les zones se recoupent, donc avec de la redondance de base) et 48 de reserve pour remplacer les défaillants. Aucun problème de disponibilité dans ces conditions.
A condition évidemment d'avoir les 648 déjà en orbite. Donc d'ici une bonne poignée d'années.
Son avantage principal actuellement étant qu'il sera le premier en service, de beaucoup.

Soyons clair : c'est le géant internet de demain, et tu as de fortes chances d'être leur client d'ici quelques années.
C'est pas une annonce "à la elon musk" là, c'est un truc sérieux qui est en route.
Et comme il va permettre a plusieurs MILLIARDS de personnes de pouvoir enfin accéder a l'internet, je prédis que c'est un futur GAFA, le futur plus gros provider mondial.
Le #2056493
Muskator a écrit :

C'est un risque incompréhensible d'avoir une CU si précieuse pour un vol de qualification. C'est pas comme si les vols de qualification d'Ariane se passaient toujours bien... a chaque qualif, ou quasiment, ça pète, rappelez vous Ariane 5, la catastrophe... Donc cette prise de risque est juste insensée voir stupide. 30 satellites oneweb détruits, ça ferait très mal aux deux parties. On ne charge pas ça sur un vol de qualification d'une toute nouvelle fusée, désolé.

Au sujet des constellations, Starlink (celle de SpaceX) sera comprise entre 1150 et 1325 km d'altitude et non pas a 335, altitude de l'ISS ou l'orbite doit être rehaussée quasiment tout les ans.
Mais de toute façon la différence de latence au sol entre 335 km et 1200 km, c'est moins de 3 ms, quasiment rien. Il y a quasiment 30 fois cette latence entre la france et la cote est des USA dont plus de la moitié est le fait du matos (répéteurs/nœuds etc.), alors que la ligne directe d'un signal lumineux dans le vide ne mettrait que 20 ms normalement (pour ~6000 km). Ces constellations devraient donc abaisser le ping de toutes les connexions entre deux points distants de plusieurs milliers de kilomètres, mais augmenter le ping "national" (pour nous en france) par rapport a la fibre. Tout ça, c'est que des pouillèmes pas bien gros. Mais vous pourrez jouer confortablement (genre -de 100 ms) avec votre pote australien, quelle bonne nouvelle non !
... bon vous n'avez pas de pote australien, mauvais exemple, je sors...


"In November 2018, SpaceX received US approval to deploy 7,518 broadband satellites, in addition to the 4,425 satellites that were approved earlier. SpaceX's initial 4,425 satellites are expected to orbit at altitudes of 1,110 km to 1,325 km, well above the ISS. The new approval is for the proposal to add a very-low Earth orbit NGSO [non-geostationary satellite orbit] constellation, consisting of 7,518 satellites operating at altitudes from 335 km to 346 km"
https://en.wikipedia.org/wiki/Starlink_(satellite_constellation)
Le #2056495
Muskator a écrit :

cycnus a écrit :

Je reste sceptique. La latence sera toujours relativement élevée. Et surtout, la quantité de données sera vraisemblablement limitée. Auquel cas, ça ne peut aucunement remplacer un abonnement traditionnel. sans oublier que quand un satellite tombera en panne, le dépannage, ça sera pas en jours mais en mois ou en années.


Oneweb a été spécifiquement conçu pour remplacer les abonnement traditionnels.
Le débit simple bande fait 50 Mbps (plus tu payes plus t'as de canaux, donc plus t'as de débit).
Comme je le dis au dessus, en national, le ping va prendre quelques ms de plus (moins de 10) et lorsqu'on ping un truc a plusieurs milliers de km, là, on gagne de la latence par rapport au terrestre.
Pour le dépannage : 600 satellites en fonction (dont les zones se recoupent, donc avec de la redondance de base) et 48 de reserve pour remplacer les défaillants. Aucun problème de disponibilité dans ces conditions.
A condition évidemment d'avoir les 648 déjà en orbite. Donc d'ici une bonne poignée d'années.
Son avantage principal actuellement étant qu'il sera le premier en service, de beaucoup.

