CES 2018 : HP Z 3D Camera, le scanner 3D à clipser sur son ordinateur

Le par  |  2 commentaire(s)
HP Z 3D Camera 02

Sur les bases des ordinateurs HP Sprout intégrant un scanner 3D, le fabricant HP annonce un accessoire HP Z 3D Camera qui permet d'ajouter cette fonctionnalité sur n'importe quel ordinateur.

Durant 2014, le groupe HP annonçait la gamme d'ordinateurs Sprout by HP pour les créatifs, intégrant un scanner 3D pour modéliser des représentations 3D d'objets bien réels ou récupérer des motifs 2D avant de les intégrer dans des projets.

HP Sprout Pro by G2

5638.69€ sur Amazon* * Prix initial : 5638.69€.

Malgré ses innovations, la série HP Sprout n'a pas forcément rencontré son public mais cela n'empêche pas le fabricant d'en décliner le savoir-faire dans un accessoire qui va permettre de doter n'importe quel ordinateur d'un scanner 3D.

Le périphérique HP Z 3D Camera reprend le principe de l'imposant système positionné au-dessus de l'écran de l'ordinateur HP Sprout en le miniaturisant et en le rendant clipsable.

HP Z 3D Camera

Il se fixe au-dessus de l'écran et permet lui aussi d'obtenir des représentations 3D d'objets en utilisant le principe SLAM (Simultaneous Localization and Mapping) qui permet de créer un objet 3D en temps réel et en haute résolution.

Le scanner peut aussi fonctionner comme un scanner 2D et traiter des documents pour de la capture et de la reconnaissance de caractères. L'accessoire HP Z 3D Camera pourra notamment être utile pour créer rapidement des objets pour la réalité virtuelle, augmentée et mixte.

Pour en bénéficier, il faudra débourser 599 dollars avec une disponibilité à partir du mois de mars 2018, aux Etats-Unis pour commencer.

Complément d'information
  • HP lance son imprimante 3D métal
    HP s'est lancé, il y a plusieurs années déjà dans l'impression 3D destinée aux professionnels. Après des années à développer les technologies d'impression papier, la marque annonce cette fois la Metal Jet, une imprimante 3D au ...
  • Multijet Fusion : HP révolutionnera l'impression 3D en 2016
    HP l'avait annoncé il y a quelques mois : le groupe souhaite révolutionner le marché de l'impression 3D en devenant la marque grand public capable de démocratiser la technologie. Aujourd'hui, le groupe présente la Multijet Fusion.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1994760
600$ pour ça... Mouais... pas convaincu.
Le #1994801
Safirion a écrit :

600$ pour ça... Mouais... pas convaincu.


Moi non plus.

Même en faisant de la 3D personnellement, je ne pense pas que j'en aurais l'utilité. Un jour éventuellement, on peut me demander de recréer un objet de la vie réelle en 3D virtuelle, et ça peut dépanner, mais 600$ pour s'en servir une fois par an, mouais...

Autre utilité que je vois, ça peut servir par exemple si une personne casse une pièce en plastique de sa tondeuse ou autre, il peut scanner cette pièce et la faire imprimer en 3D (bon, ça dépend de comment la pièce est cassée, car si elle est trop endommagée et qu'on ne peut pas la scanner, c'est mort).

Pour finir, l'article précise que cela peut servir pour créer rapidement du contenu pour la réalité virtuelle ou augmentée. Je dirais oui et non. Oui, mais on va obtenir un objet avec beaucoup beaucoup beaucoup de polygones et en vrac. Or, sachant que la VR et l'AR sont des technologies assez gourmandes (de par la demande de deux rendus simultanés, ou de part des ordis par assez puissants, ou encore parce que ça doit tourner sur mobile), lors de la création de contenu, le but est justement de réduire le nombre de polygones au maximum pour optimiser les performances et avoir des bonnes performances sur du matériel pas forcément haut de gamme. Or, la façon la plus propre d'avoir un objet avec peu de polygones mais qui ressemble à quelque chose, c'est de le faire à la main pour placer judicieusement les polygones aux bons endroits. Dans ce cas ici, scanner un objet en 3D donne un objet dont la structure est composée de millions de polygones en vrac. Si on utilise des filtres pour réduire ce nombre de polygones, on obtient un truc qui ne ressemble plus à rien car les lignes importantes de l'objet (celles qui servent à reconnaître un objet du premier coup d'oeil) ne seront pas prises en compte lorsque l'on "décime" les polygones.

Bref, tout ça pour dire qu'à part pour un usage très spécifique (je pense aux musées pour archiver virtuellement des objets par exemple), je ne pense pas que ça remplacera le travail du graphiste 3D (enfin, je l'espère pour moi!! ).
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme