Les fake news n'ont pas réussi à prendre l'ascendant durant l'élection présidentielle française

Le par  |  37 commentaire(s) Source : Venturebeat
fake

L'élection présidentielle américaine a été marquée par la forte diffusion d'informations fausses destinées à nuire aux candidats et l'on pouvait craindre une situation similaire pour l'élection présidentielle française quelques mois plus tard. La nuisance a cependant été plus contenue.

L'élection présidentielle américaine a été marquée par l'émergence d'un phénomène pas complètement nouveau mais qui a pris une ampleur inédite grâce au pouvoir de diffusion de l'Internet.

fakeLa multiplication de fake news, à savoir des informations inventées de toute pièce et destinées à discréditer les candidats aux yeux de l'opinion, en se mêlant habilement aux articles de la presse traditionnelle, a pris des proportions significatives par la viralité des réseaux sociaux et le partage massif et compulsif d'articles au titre accrocheur ou provocateur.

Il est apparu que, sur les réseaux sociaux, ces fausses informations ont été plus largement diffusées que les "vrais" articles. Même si cela ne signifie pas automatiquement une adhésion des internautes aux contenus partagés, ni même que ces fake news ont été lues et ont influencé le processus électoral, le problème a été jugé suffisamment sérieux pour amener des entreprises comme Google ou Facebook à mettre en place des protections contre la diffusion de fake news.

L'élection française, une lueur d'espoir dans la lutte contre les fake news ?

L'élection présidentielle française suivant de quelques mois celles des Etats-Unis, la crainte est logiquement née de voir le phénomène se reproduire dans l'Hexagone. Pourtant, selon l'entreprise NewsWhip, partenarie de l'initiative Cross Check visant à débusquer les fake news, le phénomène a été beaucoup moins prégnant.

Ainsi, alors que 40% des articles les plus partagés sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis pendant l'élection américaine étaient en fait des informations bidonnées, ce taux n'a pas dépassé les 10% en France durant l'élection présidentielle.

"Si nous regardons les données de ces deux derniers mois, durant l'élection présidentielle française, nous pouvons constater que le fake news sont un vrai problème, mais pas un problème majeur", a indiqué Paul Quigley, CEO de NewsWhip, à Bloomberg.

L'initiative Cross Check, forte de 37 rédactions, aurait donc permis de repérer rapidement les sources de fake news et à les contrer assez vite pour les empêcher de prendre un caractère viral et de se répandre. L'élection française montrerait ainsi que la diffusion de fake news n'est pas forcément un phénomène incontrôlable. Encore faut-il disposer de moyens pour les contrer.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 4

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1965624
Nos fake news passent à la télé en France, et je trouve que ça a plutôt bien marché. Non ?


Anonyme
Le #1965626
Truffor a écrit :

Nos fake news passent à la télé en France, et je trouve que ça a plutôt bien marché. Non ?





Le #1965628
Quoi ? l'élection de Macron c'est pas une blague ? Merde ....
Anonyme
Le #1965631
Truffor a écrit :

Nos fake news passent à la télé en France, et je trouve que ça a plutôt bien marché. Non ?




Tu m'étonnes, le "Macron 24%" on se l'ait tapé jusqu'au bout et on nous la même afficher en gros à la fin du premier tour.
Le #1965637
Pourtant Macron à diffuser des fausses contenues lors du piratage de son parti.
Donc... Donc... Et donc... la donne à changé?
Le #1965649
Ha les fakes news, comme c'est commode...
Avant le début de la campagne on nous a occupé avec "attention les russes vont essayer d'influencer la campagne" ! Ha ça c'est vrai, comme osent t-il faire le travail de nos media qui ont œuvré à nous influencer sans vergogne (99% des media pour la promotion ex nihilo de Macron) pendant que nous nous inquiétions du "péril rouge" ? La sortie à point nommé de l'affaire Fillon n’était elle pas destinée à faire tomber ce candidat ? Le Macron à l'inverse n'a t-il pas été aidé par la bienveillance étatique et médiatique ? Et quid, entre les 2 tours, du traitement outrancier et sans vergogne du parti adverse et de l'obligation morale qui nous a été faite de manger du macaron ?

Le #1965651
tomcat75 a écrit :

Ha les fakes news, comme c'est commode...
Avant le début de la campagne on nous a occupé avec "attention les russes vont essayer d'influencer la campagne" ! Ha ça c'est vrai, comme osent t-il faire le travail de nos media qui ont œuvré à nous influencer sans vergogne (99% des media pour la promotion ex nihilo de Macron) pendant que nous nous inquiétions du "péril rouge" ? La sortie à point nommé de l'affaire Fillon n’était elle pas destinée à faire tomber ce candidat ? Le Macron à l'inverse n'a t-il pas été aidé par la bienveillance étatique et médiatique ? Et quid, entre les 2 tours, du traitement outrancier et sans vergogne du parti adverse et de l'obligation morale qui nous a été faite de manger du macaron ?


+1, Marine Le Pen serait élu, l'article serait différent
"Le Fakenews venant tout droit de la Russie, aurait fait élire Marine Le Pen"...


Le #1965652
Safirion a écrit :

Truffor a écrit :

Nos fake news passent à la télé en France, et je trouve que ça a plutôt bien marché. Non ?




Tu m'étonnes, le "Macron 24%" on se l'ait tapé jusqu'au bout et on nous la même afficher en gros à la fin du premier tour.


Les sondages étaient truqués ?
Ou bien tu veux les interdire ? Si oui comment tu fais ?
Le #1965653
Donc si je comprends bien en vous lisant, tout ce qui va pas dans le sens de Marine c'est du complot organisé par le "système" et les news venant des médias russes (détenus par un seul homme), elles, elles disent la vérité qu'on nous cache. Ok ok....
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]