Impôts : Facebook France a payé 5,72 millions d'euros en 2018

Le par  |  3 commentaire(s)
Facebook

Par rapport à 2017, Facebook France a triplé en 2018 le montant de ses impôts payés au titre de l'impôt sur les sociétés. Avant l'entrée en vigueur de la taxe nationale sur les géants du numérique.

D'après des documents sur ses comptes annuels consultés par l'AFP et Le Journal du Net, Facebook France a payé 5,72 millions d'euros en 2018 au titre de l'impôt sur les sociétés qui concerne les bénéfices réalisés.

Cette somme de 5,72 millions d'euros est à comparer au montant de 1,9 million d'euros dont Facebook France s'était acquitté en 2017 pour l'impôt sur les sociétés. Une somme qui a donc triplé en l'espace d'un an.

Vice-président de Facebook France et Europe du Sud, Laurent Solly avait indiqué dans un entretien au Parisien en avril dernier que Facebook aller payer de plus en plus d'impôts en France, en soulignant que depuis 2018, " tous les revenus générés par les équipes commerciales de Facebook en France sont déclarés en France. "

Facebook France a modifié son système de déclaration fiscale. Auparavant, les factures étaient éditées par Facebook Dublin, alors que désormais elles sont éditées par Facebook France. Les revenus publicitaires ont été relocalisés en France.

Reste que le changement comptable ne couvre pas l'ensemble de l'année 2018. Par ailleurs, le JDN estime que le chiffre d'affaires déclaré par Facebook en France demeure en deçà de la réalité, et relève une incohérence entre le revenu moyen par utilisateur européen (32,6 € en 2018) et le nombre d'utilisateurs estimé en France (35 millions en 2018).

Avec effet rétroactif depuis le 1er janvier 2019, Facebook devra s'acquitter en 2019 en France de la taxe sur les géants du numérique. Elle ne s'applique pas sur les bénéfices mais sur le chiffre d'affaires. La taxe nationale va toucher les géants mondiaux du numérique avec un chiffre d'affaires sur les activités numériques de 750 millions d'euros dans le monde et de plus de 25 millions d'euros en France.

Visant les activités de publicité ciblée en ligne, vente de données d'utilisateurs à des fins publicitaires et l'intermédiation des plateformes, la taxe sera à hauteur de 3 % du chiffre d'affaires réalisé en France. Avec le chiffre d'affaires de 389 millions d'euros réalisé (déclaré) par Facebook France en 2018, une telle ponction serait donc de… 11,67 millions d'euros.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2073328
Outre l'article, une information intéressante qui ressort à travers une phrase est celle là :

"Auparavant, les factures étaient éditées par Facebook Dublin, alors que désormais elles sont éditées par Facebook France."

Ce qui veut dire que quand l'Irlande a proposé des avantages fiscaux pour que Facebook vienne à Dublin pour toutes les activités européennes et que l'UE a annulé cette offre, Facebook n'a pas décidé de rester et a relocaliser ces services (du moins une partie) dans d'autres pays de l'UE (obligation réglementaire de rester en UE).
Le #2073343
Le résultat courant avant impôt me semble dérisoire. J'aimerais bien savoir comment dans une activité de service aussi automatisée Au cours aussi faible ils n'arrivent pas à avoir un résultat meilleur. La seule explication qui me vient à l'esprit c'est la magouille comptable.
Le #2073349
cycnus a écrit :

Le résultat courant avant impôt me semble dérisoire. J'aimerais bien savoir comment dans une activité de service aussi automatisée Au cours aussi faible ils n'arrivent pas à avoir un résultat meilleur. La seule explication qui me vient à l'esprit c'est la magouille comptable.


Il ne s'agit que des résultats en France et il faut faire attention à ces chiffres parce que le CA (389 millions d'&euro ne correspond absolument pas aux chiffres d'affaires des clients FR mais du CA FR.

Ca semble fou, à moi aussi du coup j'ai regardé leur déclaration annuelle et en faite comme les factures sont émises et RECU en France cela compte dans leur CA.

Par contre le résultat courant lui ne concerne que les utilisateurs FR (et non tout les utilisateurs concerné par les factures éditées en France).

De même pour les impots.



Mais par la suite, ils vont devoir séparé les deux CA (enfin 2 ...... autant que de pays en UE en faite !)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme