Procédure antitrust contre Google : Mozilla craint des dommages collatéraux

Le par Jérôme G.  |  1 commentaire(s)
mozilla-logo

Pas loin d'être en porte-à-faux, l'éditeur de Firefox nourrit quelques inquiétudes avec le procès antitrust de Google et les actions correctrices qui pourraient en découler.

Cette semaine, les États-Unis ont officialisé le lancement d'une procédure en justice visant Google. Il est reproché à Google d'avoir maintenu illégalement des monopoles via des pratiques anticoncurrentielles et d'exclusion sur les marchés de la recherche en ligne et de la publicité en ligne.

Pour Google, cette affaire antitrust est " profondément viciée. " Le groupe de Mountain View a rétorqué que les gens utilisent son moteur de recherche " parce qu'ils le choisissent, et non parce qu'ils y sont contraints ou parce qu'ils ne peuvent pas trouver des alternatives. "

Mozilla a également fait part d'une première réaction dans laquelle l'éditeur de Firefox s'inquiète de possibles dommages collatéraux.

" L'issue finale d'un procès antitrust ne doit pas causer de dommages collatéraux aux organisations - comme Mozilla - les mieux placées pour stimuler la concurrence et protéger les intérêts des consommateurs sur le Web. "

firefox-moteur-recherche
Tout en saluant la lutte contre les abus des géants technologiques, il faut dire que Mozilla est en position délicate. Sa dépendance financière vis-à-vis de Google est un problème de longue date, et il n'a toujours pas été résolu malgré des tentatives de diversification de ses sources de revenus.

Pour préserver la position de choix de son moteur de recherche dans Firefox, Google devrait verser entre 400 et 450 millions de dollars par an pour encore trois années supplémentaires. Le genre d'accord qui semble être dans le collimateur du département américain de la Justice.

" Google verse des milliards de dollars chaque année à des distributeurs - y compris des fabricants d'appareils populaires tels que Apple, LG, Motorola et Samsung ; les principaux opérateurs américains de téléphonie mobile comme AT&T, T-Mobile et Verizon ; et les développeurs de navigateurs tels que Mozilla, Opera et UCWeb - pour garantir le statut par défaut de son moteur de recherche général et, dans de nombreux cas, pour interdire spécifiquement aux contreparties de Google de traiter avec les concurrents de Google ", peut-on lire dans la plainte (PDF).

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #2111603
Dés lors que l'on est partie prenante dans un système, la moindre des choses est de se taire ou d'être solidaire. Mozilla est en train de chier dans les bottes de Google tout en essayant d'essuyer les étrons ensuite.
Ils ont su tirer parti de la situation et comme l'argent n'a pas d'odeur, ils ont fait comme si de rien n'était même si ils essaient de justifier une diversification des revenus. Maintenant ce n'est pas la peine de venir pleurer
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire