Un supercalculateur de 10 pétaflops pour aider l'IA en France

Le par  |  3 commentaire(s)
supercalculateur-genci

Afin de soutenir la recherche en intelligence artificielle en France, un supercalculateur de 10 pétaflops sera installé en 2019, avec un millier de GPU spécialisés.

Faisant suite au rapport Villani sur l'intelligence artificielle et au discours en début d'année du président de la République sur la stratégie de la France en la matière, le gouvernement a présenté hier les grandes orientations concernant la recherche dans ce domaine.

Cette recherche en IA sera financée par l'État à hauteur de 665 millions d'euros d'ici à 2022 et s'appuiera notamment sur un réseau d'un petit nombre d'Instituts Interdisciplinaires d'Intelligence Artificielle (3IA). Ils permettront de rapprocher recherche publique et privée.

Cette création du réseau 3IA sera le plus gros poste de financement par l'État (200 millions d'euros), devant le renforcement des coopérations internationales dont une stratégie partagée avec l'Allemagne (115 millions d'euros), et l'investissement dans les moyens de calcul (115 millions d'euros).

Sur ce dernier registre, il a été annoncé un supercalculateur dédié à l'intelligence artificielle. D'une puissance de calcul supérieure à 10 pétaflops (10 millions de milliards d'opérations par seconde), il sera installé début 2019 par l'opérateur national de calcul intensif GENCI à l'Institut du développement et des ressources en informatique scientifique du CNRS sur le plateau de Saclay.

Un tel supercalculateur avait en réalité déjà été prévu au préalable. Ces usages classiques pour du calcul à haute performance seront étendus pour de l'intelligence artificielle avec plus d'un millier de processeurs spécialisés (GPU).

Cette puissance de calcul (en tous cas les GPU) pourra être exploitée avec la phase d'apprentissage de l'intelligence artificielle où un algorithme recherche tous les paramètres permettant à un modèle de réaliser une tâche demandée avec un haut niveau de performance. Le modèle est ainsi entraîné.

Le rapport Villani avait toutefois prévenu : " Les cas qui mobiliseraient intégralement un supercalculateur adapté à l'IA sont assez rares et ne concernent qu'un domaine limité de la recherche. La grande majorité des applications nécessite une quantité de ressources beaucoup plus restreintes (ressources se comptant en dizaine de GPU par exemple), un besoin auquel pourrait répondre un cloud pour l'IA. "

À noter par ailleurs que des dons de Facebook seront utilisés pour augmenter la puissance de calcul disponible pour l'IA.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2042182
Comme quoi les caisses de l'État ne sont pas complètement vides... Ou alors il emprunte et nous on va être encore taxés.
Le #2042186
phebus a écrit :

Comme quoi les caisses de l'État ne sont pas complètement vides... Ou alors il emprunte et nous on va être encore taxés.


La réponse est simple: On emprunte.
Le #2042197
phebus a écrit :

Comme quoi les caisses de l'État ne sont pas complètement vides... Ou alors il emprunte et nous on va être encore taxés.


S'il y a un endroit où il faut investir en ce moment c'est bien là !
Il faut qu'on retrouve un semblant d'indépendance dans ce domaine et ne pas tout laisser aux Gafam et Batx

Il faut arrêter de construire des rond points tous les 50m et mettre du pognon là dedans et dans la formation de nos jeunes !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme