Kaspersky s'installe en Suisse pour plus de transparence

Le par  |  6 commentaire(s)
Kaspersky-Lab-logo

Face à la polémique qui entoure l'éditeur de solutions de sécurité Kaspersky, la marque a décidé de venir s'installer à Zurich pour plus de transparence.

Kaspersky est accusée depuis l'année dernière de fournir un ensemble d'informations aux services de renseignements russes. L'éditeur russe est ainsi régulièrement pointé du doigt par des associations, sites ou même gouvernements comme c'était le cas avec les USA puis la Hollande en début de semaine (le gouvernement annonçait bannir les solutions antivirales de la société de l'ensemble des postes de son administration à l'échelle nationale).

Eugene Kaspersky

La peur de voir les logiciels de Kaspersky se présenter comme des portes d'entrée pour les espions russes a porté un coup à la société qui voit nombre d'États lui tourner le dos depuis plusieurs mois, avec des conséquences qui se constatent aussi progressivement chez les particuliers.

Il est évident que les États et leurs administrations ont tout intérêt à disposer de solutions logicielles souveraines... Cela ne veut toutefois pas dire que les logiciels étrangers se présentent comme des espions potentiels, à ce jour, aucune preuve n'a été mise en lumière concernant les accusations lancées à Kaspersky Lab, même si la loi russe permet une saisie des données par les autorités en cas de besoin...

C'est ainsi que la firme aborde une nouvelle stratégie en annonçant s'installer à Zurich en Suisse. Kaspersky va ouvrir un datacenter dans le pays l'année prochaine ainsi qu'un laboratoire de conception de logiciels. Le centre de données desservira les pays européens, mais aussi l'Australie, les USA, Singapour et le Japon. En relocalisant les données en Suisse, Kaspersky les met hors de portée de la loi russe permettant aux autorités de les consulter en cas de besoin. La Suisse disposant par ailleurs d'une législation renforcée concernant la protection des données et la confidentialité, les clients ne devraient plus avoir peur de voir des gouvernements lorgner sur leur activité.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2013448
Soit :
1- Vu ce que rapportent leurs licences, ils ont peut-être de l'argent à placer ?
2- Poutine a peut-être trouvé un bon rendement pour y mettre ses économies ?
3- La mafia russe a trouvé un passeur ?


Sans rire j'aime bien KAV. Un bon produit. Je l'ai juste abandonné l'année dernière car leur "Suite 2017" était un peu trop gourmande en ressources à mon goût mais comme cela change d'années en années, je ne dis pas que je n'y reviendrai pas.
Le #2013453
les américains :
faites ce que je dis pas ce que je fais !
Le #2013457
Mais c'est pas parce qu'ils sont maintenant en Suisse qu'ils ne peuvent pas espionner quand même

Je ne dis pas qu'ils le font, ou qu'ils le faisaient.

Tout le monde peut espionner tout le monde, il faut juste le savoir.
Les grosses boites avec leurs OS (Android, iOS, Windows et même Linux)
Intel avec ses outils de management réseau
Les constructeurs d'éléments réseaux actifs (Routeurs, switchs, etc ...)
Le #2013463
Bienvenue !
Le #2013563
C'est bien, la Suisse...

Plus loin de la Russie et plus près des banques...
Le #2013575
La Suisse offre beaucoup d'avantages.......Mais si Poutine veut une info; il l'obtiendra quand meme. Disons que cette nouvelle location les rend politiquement plus corrects.

Ceci dit, Kaspersky propose des bonnes solutions antivirales. Certes, gourmandes en ressources, mais moins que Bitdefender et G-data en mode scan. Donc pour un particulier possédant un pc relativement récent, Kaspersky s'avère etre un bon choix.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme