Fisker : son premier SUV électrique aura un toit en panneaux solaires

Le par  |  11 commentaire(s)
Fisker

Henrik Fisker prépare un SUV tout électrique pour moins de 40 000 dollars et lâche quelques informations supplémentaires sur son futur véhicule.

L'ingénieur Henrik Fisker continue de teaser sur un futur SUV compact tout électrique conçu par Fisker Automotive pour moins de 40 000 dollars et qui constitue une forme de réponse à la future Model Y de Tesla.

On sait déjà qu'il sera doté de conduite semi-autonome et qu'il fournira une autonomie de près de 500 km grâce à une batterie de 80 kWh mais de nouveaux détails ont été révélés.

Fisker SUV électrique

Le SUV de Fisker sera donc présenté en détail en fin d'année, au mois de décembre, et une partie de ses matériaux proviendront des filières de recyclage, comme certains constructeurs le proposent désormais. Henrik Fisker indique vouloir utiliser les débris plastiques des océans pour en faire des matériaux pour son véhicule.

Fisker toit panneaux solaires

Le plus étonnant concernera sans doute le toit du futur SUV qui sera entièrement composé de panneaux solaires. Là encore, aucun détail n'est donné sur leur capacité à recharger la batterie (ou plutôt de maintenir une charge minimale) et il faudra attendre soit de nouvelles bribes d'information lâchées sur Twitter ou la présentation générale plus tard dans l'année pour savoir à quoi s'en tenir.

Fisker prévoit de commercialiser son véhicule d'ici 2021 et serait en quête d'un site de production mais il reste à voir dans quelle mesure la firme parviendra à concrétiser le double défi d'un véhicule aux technologies avancées proposé à un tarif relativement abordable.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2068601
Même en rechargent seulement 10 à 20% sur une journée complète, ça m’intéresserait bcp pour allé bossé . Je travail à environ 20/30 km et je vie dans une région très ensoleillé. Ma voiture actuel n'est jamais à l'ombre. Avec une tel autonomie, je n'aurais plus jamais besoin de recharger ma voiture

Ai-je le droit de rêver ?
Le #2068602
lascounet a écrit :

Même en rechargent seulement 10 à 20% sur une journée complète, ça m’intéresserait bcp pour allé bossé . Je travail à environ 20/30 km et je vie dans une région très ensoleillé. Ma voiture actuel n'est jamais à l'ombre. Avec une tel autonomie, je n'aurais plus jamais besoin de recharger ma voiture

Ai-je le droit de rêver ?


Non, j'en rêve aussi !
Si les panneaux sont hyper efficaces on pourrait vraiment y gagner, et même pendant les transports.
Enfin ils se bougent !
Le #2068604
Pour des petits trajet ce sera surement possible un jour. Mais je pense que dans l’idéal il sera tout de même nécessaire de recharger normalement parfois par prudence.

Quand je dis recharger normalement ça peut être en stockant l’énergie solaire chez soit aussi . Bon après ça va couter bonbon tout ça...
Le #2068634
10 à 20 % avec 1m² de panneau solaire ? LOL
çà sera plus vers les 1-2%
Le #2068635
lascounet a écrit :

Même en rechargent seulement 10 à 20% sur une journée complète, ça m’intéresserait bcp pour allé bossé . Je travail à environ 20/30 km et je vie dans une région très ensoleillé. Ma voiture actuel n'est jamais à l'ombre. Avec une tel autonomie, je n'aurais plus jamais besoin de recharger ma voiture

Ai-je le droit de rêver ?


si t'as 39990 $, oui, pourquoi pas...

Et si tu te gares pas sous un pigeonnier... Le guano...
Le #2068653
Sur la Karma (la précédente voiture hybride de H. Fisker) il y avait déjà des panneaux solaires : c'était déjà plus symbolique qu'autre chose, comme ici.
Le #2068661
Kroll a écrit :

10 à 20 % avec 1m² de panneau solaire ? LOL
çà sera plus vers les 1-2%


Ça suffira peut-être à faire fonctionner les clignotants... le jour.
Le #2068703
Ouaip, sûr que les panneaux n'alimenteront pas grand chose, ...mais c'est symbolique.
Le #2068806
Les consommateurs qui ont des bases de physique ne l'achèteront pas mais ça va, ils sont rares.
Le #2068816
Photovoltaique :

La technique n'a pas encore atteint son plein potentiel et de nombreuses pistes de recherches sont encore à explorer. Il s'agit de diminuer le prix de revient de l'électricité produite et d'augmenter la fiabilité, la durée de vie, la souplesse d'usage, la facilité d'intégration dans des objets, etc.

De nouveaux développements sont périodiquement annoncés par les sociétés de fabrication, par exemple :

une alternative au sciage a été développée par « Evergreen Solar » : c'est le dépôt de silicium encore liquide sur un film où il se cristallise directement à l'épaisseur du « wafer » ;
des cellules CGIS seront produites industriellement et en continu par « NanoSolar » via une technique d'imprimerie. Coût espéré : 1 $/W en 2010[réf. nécessaire] ;
la taille des wafers croit régulièrement. Ceci diminue le nombre de manipulations ;
on cherche à mieux valoriser toutes les longueurs d'onde du spectre solaire (dont l'infra-rouge, ce qui ouvrirait des perspectives très intéressantes : transformation directe de la lumière d'une flamme en électricité, rafraîchissement).
Des « concentrateurs » (déjà utilisés sur les satellites) sont testés sur terre pour produire des cellules photovoltaïques à concentration (HCPV), associées à des « trackers » plus performants qui permettraient, en outre, d'alléger les systèmes en divisant le poids de béton par 10 et la quantité de métal par deux31. Via des miroirs et des lentilles incorporées dans le panneau, ils focalisent le rayonnement sur l'élément essentiel et coûteux qu'est la cellule photovoltaïque et ses semi-conducteurs.

Fin 2007, Sharp a annoncé disposer d'un système concentrant jusqu'à 1 100 fois le rayonnement solaire (contre 700 fois pour le précédent record en 2005); début 2008, Sunergi a atteint 1 600 fois. La concentration permet de diminuer la proportion du panneau consacré à la production de l'électricité, et donc leur coût. De plus ces nouveaux matériaux (les III-V notamment) supportent très bien l'échauffement important dû à la concentration du flux solaire32.

Des siliciums amorphe et cristallin pourraient peut-être être associés par « hétérojonction » dans une même cellule photovoltaïque à plus de 20 % de rendement (Projet de 2 ans, annoncé début 2008, par le Laboratoire d'innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux du CEA Grenoble avec le coréen Jusung (équipementier pour fabricants de semi-conducteurs), avec l'INES (Savoie) où le CEA-Liten a concentré ses activités concernant l'énergie solaire).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cellule_photovolta%C3%AFque
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme