Google : vers un casque de réalité mixte autonome façon HoloLens

Le par  |  0 commentaire(s) Source : Winfuture.de
Microsoft-HoloLens

Après les casques de réalité virtuelle mobiles, Google plancherait sur un véritable casque autonome de réalité mixte similaire à des produits comme le casque HoloLens de Microsoft.

Google s'intéresse à la réalité virtuelle depuis longtemps et a initié la tendance des casques VR mobiles avec le Cardboard en carton avant de proposer le Google Daydream View.

Daydream View

77.97€ sur Amazon* * Prix initial : 77.97€.

Mais le groupe pourrait lancer prochainement un casque de réalité mixte plus complexe et autonome, dans la lignée du casque HoloLens de Microsoft.

Le site Winfuture.de a obtenu des informations autour d'un projet portant le nom de code A65 et qui serait un casque de réalité augmentée embarquant toute la puissance de calcul nécessaire, sans avoir recours à un smartphone ou un ordinateur.

Le produit serait assemblé par le taiwanais Quanta et exploiterait une plate-forme matérielle fournie par l'américain Qualcomm. Il s'agirait en effet de la puce QSC603 dérivée des SoC SnapDragon et dédiée à l'internet des objets.

Le casque embarquerait donc un SoC quadcore 2 + 2 cadencés à 1,6 et 1,7 GHz avec coeurs Kryo 300 Gold et Kryo 300 Silver mais une configuration plus puissante, avec QSC605, aurait aussi été envisagée. On y trouve également un GPU Adreno 615 et les DSP Hexagon 685 et HVX (Hexagon Vector eXtensions), ainsi que l'ISP Spectra 270.

Le projet n'en serait encore qu'à un stade précoce et les caractéristiques et fonctionnalités précises du casque seraient donc toujours en évaluation. Il est question d'une puce dédiée SXR1 développée en interne mais donc les fonctions ne sont pas connues.

Winfuture.de rappelle les capacités de la puce QSC603, à savoir le support d'affichages WQHD, les connectivités sans fil WiFi, Bluetooth 5.1 avec qualité AptX HD et GPS, son espace sécurisé TEE (Trusted Execution Environment) et sa capacité à gérer un simple capteur 24 megapixels ou deux capteurs 16 megapixels.

La plate-forme fait aussi la part belle à l'intelligence artificielle avec le support de Qualcomm AI Engine qui combine la gestion de SnapDragon Neural Processing Engine (qui utilise les différentes puces du SoC plutôt qu'un NPU dédié), Tensorflow, Caffe / Caffe2, ONNX, Android NN...avec la promesse d'une puissance de traitement de 2,1 TOPS par watt.

Il faudra donc sans doute attendre au moins une bonne année avant de découvrir les premières concrétisations de ce projet naissant.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme