Ransomware Locky et plateforme d'échange de cryptomonnaies BTC-e : 10 ans prison requis contre un Russe

Le par Jérôme G.  |  0 commentaire(s) | Source : Le Monde
ransomware

Alors que les États-Unis et la Russie veulent aussi le juger, Alexander Vinnik encourt en France une peine de 10 ans de prison. Il est accusé d'être derrière le rançongiciel Locky et de blanchiment d'argent via BTC-e.

Arrêté en 2017 en Grèce, le ressortissant russe Alexander Vinnik a été extradé en France en début d'année. Accusé d'être l'un des créateurs du ransomware Locky, il est également accusé de blanchiment d'argent et d'extorsion via la plateforme d'échange de cryptomonnaies BTC-e.

Âgé de 41 ans, l'homme encourt une peine de 10 ans de prison et 750 000 € d'amende. En France, le ransomware Locky aurait fait près de 200 victimes entre 2016 et 2018. Le nombre de victimes de Locky dans le monde avoisinerait 5 700, avec un préjudice estimé à 135 millions d'euros en 2018.

ransomware
Alexander Vinnik assure n'avoir aucun lien avec le rançongiciel Locky et se présente comme un simple opérateur technique de la plateforme BTC-e qui a reçu des paiements de rançons. Un jugement est attendu pour début décembre prochain.

Le ressortissant russe avait été arrêté à la demande des autorités américaines. Selon lui, elles ont remis des documents douteux à la France. La Grèce avait donné suite à un mandat d'arrêt européen pour son extradition vers la France. Les États-Unis veulent également le juger, mais aussi la Russie dans le cadre d'une affaire de moindre ampleur.

Le Financial Crimes Enforcement Network (un bureau du département du Trésor des États-Unis) a imposé une amende civile de 110 millions de dollars à BTC-e pour blanchiment d'argent, tandis que Alexander Vinnik a été condamné à 12 millions de dollars pour son rôle joué dans les transactions.


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar