PicSat : lancement réussi et premier contact

Le par  |  5 commentaire(s)
nanosatellite-PicSat

Le nanosatellite PicSat est en orbite. Une mission qui l'amènera à observer l'étoile Beta Pictoris et son exoplanète.

Le lancement par une fusée indienne s'est déroulé avec succès pour le nanosatellite PicSat de l'Observatoire de Paris et du CNRS. Un projet qui a été financé en grande partie par l'Europe.

PicSat est désormais en orbite polaire à 505 km d'altitude au-dessus de la Terre. Une communication a pu être établie. Tout semble donc se dérouler comme prévu.

Dans les prochains jours, il s'agira de pointer l'étoile Beta Pictoris pour pouvoir ultérieurement détecter sa planète en orbite, ainsi que des exocomètes qui passeront devant.

L'aventure de PicSat peut être suivie via un compte Twitter en son nom, et par le biais d'un site dédié.

-----

Actualité publiée le 11 janvier 2018

PicSat est un nanosatellite exploitant le modèle des CubeSats qui sont des modules cubiques de 10 cm de côté. Composé de trois cubes et pesant 3,5 kg, PicSat va être placé sur une orbite polaire à 505 km d'altitude au-dessus de la Terre.

Équipé d'un télescope de seulement 5 cm de diamètre, le nanosatellite va observer la jeune et brillante étoile Beta Pictoris à 63,4 années-lumière de nous et l'exoplanète Beta Pictoris b qui est en orbite autour d'elle.

Vue de la Terre, l'exoplanète Beta Pictoris b devrait passer devant son étoile d'ici l'été 2018. S'il n'y a pas de certitude, c'est un passage qu'il ne faudra pas louper. " Observer ce transit, qui se produit tous les 18 ans, permettrait de déduire la taille exacte de l'exoplanète, l'étendue et la composition de son atmosphère, et sa composition chimique ", écrit le CNRS.

Cette fameuse méthode du transit est l'une des principales utilisées pour la détection des exoplanètes. Elle repose sur la mesure des variations du flux lumineux d'une étoile qui trahissent le passage d'une planète.

PicSat

Prévu pour fonctionner pendant un an, PicSat bénéficiera d'un point d'observation de premier plan et en continu pour ne pas rater le transit. Il a été conçu en seulement trois ans par des scientifiques de l'Observatoire de Paris et du CNRS.

Le nanosatellite français sera lancé ce vendredi 12 janvier à bord d'une fusée indienne PSLV qui décollera à 4h58 (heure française), avec également une trentaine d'autres satellites.

Complément d'information
  • Jailbreak pour iOS 8.2 bêta
    Les hackers de la team TaiG publie une mise à jour de leur outil de jailbreak. Une prise en charge d'iOS 8.2 jusqu'à sa deuxième version bêta.
  • OS X : vous pouvez tester les versions bêta
    Apple propose le programme OS X Beta Program. Tout détenteur d'un compte Apple peut désormais devenir un bêta testeur du système d'exploitation.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1995495
3ans, du pognon, juste pour ça...
Le #1995500
Jobijo a écrit :

3ans, du pognon, juste pour ça...


Tu sais, si le projet a été financé c'est que les bénéfices sont suffisants. Je pense que comprendre "Beta Pictoris" en vaut le coup, ils sont pas si bêtes nos chercheurs Français
Le #1995510
Pourquoi si peu de capacités et d'autonomie ? C'est pour des raisons budgétaires ?
Je trouve ça dommage, sauf si le projet final ne nécessite pas plus.
Le #1995649
bonjour

curieux que ce soit l'inde qui envoi un satellite français ...

cordialement
Le #1995651
micron_h7 a écrit :

bonjour

curieux que ce soit l'inde qui envoi un satellite français ...

cordialement


Le satellite étant tout petit, un gros lanceur de chez nous aurait sans doute été un gaspillage. On a aussi un lanceur russe sur Kourou, mais peut être que l'indien est encore plus adapté ...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]