La première école construite par impression 3D a ouvert ses portes au Malawi

Le par Jérémy L.  |  4 commentaire(s)

Le monde de l'impression 3D est toujours en plein BOOM et se démocratise de plus en plus et pour tous les budgets. Aujourd'hui, il existe des modèles différents entre les imprimantes à pizza ou même celles qui impriment des bâtiments entiers.

Impression 3D maison

Depuis quelques temps, des prototypes d’imprimantes 3D géantes sont déjà en fonction et ont montré leur efficacité. Elles sont capables de construire la structure d’une maison rapidement et souvent en moins de 24 h.

pressure-1019934_1280

C’est le cas de la première école imprimée en 3D qui vient de voir le jour en Afrique et plus précisément au Malawi. Elle a vu le jour en 18 heures, contre plusieurs mois ou années sur le continent africain. Cette performance, on la doit à l’entreprise danoise Cobod qui fournit des imprimantes pour la filiale 14Trees, afin d’accélérer la production de logements abordables dans le monde.

ELEGOO Mars 2 Mono
ELEGOO Mars 2 Mono

178,5€  sur Amazon* * Prix initial : 239,99€ 

Certains pays africains, comme le Malawi, manquent sévèrement d’écoles et cette technologie va permettre d’accélérer le mouvement mis en place par des associations. En plus de faire des constructions solides, durables et fiables en un temps record, l’impression 3D permet de faire baisser l’impact carbone de moitié comparé aux méthodes traditionnelles.

Le bénéfice va aller surtout aux enfants, car ils seront plus nombreux à pouvoir bénéficier d’une éducation scolaire et donc améliorer leur qualité de vie. Cette école ne sera pas un coup d’essai, car d’autres sont déjà prévues dans un avenir proche.

  • Partager ce contenu :
Cette page peut contenir des liens affiliés. Si vous achetez un produit depuis ces liens, le site marchand nous reversera une commission sans que cela n'impacte en rien le montant de votre achat. En savoir plus.
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
smalldick offline Hors ligne VIP icone 7878 points
Le #2137678
Le bénéfice va aller surtout aux enfants, car ils seront plus nombreux à pouvoir bénéficier d’une éducation scolaire et donc améliorer leur qualité de vie. Cette école ne sera pas un coup d’essai, car d’autres sont déjà prévues dans un avenir proche.

sauf pour 20% de la population.
Anonyme offline Hors ligne VIP avatar 15871 points
Le #2137710
On se demande si les journalistes réfléchissent de temps en temps. en Afrique la main-d'œuvreest quasiment gratuite. Une école de la taille de celle qui a été fabriquée peut-être monter en parpaings en 3 jours. Et que l'on ne me dise pas que 18 heures contre 3 jours ça fait une différence. En outre dans les 18 heures n'a pas été comptabilisé le temps de l'installation de l'imprimante. Si on le comptabilise on doit arriver à la vitesse d'exécution d'une équipe d'ouvriers locaux. Enfin il va falloir m'expliquer comment le transport d'une structure aussi importante et comment le paiement des salaires autrement plus élevés des techniciens qui montent et utilisent cette structure peut-être moins élevée que le paiement d'une équipe de 12 personnes payées à la fronde. Il faudra enfin m'expliquer en quoi payer des étrangers pour fabriquer ces écoles c'est mieux que de payer de la main-d'œuvre locale. et on peut trouver encore pas mal d'écueils comme le fait de devoir disposer d'une centrale à béton pas loin, comme le fait de devoir disposer d'électricité, etc.
Bref on peut être extrêmement critique sur le projet quand on est journaliste la bien-pensance la porte et il ne faut surtout jamais critiquer, à part peut-être concerne Macron lol.
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17616 points
Le #2137733
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17616 points
Le #2137734
cycnus a écrit :

On se demande si les journalistes réfléchissent de temps en temps. en Afrique la main-d'œuvreest quasiment gratuite. Une école de la taille de celle qui a été fabriquée peut-être monter en parpaings en 3 jours. Et que l'on ne me dise pas que 18 heures contre 3 jours ça fait une différence. En outre dans les 18 heures n'a pas été comptabilisé le temps de l'installation de l'imprimante. Si on le comptabilise on doit arriver à la vitesse d'exécution d'une équipe d'ouvriers locaux. Enfin il va falloir m'expliquer comment le transport d'une structure aussi importante et comment le paiement des salaires autrement plus élevés des techniciens qui montent et utilisent cette structure peut-être moins élevée que le paiement d'une équipe de 12 personnes payées à la fronde. Il faudra enfin m'expliquer en quoi payer des étrangers pour fabriquer ces écoles c'est mieux que de payer de la main-d'œuvre locale. et on peut trouver encore pas mal d'écueils comme le fait de devoir disposer d'une centrale à béton pas loin, comme le fait de devoir disposer d'électricité, etc.
Bref on peut être extrêmement critique sur le projet quand on est journaliste la bien-pensance la porte et il ne faut surtout jamais critiquer, à part peut-être concerne Macron lol.


Il faut voir.
L'imprimante en elle même doit pouvoir se transporter sur un seul véhicule.
Il faut accéder a du béton, oui... comme avec des parpaings.
Différence de salaire, peut être, mais le nombre de salariés requis n'est pas le même.
L'électricité, oui, quoique pour une construction classique il en faut aussi pour divers outils, et les groupes électrogènes peuvent y remédier (juste une remorque en plus pour le véhicule qui transporte l'imprimante).

Les points que tu soulèves peuvent être pertinents, mais difficile de statuer sans plus d'éléments.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire