Project Natick : Microsoft très satisfait de son datacenter sous-marin

Le par Christian D.  |  5 commentaire(s) | Source : Microsoft
Microsoft project natick 01

Microsoft a sorti du fond des eaux son concept de datacenter sous-marin issu du Project Natick et annonce que l'expérience s'est avérée concluante.

Assurer le refroidissement des datacenters est une opération sensible et coûteuse et les entreprises étudient diverses méthodes pour tenter de résoudre ce casse-tête. Chez Microsoft, on a testé le refroidissement par l'eau de mer en immergeant un grand caisson étanche faisant office de datacenter.

Le Project Natick est une expérimentation menée sur plus de deux ans et qui vient de trouver une conclusion avec la remontée du caisson réalisée durant l'été. Les deux années d'immersion ont permis d'étudier la faisabilité et la robustesse d'une telle méthode.

Immergé à 35 mètres de profondeur, au nord de l'Ecosse, le caisson a fait l'objet d'une surveillance continue pour évaluer les niveaux de corrosion, les fluctuations de température et les difficultés rencontrées pour la maintenance.

Microsoft Project Natick 02

L'idée derrière ce projet est de pouvoir un jour déployer très rapidement des datacenters fiables et économes en énergie à des populations côtières, avec le moins d'interactions humaines possible.

Après deux ans d'immersion, le container du datacenter s'est recouvert d'algues, de coquillages et d'anémones mais a parfaitement rempli sa fonction. Des échantillons de son atmosphère intérieure, composée d'azote, ont été récupérés pour analyse afin de vérifier si les équipements embarqués n'ont pas relargué des gaz ayant modifié sa composition.

Microsoft Project Natick 03

Microsoft va également soigneusement examiner les équipements tombés en panne durant l'expérience mais note déjà que les datacenters sous-marins sont huit fois plus fiables que leur équivalent terrestre.

Les conclusions de l'étude des différents éléments du Project Natick devrait donc avoir aussi des répercussions sur l'amélioration de la fiabilité des datacenters terrestres. L'utilisation d'une atmosphère très azotée, moins corrosive que l'atmosphère terrestre riche en oxygène corrosif, pourrait ainsi être généralisée.

Le fait que personne ne soit venu perturber les équipements durant toute l'expérimentation explique aussi le fort taux de fiabilité du dispositif, explique encore Microsoft.

Le choix des Iles Orcade comme site sous-marin tient aussi à son alimentation électrique purement éolienne et solaire qui répond aux critères environnementaux du Project Natick, démontrant que ces énergies ne produisant pas un flux régulier peuvent tout de même faire fonctionner un datacenter.

Coupler un datacenter sous-marin à une ferme éolienne en mer pourrait donc être une option d'avenir, tandis qu'il démontre qu'il n'est pas nécessaire de prélever de l'eau sur terre, ressource rare, fragile et nécessaire aux populations, pour refroidir les équipements.

Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Le #2108302
le refroidissement du matériel implique tout de même... un transfert de la chaleur vers l'eau environnante
Le #2108306
Darkaeons a écrit :

le refroidissement du matériel implique tout de même... un transfert de la chaleur vers l'eau environnante


Oui c'est la base !
bon endroit pour manger une soupe de poisson
Le #2108309
Pour le coup, je me demande si ce réchauffement sera significatif...
si on compare au refroidissement d'une centrale en bord de mer par exemple.. qui permettent l'aquaculture d'espèces normalement impossible aux T° normales...
Le #2108398
Y'a jamais besoin d'aller rebooter windows à la main dans ces trucs là ?
Le #2108707
Et si ya un disque dur qui lache ?
Ils vont être bien emmerdés pour le remplacer....
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar