Etude : ne vendre que des véhicules électriques, une réalité possible dès 2035 ?

Le par  |  70 commentaire(s)
prise-universelle-recharge-voiture-electrique

Nicolas Hulot, nouveau ministre de l'Ecologie, veut l'arrêt des ventes des véhicules essence et diesel en 2040 au profit des voitures électriques. Selon une étude ING, cette mesure serait possible dès 2035.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a marqué les esprits en évoquant l'échéance 2040 pour la fin des ventes de véhicules diesel et essence au profit des voitures électriques.

L'année fatidique peut sembler lointaine, d'autant plus que d'autres pays ont évoqué des temps plus courts avec une transition dès 2030. Il reste cependant beaucoup à faire pour préparer le marché, alors que les véhicules électriques ne représentent toujours que 0,2% du parc automobile européen et que les infrastructures (bornes de recharge, notamment) font défaut.

ING vehicules electriques ventes

Part de marché des véhicules électriques (source IEEE)

Une étude du groupe ING assure pourtant que l'objectif de ne vendre que des véhicules électriques pourrait être atteint dès 2035. L'impact des conséquences de l'activité humaine sur le climat (réchauffement, pollution...) jette une nouvelle lumière sur le segment des véhicules électriques malgré les obstacles encore bien présents freinant leur achat : prix élevé, autonomie restreinte et temps de recharge trop long.

ING vehicules électriques freins

Pour les analystes d'ING, ces freins pourront être levés ces prochaines années par les évolutions technologiques, de la recharge "ultra rapide" (avec la promesse de 300 km d'autonomie pour 20 minutes de charge) aux programmes de déploiement massif de bornes de recharge en passant par la baisse des prix des véhicules (et surtout de leurs batteries) grâce aux économies d'échelle, les constructeurs automobiles se lançant dans l'aventure et mettant les moyens pour développer une production industrielle de grande ampleur.

ING vehicules electriques logistique

Ainsi, le coût des batteries est déjà passé de 1000 dollars / KWh en 2010 à 300 dollars / KWh en 2016 et il devrait continuer de baisser. L'étude d'ING table donc sur un fort développement des ventes de véhicules électriques à partir de 2024 et la possibilité de conquête du marché des véhicules neufs, avec des performances au moins similaires à celles des véhicules à moteur thermique, pour 2035.

Cela va toutefois demander une intense réorganisation du secteur automobile et de ses chaînes de production. L'Europe, qui représente presque 25% de la production mondiale de moteurs à combustion, ne pèse que 3% pour ce qui concerne la production de véhicules électriques.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 7

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1974241
En France ça fera +38 millions de voitures électriques a vendre,les vendeurs vont se frotter les mains
Le #1974242
Avec ma voiture diésel je parcoure 1000 à 1100 km avec un plein qui prends 5 mn.
En matière d'autonomie et de temps pour le plein l'électrique est très loin d'être concurrentiel, et il sera pour de nombreuses années encore.

C'est un changement de façon de vivre que l'on nous promet, et bien moins d'autonomie.

Il faudrait aussi se poser la question "avec quoi va-t-on produire toute cette électricité supplémentaire?".
Sachant qu'en matière de chauffage des habitations il faudra aussi passer à l'électricité faute de gaz à l'avenir.
17 centrales nucléaires bientôt fermées, et remplacées par quoi?.
Des éoliennes qui ne fonctionnent que si il y a du vent?.
Des panneaux solaires qui ne fonctionnent pas la nuit et le jour si il y a du soleil?.
Ou alors des centrales à charbon ou gaz?. Bonjour la pollution.

Et le moteur à hydrogène? Il en est ou?
Ha! c'est vrai il fonctionne à l'eau et c'est gratuit ou pas cher.
Cela n'arrange pas les financiers et les États (pour les taxes).

Le #1974243
phebus a écrit :

Avec ma voiture diésel je parcoure 1000 à 1100 km avec un plein qui prends 5 mn.
En matière d'autonomie et de temps pour le plein l'électrique est très loin d'être concurrentiel, et il sera pour de nombreuses années encore.

C'est un changement de façon de vivre que l'on nous promet, et bien moins d'autonomie.

Il faudrait aussi se poser la question "avec quoi va-t-on produire toute cette électricité supplémentaire?".
Sachant qu'en matière de chauffage des habitations il faudra aussi passer à l'électricité faute de gaz à l'avenir.
17 centrales nucléaires bientôt fermées, et remplacées par quoi?.
Des éoliennes qui ne fonctionnent que si il y a du vent?.
Des panneaux solaires qui ne fonctionnent pas la nuit et le jour si il y a du soleil?.
Ou alors des centrales à charbon ou gaz?. Bonjour la pollution.

Et le moteur à hydrogène? Il en est ou?
Ha! c'est vrai il fonctionne à l'eau et c'est gratuit ou pas cher.
Cela n'arrange pas les financiers et les États (pour les taxes).


L'hydrogène alimente une pile à combustible qui produit de l'électricité..
Pour produire de l'hydrogène... il faut de l'électricité...

ça reste toujours une voiture électrique
Le #1974248
@phebus Le moteur à hydrogène existe, Toyota en a commercialisé un au Japon. Mais il a deux défauts majeurs :
- produire de l'hydrogène est très polluant, vu qu'on l'extrait généralement d'hydrocarbures (autrement dit : de pétrole). Je sais pas où tu as lu qu'il fonctionnait à l'eau mais c'est des conneries.
- question sécurité c'est moyen (imagine une fuite dans un parking sous-terrain. Le gars il sort pour allumer sa clope et BOOM)

Il est tout à fait normal que les industriels préfèrent investir dans les batteries au lithium, vu que cette technologie existe déjà et que les infrastructures sont là.

Arrêtez de blâmer l'État et les "méchants capitalistes". Lorsqu'on regarde les alternatives aux batteries au lithium (hydrogène, air comprimé, moteur-roue, ...), on a certes l'impression que cette dernière est la pire des solutions, mais il n'en est rien. Si c'est ce modèle qui s'est imposé, c'est bien pour des raisons techniques.
Le #1974250
phebus a écrit :

Avec ma voiture diésel je parcoure 1000 à 1100 km avec un plein qui prends 5 mn.
En matière d'autonomie et de temps pour le plein l'électrique est très loin d'être concurrentiel, et il sera pour de nombreuses années encore.

C'est un changement de façon de vivre que l'on nous promet, et bien moins d'autonomie.

Il faudrait aussi se poser la question "avec quoi va-t-on produire toute cette électricité supplémentaire?".
Sachant qu'en matière de chauffage des habitations il faudra aussi passer à l'électricité faute de gaz à l'avenir.
17 centrales nucléaires bientôt fermées, et remplacées par quoi?.
Des éoliennes qui ne fonctionnent que si il y a du vent?.
Des panneaux solaires qui ne fonctionnent pas la nuit et le jour si il y a du soleil?.
Ou alors des centrales à charbon ou gaz?. Bonjour la pollution.

Et le moteur à hydrogène? Il en est ou?
Ha! c'est vrai il fonctionne à l'eau et c'est gratuit ou pas cher.
Cela n'arrange pas les financiers et les États (pour les taxes).


Et on ne parle jamais de la fabrication et du recyclage des batteries. Très polluantes lors de l'extraction des métaux, et «le recyclage du lithium : difficile, pas très propre ; et qui exige beaucoup d'énergie».

cf l'article :
http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-auto/voiture-electrique-oui-elle-pollue-aussi_1767297.html
Le #1974253
Tout est possible mais cela sera-t-il la volonté des gros magnats du pétrole et de leurs suzerains financiers ? J'en doute. Les bâtons, c'est aussi fait pour les mettre dans les rayons d'une roue...
Le #1974254
Ce sont les "lobbies" du carburant qui vont faire la gueule et tenter d'empêcher ça.
Le #1974255
Subutox a écrit :

Ce sont les "lobbies" du carburant qui vont faire la gueule et tenter d'empêcher ça.


La plupart des constructeurs présentent des calendriers d'abandon des moteurs thermiques. Ça n'est pas dans 10 ans qu'il y aura plus de moteur thermique bien entendu, c'est une transition au long cours, mais la transition est bien en train de se produire.
Le #1974259
jujubibi a écrit :

@phebus Le moteur à hydrogène existe, Toyota en a commercialisé un au Japon. Mais il a deux défauts majeurs :
- produire de l'hydrogène est très polluant, vu qu'on l'extrait généralement d'hydrocarbures (autrement dit : de pétrole). Je sais pas où tu as lu qu'il fonctionnait à l'eau mais c'est des conneries.
- question sécurité c'est moyen (imagine une fuite dans un parking sous-terrain. Le gars il sort pour allumer sa clope et BOOM)

Il est tout à fait normal que les industriels préfèrent investir dans les batteries au lithium, vu que cette technologie existe déjà et que les infrastructures sont là.

Arrêtez de blâmer l'État et les "méchants capitalistes". Lorsqu'on regarde les alternatives aux batteries au lithium (hydrogène, air comprimé, moteur-roue, ...), on a certes l'impression que cette dernière est la pire des solutions, mais il n'en est rien. Si c'est ce modèle qui s'est imposé, c'est bien pour des raisons techniques.


tu peu produire de l’hydrogène a partir d'eau mais il faut de l’électricité en grande qtt.
il faut aussi le transporter ce qui n'est pas simple.


Le #1974260
La voiture électrique n'est pas moins polluante pour l'instant sauf pour la pollution sonore.

Ce qui pollue c'est d’abord la production de batterie puis la production d’électricité.

l'Avantage de la voiture électrique c'est que la pollution est plus localisé et que l'on progressera rapidement sur le stockage et la production ...

a l inverse le moteur a explosion ne progresse plus beaucoup .



Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]