Soyons clair : c'est le géant internet de demain, et tu as de fortes chances d'être leur client d'ici quelques années.
C'est pas une annonce "à la elon musk" là, c'est un truc sérieux qui est en route.
Et comme il va permettre a plusieurs MILLIARDS de personnes de pouvoir enfin accéder a l'internet, je prédis que c'est un futur GAFA, le futur plus gros provider mondial.


Musk a déjà 4 satellites de StarLink en orbite. De plus SpaceX disposant des lanceurs à sa guise peut en envoyer quand bon lui semble en un lancement dédié, ou encore en accompagnement d'une commande en dessous de la capacité de la Falcon 9.

La beauté des annonces "à la Elon Musk" est que 99% du temps, même s'il y des retards, il fait ce qu'il dit et habituellement en donne encore plus que prévu.
Se donner publiquement des buts difficiles est une grande motivation pour lui et ses troupes.
Le #2056496
Qui c'est qui a peur de Musk et de ses projets ? Et oui, la NASA et l'ESA. Les visionnaires richissimes n'ont jamais bonne presse mais ce sont eux qui font avancer les choses.
Le #2056502
Lustuccc a écrit :

Muskator a écrit :

cycnus a écrit :

Je reste sceptique. La latence sera toujours relativement élevée. Et surtout, la quantité de données sera vraisemblablement limitée. Auquel cas, ça ne peut aucunement remplacer un abonnement traditionnel. sans oublier que quand un satellite tombera en panne, le dépannage, ça sera pas en jours mais en mois ou en années.


Oneweb a été spécifiquement conçu pour remplacer les abonnement traditionnels.
Le débit simple bande fait 50 Mbps (plus tu payes plus t'as de canaux, donc plus t'as de débit).
Comme je le dis au dessus, en national, le ping va prendre quelques ms de plus (moins de 10) et lorsqu'on ping un truc a plusieurs milliers de km, là, on gagne de la latence par rapport au terrestre.
Pour le dépannage : 600 satellites en fonction (dont les zones se recoupent, donc avec de la redondance de base) et 48 de reserve pour remplacer les défaillants. Aucun problème de disponibilité dans ces conditions.
A condition évidemment d'avoir les 648 déjà en orbite. Donc d'ici une bonne poignée d'années.
Son avantage principal actuellement étant qu'il sera le premier en service, de beaucoup.

Soyons clair : c'est le géant internet de demain, et tu as de fortes chances d'être leur client d'ici quelques années.
C'est pas une annonce "à la elon musk" là, c'est un truc sérieux qui est en route.
Et comme il va permettre a plusieurs MILLIARDS de personnes de pouvoir enfin accéder a l'internet, je prédis que c'est un futur GAFA, le futur plus gros provider mondial.


Musk a déjà 4 satellites en essai. De plus SpaceX disposant des lanceurs à sa guise peut en envoyer quand bon lui semble en un lancement dédié, ou encore en accompagnement d'une commande en dessous de la capacité de la Falcon 9.

La beauté des annonces "à la Elon Musk" est que 99% du temps, même s'il y des retards, il fait ce qu'il dit et habituellement en donne encore plus que prévu.
Se donner publiquement des buts difficiles est une grande motivation pour lui et ses troupes.


Musk a déjà 75 satellites de prêt à être lancés où sur le point de l'être.
Le #2056524
Ulysse2K a écrit :

Qui c'est qui a peur de Musk et de ses projets ? Et oui, la NASA et l'ESA. Les visionnaires richissimes n'ont jamais bonne presse mais ce sont eux qui font avancer les choses.


Ben voyons... must n'est pas u. Visionnaire c'est juste un frontal marketing pour la NASA et la nsa qui veulent détruire les concurrents étrangers en faisant du dumping.... les technos de spacex sont des technos de la NASA recyclées.....
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme