ExoMars 2020 : l'ESA demande l'aide de la NASA pour le test des parachutes

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Space News
ExoMars 2020 test parachute

Après deux échecs, le test du parachute de la future mission ExoMars 2020 devient problématique et risque d'entraîner un retard. L'ESA demande de l'aide à la NASA pour trouver une solution dans les temps.

La descente dans l'atmosphère martienne de la mission ExoMars 2020 russo-européenne sera freinée par plusieurs grands parachutes qui doivent faire atterrir en douceur un rover chargé, entre autres, de chercher des traces d'éventuelles formes de vie qui auraient pu émerger quand elle abritait encore de l'eau à l'état liquide il y a plusieurs milliards d'années.

Deux tests de ce système de freinage ont déjà échoué, les parachutes s'abîmant à l'ouverture, et le temps presse désormais alors que la fenêtre de tir de l'été 2020 se rapproche à grands pas.

ExoMars 2020

Les prochains essais doivent être les bons, sous peine de dévoir décaler encore la mission jusqu'à la prochaine opportunité de tir. Deux nouvelles tentatives doivent être menées en décembre et février prochain et il faudra impérativement réussir les tests des parachutes ou bien se résoudre à ne lancer ExoMars que fin 2022.

C'est pourquoi l'ESA a demandé son aide à la NASA américaine pour tenter de trouver des solutions techniques pour empêcher que les parachutes ne se dégradent au moment de leur ouverture.

ExoMars 2020 test parachute

L'application de téflon pour limiter les frottements n'a pas suffi lors du second essai, rappelle le site Space News, et un groupe de travail est en place depuis début septembre pour trouver des parades.

Les experts du JPL (Jet Propulsion Laboratory) ont déjà trouvé que les dégâts sur les parachutes interviennent au moment du déploiement et de la sortie de leur sac de protection. C'est peut-être sur une refonte des enveloppes protectrices que pourraient se porter les prochains efforts, plutôt qu'une modification des parachutes.

Ce problème des parachutes agace François Spoto, responsable du programme ExoMars, alors que le rover et l'atterrisseur sont déjà finalisés. Un report de la mission à cause de parachutes défaillants serait un véritable camouflet, tout en reconnaissant que le sujet est complexe et que l'Europe n'a pas une très grosse expérience des descentes extraterrestres en parachute.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2078750
La NASA est passée par exactement les mêmes problèmes pour les missions MER et MSL avec toutes les incidences que ça impliquait sur les fenêtres de lancement.
Je pensais que depuis l'ESA aurait appris des échecs de la NASA et se serait inspirée de leurs solutions sans perdre de temps.

Toutes les agences spatiales mondiales devraient travailler main dans la main, car l'exploration spatiale ça concerne l'humanité et pas juste des nations.
Le #2078760
Nucleon a écrit :

La NASA est passée par exactement les mêmes problèmes pour les missions MER et MSL avec toutes les incidences que ça impliquait sur les fenêtres de lancement.
Je pensais que depuis l'ESA aurait appris des échecs de la NASA et se serait inspirée de leurs solutions sans perdre de temps.

Toutes les agences spatiales mondiales devraient travailler main dans la main, car l'exploration spatiale ça concerne l'humanité et pas juste des nations.


Je suis d'accord avec toi sur le fond mais les US ont la loie de "privacy act, military act" sur leurs techno qui rend compliqué une coopération du reste du monde avec les US (l'inverse ne poserait pas de soucis remarque). C'est pourquoi, entre autre, l'ESA est allié avec son équivalent Russe et est en négociation avec l'équivalent Indien.

A noter que cette technologie sera aussi utilisée pour les programmes Gallileo et sentinel de l'ESA donc pas seulement pour de l'exploration.

Après tous les pays devraient quand même travaillé ensemble sur ce coup (A part les US du coup =) )
Le #2078768
Nucleon a écrit :

La NASA est passée par exactement les mêmes problèmes pour les missions MER et MSL avec toutes les incidences que ça impliquait sur les fenêtres de lancement.
Je pensais que depuis l'ESA aurait appris des échecs de la NASA et se serait inspirée de leurs solutions sans perdre de temps.

Toutes les agences spatiales mondiales devraient travailler main dans la main, car l'exploration spatiale ça concerne l'humanité et pas juste des nations.


D'après ce que j'en sais, la NASA avait regardé l'ouverture du parachute avec des caméras haute vitesse, le problème étant que certaines parties du parachute se retrouvaient "à l'envers" lors de l'ouverture... a cette vitesse ca pardonne pas.

https://www.youtube.com/watch?v=O7vf2HUMMdo
https://www.youtube.com/watch?v=JRRcbZlofOk

https://www.youtube.com/watch?v=Brj3FZ9KLJM
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme