5G : Bouygues Telecom mécontent du processus d'attribution des fréquences

Le par  |  6 commentaire(s) Source : La Tribune
5G

Bouygues Telecom craint que le processus d'attribution des fréquences 5G préparé par l'Arcep ne favorise ses concurrents aux poches plus larges.

Les enchères pour les fréquences 5G interviendront cet automne en vue d'une mise en services des réseaux commerciaux en 2020. Le gouvernement a déjà fait savoir qu'il préférait miser sur les capacités d'investissement futures plutôt que de récolter un maximum de redevances et a demandé à l'Arcep de mettre en place une procédure d'attribution en conséquence.

Et justement, ce processus ne semble pas du tout satisfaire Bouygues Telecom qui craint de voir un gros déséquilibre dans l'accès aux ressources spectrales face à ses concurrents aux finances plus importantes.

bouygues-telecom-logo-HD

Le système d'obtention des blocs de fréquences se fera en deux temps avec un bloc à prix fixe de 40 à 60 MHz par opérateur, auquel pourront ensuite être ajoutés plusieurs blocs de 10 MHz mis aux enchères.

Un total de 310 MHz (au lieu des 400 MHz prévus, certaines bandes n'étant pas encore disponibles) est mis en jeu et chaque opérateur ne pourra obtenir que 100 MHz de spectre au maximum.

Mais pour Didier Casas, directeur général adjoint, ce scénario est susceptible de créer des inégalités : un forcing financier de la part des gros opérateurs pourrait leur permettre de récupérer 100 MHz et de ne laisser que 50 MHz à l'un des acteurs plus petits.

Cette prééminence dans les fréquences des grands opérateurs leur permettrait ensuite de prendre l'ascendant sur les professionnels, la première application de la 5G étant industrielle. Didier Casas note qu'Orange est déjà leader dans le domaine et trouverait là de quoi maintenir sa domination sans partage.

Bouygues Telecom souhaiterait donc que les blocs à prix fixe soient de 60 MHz, avec une quantité maximale de fréquences par opérateur ramenée à 90 MHz, rapporte le journal La Tribune.

Par ailleurs, il y a aussi la question de la portée des bandes de fréquences 5G de cette première enchère au regard d'objectifs de déploiement en zone rurale imposés par l'Arcep et qui ne seront pas les mieux indiquées pour les zones peu denses. L'autorité planche bien à la mise à disposition de la bande 1,5 GHz mais ce ne sera pas avant 2022.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2076507
Soit j'ai du mal a compter soit cassas a un problème .Si on part sur 310Mhz, si les trois plus gros prennent 100, ca laisse 10 au plus petit.
Soit on part sur 400 et tout le monde a 100... d'ou sort-il ce 50 pour le plus petit ?
Le #2076512
en fait il voudrait juste que le gateau soit partagé en 4 parts quasi égales pour pas avoir besoin de faire d'enchères, et oui les chiffres annoncés sont bizarres, ça fait pas 100%
Le #2076513
hotshuff a écrit :

Soit j'ai du mal a compter soit cassas a un problème .Si on part sur 310Mhz, si les trois plus gros prennent 100, ca laisse 10 au plus petit.
Soit on part sur 400 et tout le monde a 100... d'ou sort-il ce 50 pour le plus petit ?


Tu as 310 MHz au total avec 40 à 60 MHz à prix fixe par opérateur, donc potentiellement deux blocs à 60 MHz et 2 blocs à 40 MHz ce qui donne 200 MHz.
Sur les 110 MHz restant, c'est des enchères à base de 10 Mhz donc 11 blocs possible pour 4 opérateurs. En partant du constat que 2 opérateurs plutôt bien fortuné investissent pour 40 MHz supplémentaire pour ceux qui ont 60 MHz de base, ils ont atteint 100 MHz donc terminé.
Il reste 2 opérateurs et 30 MHz, et chacun ont 40 MHz de base.
Au résultat, l'un peut atteindre 70 MHz et l'autre resté à 40 s'il veut raflé la mise, mais pas besoin d'atteindre ce coût pour 10 MHz dont le dernier aura suffisamment de fond pour le prendre tandis que l'autre a bien dépensé.

Donc le problème que Bouygues voit là c'est 2 opérateurs à 100 MHz, un à 60 MHz et le dernier à 50 MHz, et cela nous donne 310 MHz.

Avec la proposition de Bouygues, on sera plutôt sur : 60 MHz de base pour chacun, ce qui nous donne 240 MHz et il reste 70 MHz. En gros, il y aura potentiellement 2 opérateurs qui atteindront le 90 MHz, un qui aura 70 MHz et le dernier 60 MHz (dans le pire des cas), ce qui est bien plus équilibré
Le #2076518
MaGts495 a écrit :

hotshuff a écrit :

Soit j'ai du mal a compter soit cassas a un problème .Si on part sur 310Mhz, si les trois plus gros prennent 100, ca laisse 10 au plus petit.
Soit on part sur 400 et tout le monde a 100... d'ou sort-il ce 50 pour le plus petit ?


Tu as 310 MHz au total avec 40 à 60 MHz à prix fixe par opérateur, donc potentiellement deux bloc à 60 MHz et 2 bloque à 40 MHz ce qui donne 200 MHz.
Sur les 110 MHz restant, c'est des enchères à base de 10 Mhz donc 11 blocs possible pour 4 opérateurs. En partant du constat que 2 opérateurs plutôt bien fortuné investi pour 40 MHz supplémentaire pour ceux qui ont 60 MHz de base, ils ont atteint 100 MHz donc terminé.
Il reste 2 opérateurs et 30 MHz, et chacun ont 40 MHz de base.
Au résultat, l'un peut atteindre 70 MHz et l'autre resté à 40 s'il veut raflé la mise, mais pas besoin d'atteindre ce coût pour 10 MHz dont le dernier aura suffisament de fond pour le prendre tandis que l'autre a bien dépensé.

Donc la problème que Bouygues voit là c'est 2 opérateurs à 100 MHz, un à 60 MHz et le dernier à 50 MHz, et cela nous donne 310 MHz.

Avec la proposition de Bouygues, on sera plutôt sur : 60 MHz de base pour chacun, ce qui nous donne 240 MHz et il reste 70 MHz. En gros, il y aura potentiellement 2 opérateurs qui atteindront le 90 MHz, un qui aura 70 MHz et le dernier 60 MHz (dans le pire des cas), ce qui est bien plus équilibré


Cohérent !
Le #2076527
MaGts495 a écrit :

hotshuff a écrit :

Soit j'ai du mal a compter soit cassas a un problème .Si on part sur 310Mhz, si les trois plus gros prennent 100, ca laisse 10 au plus petit.
Soit on part sur 400 et tout le monde a 100... d'ou sort-il ce 50 pour le plus petit ?


Tu as 310 MHz au total avec 40 à 60 MHz à prix fixe par opérateur, donc potentiellement deux bloc à 60 MHz et 2 bloque à 40 MHz ce qui donne 200 MHz.
Sur les 110 MHz restant, c'est des enchères à base de 10 Mhz donc 11 blocs possible pour 4 opérateurs. En partant du constat que 2 opérateurs plutôt bien fortuné investi pour 40 MHz supplémentaire pour ceux qui ont 60 MHz de base, ils ont atteint 100 MHz donc terminé.
Il reste 2 opérateurs et 30 MHz, et chacun ont 40 MHz de base.
Au résultat, l'un peut atteindre 70 MHz et l'autre resté à 40 s'il veut raflé la mise, mais pas besoin d'atteindre ce coût pour 10 MHz dont le dernier aura suffisament de fond pour le prendre tandis que l'autre a bien dépensé.

Donc la problème que Bouygues voit là c'est 2 opérateurs à 100 MHz, un à 60 MHz et le dernier à 50 MHz, et cela nous donne 310 MHz.

Avec la proposition de Bouygues, on sera plutôt sur : 60 MHz de base pour chacun, ce qui nous donne 240 MHz et il reste 70 MHz. En gros, il y aura potentiellement 2 opérateurs qui atteindront le 90 MHz, un qui aura 70 MHz et le dernier 60 MHz (dans le pire des cas), ce qui est bien plus équilibré



Le #2076650
.
L'attribution des fréquences 5G doit respecter, plus ou moins, la proportion du nombre de clients de chaque FAI.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme