Attention à 9 Online et Tiscali pour le P2P

Le
nul
universal torrent ferme définitivement ses portes ! désoler


quelque explication


Interpellation de pirates et fermeture d'un site de téléchargement de films

PARIS, 19 déc (AFP) - Un site internet à travers lequel les pirates
cinéphiles pouvaient télécharger des films récents voire inédits, a été
fermé et trois personnes ont été interpellées, a annoncé vendredi
l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA).
Ces trois personnes ont été interpellées le 17 décembre à Rennes, Strasbourg
et Mulhouse par la Brigade de recherches de gendarmerie de Rennes. Plus de
600 films sur CDR ont été saisis à leur domicile, a précisé l'ALPA.
Environ 10.000 personnes procédaient au téléchargement de près de 2.000
films par jour sur le réseau d'échange internet BitTorrent (réseau "peer to
peer") à travers le site "STPBTEAM", fermé à la suite d'une enquête
effectuée par l'ALPA, présidée par Nicolas Seydoux.
Ce site, "considéré comme l'un des plus importants sur ce réseau en France",
mettait à disposition "des films récents, constamment renouvelés", a précisé
à l'AFP Frédéric Delacroix, le délégué général. "Il permettait de
télécharger rapidement et dans un relatif anonymat. Mais il faut que les
pirates sachent que personne n'est anonyme".
Les personnes interpellées encourent deux ans de prison et 150.000 euros
d'amende, a précisé l'ALPA, selon laquelle plusieurs centaines de sites sont
fermés chaque année

source YAHOO
http://fr.news.yahoo.com/031219/1/3k4kn.html


"La chasse aux pirates semble avoir pris une nouvelle tournure ces dernières
semaines. En
effet, des Fournisseurs d'Acces Haut Débit, comme 9 Online, ou bien encore
Tiscali, auraient
divulgué aux autorités l'identité de quelques centaines d'utilisateurs des
fameux réseaux P2P,
qui sont majoritairement utilisés pour télécharger films et morceaux de
musique. Quelle que
soit l'origine de cette fuite, des dizaines d'arrestations ont déjà été
effectuées, a Paris ,
mais aussi en Province, comme à Bordeaux, Toulouse, Nice, ou encore la
région Lyonnaise. A
chaque fois, une simple perquisition au domicile du fraudeur permet aux
policiers de constater
rapidement le délit. La procédure se termine au poste de police, ou un
inventaire précis des
oeuvres acquises illégalement est fait. Plusieurs jugements ont déja été
prononcés, et la
sentence va en général de quelques milliers d'euros d'amende, jusqu'à de la
prison ferme.
Certes, des arrestations avaient déjà eu lieu dans le passé, mais elles
concernaient surtout
les pirates allant jusqu'à commercialiser des copies protégées. Gageons que
la police ne
s'arretera pas là et que tout sera mis en oeuvre pour stopper le flot
grandissant de
téléchargements illicites sur internet. Nous incitons nos lecteurs-fraudeurs
à une très grande
précaution quand a ce qu'il pourrait se trouver sur leurs disques durs!

L'affaire risque de ne pas en rester là, dans la mesure ou une association
vient d'être créée,
pour aider les autorités, peu nombreuses pour l'instant, à lutter contre ce
fleau: des
ingénieurs français affirment être capables d'identifier tout internaute
utilisant des
systèmes d'échange tels que le protocole E-donkey2000, ou bien Imesh,
simplement en consultant
une base de données d'adresses IP. La chasse aux utilisateurs de Emule,
Morphnext ou bien
E-Donkey qui téléchargent sans vergogne musique, films et logiciels, est
devenu le sport
favori de Retspan. Derrière ce nom, se cache une équipe de chercheurs de
l'école Centrale de
Lille, sortie du bois au cours de l'automne, pour présenter son arsenal
censé combattre
l'échange de fichiers protégés par le copyright (voir notre actualité du 29
juillet 2003).

Ceux-ci affirment à présent avoir franchi une étape décisive dans leur
croisade antipiratage.
Le mot n'est pas trop fort, puisque Retspan affirme son intention de se
constituer en
association à but non lucratif. L'objectif est, entre autres, de «faire
taire» leurs
détracteurs qui les accuse d'agir dans un intérêt purement financier, ainsi
que l'a expliqué à
ZDNet Didier Wang, l'un des créateurs du projet.

Selon un communiqué diffusé le 8 décembre, les ingénieurs français ont signé
des «accords
importants, () obtenus après parfois plusieurs semaines de négociations»
avec trois
organismes internationaux en charge de l'attribution des adresses IP.
Celles-ci servent
d'identifiant à chaque ordinateur connecté sur le réseau.

Le RIPE (Réseaux IP Européens), l'APNIC (Asia Pacific Network Information
Centre) et l'ARIN
(American Registry for Internet Numbers) ont ainsi donné leur aval aux
créateurs de Retspan
pour qu'ils accèdent à leurs bases de données. «Concrètement, ces accords
[nous] permettent de
trouver le nom et les coordonnées du propriétaire de n'importe quelle
adresse IP de la
planète», clament-ils victorieusement dans leur communiqué.

Les amateurs de téléchargements peuvent trembler, car le temps semble
désormais compté d'ici à
ce que Retspan ne vienne frapper à leur porte. Car ces "accords" n'ont rien
d'exceptionnel.
«L'APNIC maintient une base de données rassemblant les attributions
d'adresses IP, disponible
publiquement. Quiconque dans le monde peut y avoir accès», précise à ZDNet
Gerard Ross,
responsable de la documentation à l'APNIC. Il en va de même pour les deux
autres organismes.

«Pour certaines organisations, il serait peu pratique de faire leurs
requêtes directement en
ligne [leurs besoins étant assez conséquents, Ndlr]. L'APNIC a donc mis en
place une procédure
qui permet à celles-ci de télécharger l'ensemble de ces données», poursuit
Gerard Ross. Il
s'agit uniquement de simplifier leur tâche au niveau technique. Ce que
reconnaît Didier Wang.
Ce dernier tient néanmoins à souligner que les données auxquelles les
ingénieurs français ont
accès sont plus complètes que celles accessibles au grand public.

Didier Wang affirme être en contact avec la fédération internationale de
l'industrie
phonographique (IFPI), son représentant en France, le Syndicat national des
industries
phonographiques (Snep) et la Société civile des producteurs phonographiques
(SCPP). La "purge"
aux pirates peut enfin commencer "
  • Partager ce contenu :
Vos réponses Page 1 / 3
Trier par : date / pertinence
Webatou
Le #836312
"nul" a écrit dans le message de news: ...
«Concrètement, ces accords
[nous] permettent de
trouver le nom et les coordonnées du propriétaire de n'importe quelle
adresse IP de la
planète», clament-ils victorieusement dans leur communiqué.


Belle désinformation puisque les infos complètes concernant les adresses IP
ne sont disponibles uniquement auprès du fournisseur d'accès. Bon, c'est
vrai qu'avec un FAI coopératif, le plus gros du travail est fait...

Sinon, j'ai un peu l'impression qu'on assiste à une campagne de "terreur"
destinée à freiner l'usage du P2P par la peur...

--
http://www.webatou.net/
Usenet dans votre navigateur

Dan-Stippy
Le #836052
nul nous a raconté:


La "purge"
aux pirates peut enfin commencer... "




Alors à quoi bon les débits monstrueux annoncés par Free avec la Freebox ?

--
Daniel

Dan-Stippy
Le #836051
Webatou nous a raconté:


Sinon, j'ai un peu l'impression qu'on assiste à une campagne de "terreur"


Ou simplement une campagne pour casser les FAI les moins chers ? (sur
cet article)

--
Daniel

Filoo
Le #835794
Je vais donc répondre à Dan-Stippy :

nul nous a raconté:


La "purge"
aux pirates peut enfin commencer... "




Alors à quoi bon les débits monstrueux annoncés par Free avec la Freebox ?


Ca pour une question conne, c'est une question conne !
Le haut débit n'a jamais été inventé pour permettre à quelques
boutonneux de télécharger des films qu'ils ne regarderont jamais...
Mais bon, tu les remercieras dans quelques années quand tu seras
obligé de payer le prix fort pour accéder au net, suite aux décisions
"politiquement correctes" des FAI pour diminuer le piratage...

========================== http://www.filoo.net
========================== Merci d'enlever le TRUC pour me répondre


Christian
Le #835793
Le samedi 20 décembre 2003 à 19:12:56, Webatou écrivait:

«Concrètement, ces accords
[nous] permettent de
trouver le nom et les coordonnées du propriétaire de n'importe quelle
adresse IP de la
planète», clament-ils victorieusement dans leur communiqué.


Belle désinformation puisque les infos complètes concernant les adresses IP
ne sont disponibles uniquement auprès du fournisseur d'accès.


et seulement si demandées par la justice...

Bon, c'est
vrai qu'avec un FAI coopératif, le plus gros du travail est fait...


Même pas. Les FAI ne prendront pas le risque de divulguer quoique ce soit
sur un abonné sans réquisition judiciaire en bon et due forme. Sinon je
vous dis pas les procès en retour plus annulation des poursuites puisque
renseignements obtenues de manière illégale.

--
La supériorité de la télévision sur la radio : vous n'entendez pas
seulement les parasites, vous les voyez. (coluche)


Webatou
Le #835788
"Filoo" a écrit dans le message de news: ...

Ca pour une question conne, c'est une question conne !


;-)

Le haut débit n'a jamais été inventé pour permettre à quelques
boutonneux de télécharger des films qu'ils ne regarderont jamais...


c'est pourtant pas ce que les FAI veulent nous faire croire dans certaines
de leur pub...

Ceci dit, c'est vrai qu'avec une connexion HD on peut faire autre chose que
télécharger du DivX ou du MP3...

--
http://www.webatou.net/
Usenet dans votre navigateur

Berny
Le #835538
Ouais, surtout que le gars de Rennes est abonné a Wanadoo (dixit ouest
france).

nul a écrit:
universal torrent ferme définitivement ses portes ! désoler...


quelque explication...


Interpellation de pirates et fermeture d'un site de téléchargement de films

PARIS, 19 déc (AFP) - Un site internet à travers lequel les pirates
cinéphiles pouvaient télécharger des films récents voire inédits, a été
fermé et trois personnes ont été interpellées, a annoncé vendredi
l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA).
Ces trois personnes ont été interpellées le 17 décembre à Rennes, Strasbourg
et Mulhouse par la Brigade de recherches de gendarmerie de Rennes. Plus de
600 films sur CDR ont été saisis à leur domicile, a précisé l'ALPA.
Environ 10.000 personnes procédaient au téléchargement de près de 2.000
films par jour sur le réseau d'échange internet BitTorrent (réseau "peer to
peer") à travers le site "STPBTEAM", fermé à la suite d'une enquête
effectuée par l'ALPA, présidée par Nicolas Seydoux.
Ce site, "considéré comme l'un des plus importants sur ce réseau en France",
mettait à disposition "des films récents, constamment renouvelés", a précisé
à l'AFP Frédéric Delacroix, le délégué général. "Il permettait de
télécharger rapidement et dans un relatif anonymat. Mais il faut que les
pirates sachent que personne n'est anonyme".
Les personnes interpellées encourent deux ans de prison et 150.000 euros
d'amende, a précisé l'ALPA, selon laquelle plusieurs centaines de sites sont
fermés chaque année

source YAHOO
http://fr.news.yahoo.com/031219/1/3k4kn.html


"La chasse aux pirates semble avoir pris une nouvelle tournure ces dernières
semaines. En
effet, des Fournisseurs d'Acces Haut Débit, comme 9 Online, ou bien encore
Tiscali, auraient
divulgué aux autorités l'identité de quelques centaines d'utilisateurs des
fameux réseaux P2P,
qui sont majoritairement utilisés pour télécharger films et morceaux de
musique. Quelle que
soit l'origine de cette fuite, des dizaines d'arrestations ont déjà été
effectuées, a Paris ,
mais aussi en Province, comme à Bordeaux, Toulouse, Nice, ou encore la
région Lyonnaise. A
chaque fois, une simple perquisition au domicile du fraudeur permet aux
policiers de constater
rapidement le délit. La procédure se termine au poste de police, ou un
inventaire précis des
oeuvres acquises illégalement est fait. Plusieurs jugements ont déja été
prononcés, et la
sentence va en général de quelques milliers d'euros d'amende, jusqu'à de la
prison ferme.
Certes, des arrestations avaient déjà eu lieu dans le passé, mais elles
concernaient surtout
les pirates allant jusqu'à commercialiser des copies protégées. Gageons que
la police ne
s'arretera pas là et que tout sera mis en oeuvre pour stopper le flot
grandissant de
téléchargements illicites sur internet. Nous incitons nos lecteurs-fraudeurs
à une très grande
précaution quand a ce qu'il pourrait se trouver sur leurs disques durs!

L'affaire risque de ne pas en rester là, dans la mesure ou une association
vient d'être créée,
pour aider les autorités, peu nombreuses pour l'instant, à lutter contre ce
fleau: des
ingénieurs français affirment être capables d'identifier tout internaute
utilisant des
systèmes d'échange tels que le protocole E-donkey2000, ou bien Imesh,
simplement en consultant
une base de données d'adresses IP. La chasse aux utilisateurs de Emule,
Morphnext ou bien
E-Donkey qui téléchargent sans vergogne musique, films et logiciels, est
devenu le sport
favori de Retspan. Derrière ce nom, se cache une équipe de chercheurs de
l'école Centrale de
Lille, sortie du bois au cours de l'automne, pour présenter son arsenal
censé combattre
l'échange de fichiers protégés par le copyright (voir notre actualité du 29
juillet 2003).

Ceux-ci affirment à présent avoir franchi une étape décisive dans leur
croisade antipiratage.
Le mot n'est pas trop fort, puisque Retspan affirme son intention de se
constituer en
association à but non lucratif. L'objectif est, entre autres, de «faire
taire» leurs
détracteurs qui les accuse d'agir dans un intérêt purement financier, ainsi
que l'a expliqué à
ZDNet Didier Wang, l'un des créateurs du projet.

Selon un communiqué diffusé le 8 décembre, les ingénieurs français ont signé
des «accords
importants, (...) obtenus après parfois plusieurs semaines de négociations»
avec trois
organismes internationaux en charge de l'attribution des adresses IP.
Celles-ci servent
d'identifiant à chaque ordinateur connecté sur le réseau.

Le RIPE (Réseaux IP Européens), l'APNIC (Asia Pacific Network Information
Centre) et l'ARIN
(American Registry for Internet Numbers) ont ainsi donné leur aval aux
créateurs de Retspan
pour qu'ils accèdent à leurs bases de données. «Concrètement, ces accords
[nous] permettent de
trouver le nom et les coordonnées du propriétaire de n'importe quelle
adresse IP de la
planète», clament-ils victorieusement dans leur communiqué.

Les amateurs de téléchargements peuvent trembler, car le temps semble
désormais compté d'ici à
ce que Retspan ne vienne frapper à leur porte. Car ces "accords" n'ont rien
d'exceptionnel.
«L'APNIC maintient une base de données rassemblant les attributions
d'adresses IP, disponible
publiquement. Quiconque dans le monde peut y avoir accès», précise à ZDNet
Gerard Ross,
responsable de la documentation à l'APNIC. Il en va de même pour les deux
autres organismes.

«Pour certaines organisations, il serait peu pratique de faire leurs
requêtes directement en
ligne [leurs besoins étant assez conséquents, Ndlr]. L'APNIC a donc mis en
place une procédure
qui permet à celles-ci de télécharger l'ensemble de ces données», poursuit
Gerard Ross. Il
s'agit uniquement de simplifier leur tâche au niveau technique. Ce que
reconnaît Didier Wang.
Ce dernier tient néanmoins à souligner que les données auxquelles les
ingénieurs français ont
accès sont plus complètes que celles accessibles au grand public.

Didier Wang affirme être en contact avec la fédération internationale de
l'industrie
phonographique (IFPI), son représentant en France, le Syndicat national des
industries
phonographiques (Snep) et la Société civile des producteurs phonographiques
(SCPP). La "purge"
aux pirates peut enfin commencer... "




Jacques
Le #835262
nul wrote:


source YAHOO
http://fr.news.yahoo.com/031219/1/3k4kn.html

En

effet, des Fournisseurs d'Acces Haut Débit, comme 9 Online, ou bien
encore Tiscali, auraient
divulgué aux autorités l'identité de quelques centaines
d'utilisateurs des fameux réseaux P2P,


Ben voyons ! on est pourtant pas le 1er avril.
Qui dit divulgation des adresses dit commission rogatoire d'un
magistrat.
Qui dit perquisition dit commission rogatoire d'un magistrat.

chaque fois, une simple perquisition au domicile du fraudeur permet
aux policiers de constater
rapidement le délit. La procédure se termine au poste de police, ou
un

inventaire précis des
oeuvres acquises illégalement est fait. Plusieurs jugements ont déja
été prononcés,


Référence des jugemements, lieu, date ?

et la
sentence va en général de quelques milliers d'euros d'amende,
jusqu'à

de la prison ferme.




L'affaire risque de ne pas en rester là, dans la mesure ou une
association vient d'être créée,
pour aider les autorités, peu nombreuses pour l'instant, à lutter
contre ce fleau:


Une association pour aider les autorités, et la marmotte ?

des
ingénieurs français affirment être capables d'identifier tout
internaute utilisant des
systèmes d'échange tels que le protocole E-donkey2000, ou bien
Imesh,

La "purge"
aux pirates peut enfin commencer... "


Trop gros le troll !

:-(*) > ;-(*) > :))) > :)) > :) > :((( > :-p > ;))) >
8-o > ;( >> D > :-|| > >> o)
--
Jack

Webatou
Le #835260
"Jacques" a écrit dans le message de news: ...

Trop gros le troll !


C'est une depeche AFP quand même ;-)

Jacques
Le #835257
Webatou wrote:
"Jacques" a écrit dans le message de news: ...

Trop gros le troll !


C'est une depeche AFP quand même ;-)



Et puis ils ne diffusent jamais de conneries ?
Ils vérifient toujours leurs sources ?
--
Jack


Poster une réponse
Anonyme