Facebook : une modération plus stricte, même pour Donald Trump

Le par  |  1 commentaire(s)
facebook

Énième prise de parole à la Mark Zuckerberg pour annoncer une modération plus stricte de la part de Facebook. Pour les publications de responsables politiques, ainsi que vis-à-vis de contenus haineux.

Fondateur et patron de Facebook, Mark Zuckerberg a annoncé de nouvelles mesures pour une modération des contenus qu'il qualifie de plus stricte. Les mesures pourront toucher des publications de personnalités politiques.

Jusqu'à présent, Mark Zuckerberg avait opposé la liberté d'expression et l'intérêt public pour laisser hors du champ de la modération et de la vérification des faits des discours politiques. Désormais, Facebook pourra ajouter des avertissements aux publications dites problématiques.

Pas de suppression, mais avec cet étiquetage et avertissement, Mark Zuckerberg justifie que les utilisateurs pourront " partager ces contenus pour les condamner ", en sachant que de tels contenus " peuvent enfreindre les règles " de la plateforme.

Il ajoute qu'il n'y a aucune exception pour les responsables politiques dans les annonces qui sont faites. Autrement dit, même Donald Trump n'y coupera pas.

Certains des messages du président des États-Unis en campagne pour sa réélection ont récemment suscité la polémique, que ce soit à propos du vote par correspondance qui serait frauduleux ou concernant les manifestations à la suite de la mort de George Floyd.

Twitter avait par exemple réagi avec l'affichage d'une étiquette de fact checking sur des tweets de Donald Trump et en réduisant leur visibilité pour cause d'incitation à la haine, mais Facebook n'avait pas suivi dans une voie similaire.

no-hate

Parmi d'autres choses, Mark Zuckerberg détaille également un élargissement de l'interdiction des contenus haineux dans les publicités. En particulier, les publicités selon lesquelles " les personnes de certaines origines, ethnies, nationalités, affiliation religieuse, orientation religieuse, identité de genre ou statut d'immigration représentent une menace pour la sécurité physique, la santé ou la survie d'autrui. "

Des annonceurs comme Unilever, Coca-Cola et Verizon ont mis la pression sur les réseaux sociaux avec un boycott et l'annulation à plus ou moins long terme de leurs publicités. Ils exigent une plus grande transparence et responsabilité de leur part au sujet de la suppression des contenus haineux. Forcément… cela pousse Facebook à réagir.

Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Le #2102677
Forcément… (on touche au porte monnaie) cela pousse Facebook à réagir.


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Avatar par défaut
Anonyme
Anonyme Avatar par défaut