Le secteur agricole, un défi majeur pour les logiciels de reconnaissance d’image

Le par  |  8 commentaire(s)
vache-lait

La reconnaissance d’image promet de changer notre quotidien et tous les secteurs industriels d’ici quelques années. Pourtant, pour le moment, les développeurs de ces logiciels de reconnaissance d’image ultra performants se retrouvent confrontés à un défi de taille, celui du secteur agricole. Pour de nombreuses raisons, le développement de la reconnaissance d’image y est difficile.

Un développement rendu laborieux par les animaux
Si la reconnaissance d’image a autant de mal à s’adapter au secteur agricole, c’est parce que les animaux qui le composent se montrent assez peu coopératifs. Or, pour que les logiciels fonctionnent, ils ont d’abord besoin d’apprendre et donc de collecter des informations. La question de la reconnaissance facile se pose notamment pour permettre aux logiciels de détecter les animaux malades ou simplement compter les membres d’un troupeau. 

Or, les logiciels ont encore du mal à reconnaître les animaux, d’autant plus que, contrairement aux humains, ils sont surtout reconnaissables par leur profil. Les photographes et les développeurs sont nombreux à témoigner de situations délicates auprès des animaux qui se fichent totalement de rester immobiles et n’hésitent pas à piétiner le matériel.

Un écueil temporaire

Il ne fait aucun doute qu’un logiciel de reconnaissance d’image adapté à ce secteur industriel finira par voir le jour, tout comme des logiciels de ce genre se sont déjà adaptés à de nombreux secteurs. Il faut dire qu’ils y remplissent une mission très importante et qu’ils s’apprêtent à changer la vie de plusieurs milliards d’êtres humains. Dans le secteur agricole, comme dans le secteur industriel, il intéresse notamment beaucoup les dirigeants et les assureurs. 

Effectivement, un tel dispositif permet d’analyser en temps réel les flux vidéo captés par les caméras disposées dans une usine ou une exploitation quelconque. Ainsi, de cette analyse découlent ensuite des prises de décisions automatiques qui permettent d’améliorer la performance de production, mais également la sécurité en repérant automatiquement les comportements dangereux. Un logiciel est, par exemple, capable de repérer un travailleur qui aurait oublié de porter son casque.

Vache

L’avenir de l’intelligence artificielle

Les logiciels de reconnaissance d’image ne sont ni plus ni moins que l’avenir de l’intelligence artificielle. Certaines solutions de ce genre sont si polyvalentes qu’on les retrouve dans d’innombrables entreprises où elles remplissent de très nombreuses missions différentes. En se reposant sur l’analyse d’image et l’apprentissage, ces logiciels permettent de créer un réseau autonome, intelligent et adaptable. 

D’ici quelques années, la reconnaissance d’image sera sans aucun doute au cœur du fonctionnement de beaucoup de services et permettra d’automatiser énormément d’actions. Ainsi, dans le secteur industriel comme dans le secteur privé, la reconnaissance d’image aura bientôt d’importantes répercussions, que ce soit le paiement automatique, la publicité personnalisée ou une intégration domotique pour une meilleure gestion de nos intérieurs.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2071054
Ah la vache ...
Le #2071058
Reconnaissance faciale du bétail...

On nage dans la connerie, là, quand même...
Le #2071066
lebonga a écrit :

Reconnaissance faciale du bétail...

On nage dans la connerie, là, quand même...


Si cela permet de multiplier la production d'une exploitation par deux, pas si débile que ça !!
Le #2071068
TheSky a écrit :

lebonga a écrit :

Reconnaissance faciale du bétail...

On nage dans la connerie, là, quand même...


Si cela permet de multiplier la production d'une exploitation par deux, pas si débile que ça !!


oui, il y a beaucoup d'applications. Avec un logiciel optimisé tu peux en quelques secondes compter le nombre de bêtes dans un troupeau, savoir s'il y a des vaches malades ou blessées, surveiller les petits,...
Pour l’agriculture resterait à la traîne des nouvelles technologies ? Les agriculteurs d'aujourd'hui utilisent tous des logiciels dédiés pour la cartographie de leurs cultures, la gestion des stocks, le positionnement GPS pour les tracteurs, les drones pour suivre l'état des cultures, ...

Faut se mettre à la page hein
Le #2071078
Bruno a écrit :

TheSky a écrit :

lebonga a écrit :

Reconnaissance faciale du bétail...

On nage dans la connerie, là, quand même...


Si cela permet de multiplier la production d'une exploitation par deux, pas si débile que ça !!


oui, il y a beaucoup d'applications. Avec un logiciel optimisé tu peux en quelques secondes compter le nombre de bêtes dans un troupeau, savoir s'il y a des vaches malades ou blessées, surveiller les petits,...
Pour l’agriculture resterait à la traîne des nouvelles technologies ? Les agriculteurs d'aujourd'hui utilisent tous des logiciels dédiés pour la cartographie de leurs cultures, la gestion des stocks, le positionnement GPS pour les tracteurs, les drones pour suivre l'état des cultures, ...

Faut se mettre à la page hein


Yes, et de facto ça ferait baisser les coûts d'exploitation. Un plus donc pour nos agriculteurs qui en ont bien besoin ....
Le #2071094
skynet a écrit :

Bruno a écrit :

TheSky a écrit :

lebonga a écrit :

Reconnaissance faciale du bétail...

On nage dans la connerie, là, quand même...


Si cela permet de multiplier la production d'une exploitation par deux, pas si débile que ça !!


oui, il y a beaucoup d'applications. Avec un logiciel optimisé tu peux en quelques secondes compter le nombre de bêtes dans un troupeau, savoir s'il y a des vaches malades ou blessées, surveiller les petits,...
Pour l’agriculture resterait à la traîne des nouvelles technologies ? Les agriculteurs d'aujourd'hui utilisent tous des logiciels dédiés pour la cartographie de leurs cultures, la gestion des stocks, le positionnement GPS pour les tracteurs, les drones pour suivre l'état des cultures, ...

Faut se mettre à la page hein


Yes, et de facto ça ferait baisser les coûts d'exploitation. Un plus donc pour nos agriculteurs qui en ont bien besoin ....


"...et de facto ça ferait baisser les coûts d'exploitation."
Ça, c'est dans le monde merveilleux des bisounours....

"Les agriculteurs d'aujourd'hui utilisent tous des logiciels dédiés pour la cartographie de leurs cultures, la gestion des stocks, le positionnement GPS pour les tracteurs, les drones pour suivre l'état des cultures, "
... peut-être dans les grosses (énormes?) exploitations, mais le petit agriculteur du coin - celui qui à du mal à joindre les 2 bouts à la fin du mois - et même celui qui arrive à s'en sortir, je ne pense pas qu'il puisse s'offrir toutes ces merveilles technologiques... il y a un moment ou il faut arrêter de délirer.
Le #2071101
zorglub123 a écrit :

skynet a écrit :

Bruno a écrit :

TheSky a écrit :

lebonga a écrit :

Reconnaissance faciale du bétail...

On nage dans la connerie, là, quand même...


Si cela permet de multiplier la production d'une exploitation par deux, pas si débile que ça !!


oui, il y a beaucoup d'applications. Avec un logiciel optimisé tu peux en quelques secondes compter le nombre de bêtes dans un troupeau, savoir s'il y a des vaches malades ou blessées, surveiller les petits,...
Pour l’agriculture resterait à la traîne des nouvelles technologies ? Les agriculteurs d'aujourd'hui utilisent tous des logiciels dédiés pour la cartographie de leurs cultures, la gestion des stocks, le positionnement GPS pour les tracteurs, les drones pour suivre l'état des cultures, ...

Faut se mettre à la page hein


Yes, et de facto ça ferait baisser les coûts d'exploitation. Un plus donc pour nos agriculteurs qui en ont bien besoin ....


"...et de facto ça ferait baisser les coûts d'exploitation."
Ça, c'est dans le monde merveilleux des bisounours....

"Les agriculteurs d'aujourd'hui utilisent tous des logiciels dédiés pour la cartographie de leurs cultures, la gestion des stocks, le positionnement GPS pour les tracteurs, les drones pour suivre l'état des cultures, "
... peut-être dans les grosses (énormes?) exploitations, mais le petit agriculteur du coin - celui qui à du mal à joindre les 2 bouts à la fin du mois - et même celui qui arrive à s'en sortir, je ne pense pas qu'il puisse s'offrir toutes ces merveilles technologiques... il y a un moment ou il faut arrêter de délirer.


Ouais enfin si l'agriculteur qui a du mal a joindre les 2 bouts. Aller forcement au plus simple en achetant des graines monsanto, en revendant qu'a la coopérative local et en ne faisant que de la monoculture sur une terre pas adapté.

Ben tant pis pour lui.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme