Clearview : scandale autour de la reconnaissance faciale de masse

Le par  |  6 commentaire(s)
reconnaissance-faciale

C'est un nouveau scandale qui vient d'éclater aux USA : la société Clearview aurait mis au point une IA associée à de la reconnaissance faciale pour ficher des milliards de visages.

La reconnaissance faciale de masse est une réalité, et la société Clearview en donne un triste exemple : la firme américaine aurait ainsi aspiré plus de 3 milliards de photos présentant des visages sur les réseaux sociaux en les associant à des noms.

La société n'a ainsi eu recours qu'au concours de deux ingénieurs pour développer une IA et des outils plus performants que ceux du FBI dans l'identification faciale des individus. La firme collabore depuis quelques années avec plus de 600 services de police, le développement de la société a été financé par Peter Thiel, soutien de Donald Trump et, puisque le hasard fait bien les choses, membre du conseil d'administration de Facebook, mais également fondateur de la société de cybersurveillance Palantir, un joli palmarès.

Reconnaissance faciale 1

L'outil mis en avant par Clearview se veut à la fois élaboré et assez simple : il pioche parmi les photos publiées en accès public sur Facebook, Twitter, LinkedIn et autres réseaux sociaux (web scraping) pour constituer une base de données. Là où le système se veut pervers, c'est qu'il associe les visages présents sur les photos avec l'identité des utilisateurs.

Au total, une base de données d'un nombre inconnu d'individus a ainsi été créée à l'aide de plus de 3 milliards de photos, sans qu'aucun propriétaire des photos exploitées ne donne son accord ni ne soit informé. La situation est d'autant plus problématique que la base de données contiendrait également des données sur des mineurs, en contradiction avec la Children's Online Privacy Protection Act.

Actuellement, il est impossible de savoir combien d'individus ont ainsi été identifiés, ni même si des utilisateurs autres qu'américains sont concernés. En Europe, la réglementation sur l'utilisation des photos et la constitution de bases de données, qui plus est avec des données biométriques est un sujet hautement sensible et Clearview s'expose donc à de lourdes sanctions.

Un groupe de sénateurs américains a déjà pris le dossier en main, envoyant une série de questions et sommant Clearview à plus de transparence. La société a jusqu'au 12 février prochain pour s'expliquer.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2089492
l..//a firme américaine aurait ainsi aspiré plus de 3 milliards de photos présentant des visages sur les réseaux sociaux en les associant à des noms.//..

ben fallait pas les exposée hein......
après ça va pleurer

..//La société a jusqu'au 12 février prochain pour s'expliquer.//..
bon ça laisse un peu de temps pour tirer quelques portrait
Le #2089493
Un système de reconnaissance sauvage mis à nu, mais je pense que ce n'est pas le seul.
Les renseignements doivent déjà avoir ce genre de service à disposition.

J'avais testé ce genre de système, basé sur les profils VKontakte, c'était assez bluffant de prendre en photo une demoiselle d'europe de l'est, et de pouvoir retrouver son profil en quelques secondes.
Le #2089495
Je sais pas vous, mais ça me fait froid dans le dos

Et attention, ce ne sont pas que les réseaux Facebook et Snapchat pour kékés, ce sont aussi les réseaux pro

"LinkedIn et autres réseaux sociaux (web scraping)"
Le #2089502
Y'a un mec un jour qui a dit "pour vivre heureux vivons cachés"... l'était pas si kon que ça le mec !
Le #2089526
yam103 a écrit :

Un système de reconnaissance sauvage mis à nu, mais je pense que ce n'est pas le seul.
Les renseignements doivent déjà avoir ce genre de service à disposition.

J'avais testé ce genre de système, basé sur les profils VKontakte, c'était assez bluffant de prendre en photo une demoiselle d'europe de l'est, et de pouvoir retrouver son profil en quelques secondes.


Y'a quand même une différence entre une entreprise privée qui fait ça, et les représentant de l'ordre.

Perso que la gendarmerie sache quelle gueule j'ai...
Alors qu'une entreprise de merde qui risque de revendre l'info, me spammer, etc... non merci, je m'en tape déjà assez avec le démarchage téléphonique abusif contre lequel on ne peut rien (en théorie...) faire...
Le #2090035
Ce n'est pas nécessairement les individu eux-même qui se mettent sur le net.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme