[C+ Lundi investigation] In Memoriam MAI 68

Le
Walter
A ne pas manquer
--

Magazine sur Canal+
lundi 17 octobre 2005 de 22:30 à 23:30 (60 min)


Lundi investigation

Télérama du 15/10/2005 :

Présentation : Emilie Raffoul. Reportage : Manon Loizeau (France, 2005). 60 mn.
Inédit.
« Nous avons allumé un feu. Il réchauffe ceux qui sentent son pouvoir. Il brûle
ceux qui essaient d'arrêter sa progression. Mais, un jour, ce feu incontournable
de la liberté atteindra les endroits les plus sombres de la planète. » Signé
George Bush, le pompier pyromane le plus zélé du globe. Depuis quelques années,
ce brasier allumé par les Etats-Unis contamine une à une les ex-républiques
soviétiques : la Serbie en 2001, la Georgie en 2003, l'Ukraine en 2004 et le
Kirghizistan en 2005. En quelques heures, des révolutions de velours ont balayé
les régimes favorables à Moscou. En s'attachant au déroulement de la révolution
kirghize - vécue en temps réel -, cette enquête passionnante remonte les
filières d'une contagion démocratique ouvertement téléguidée par les Etats-Unis.


A chaque fois, le scénario est le même : financés et formés par des organismes
américains dépendants de Washington, des leaders étudiants se débrouillent pour
retourner l'opinion et l'armée, affaiblir le pouvoir. Le peuple descend dans la
rue, crie aux élections truquées, martèle des slogans formatés et renverse le
gouvernement sans violence. De Bichkek à Tbilissi, en passant par Moscou ou
Boston, Manon Loizeau a fait le tour de ces réseaux et montre à quel point la
démocratie s'exporte, à l'Est, comme un produit marketé. Tels des VRP, les
protagonistes se placent sur l'échiquier, cherchent des sponsors, s'inspirent
d'ouvrages théoriques de référence. Un modèle destiné à se cloner à l'infini :
les Serbes et les Géorgiens viennent, à leur tour, propager l'esprit de la
révolution auprès d'autres pays « clients ».

Hélène Marzolf

--
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Papy
Le #9862421
"Walter" news:

A ne pas manquer...
--------------------------------------------------------------------------


------

Magazine sur Canal+
lundi 17 octobre 2005 de 22:30 à 23:30 (60 min)


Lundi investigation

Télérama du 15/10/2005 :

Présentation : Emilie Raffoul. Reportage : Manon Loizeau (France, 2005).


60 mn.
Inédit.
« Nous avons allumé un feu. Il réchauffe ceux qui sentent son pouvoir. Il


brûle
ceux qui essaient d'arrêter sa progression. Mais, un jour, ce feu


incontournable
de la liberté atteindra les endroits les plus sombres de la planète. »


Signé
George Bush, le pompier pyromane le plus zélé du globe. Depuis quelques


années,
ce brasier allumé par les Etats-Unis contamine une à une les


ex-républiques
soviétiques : la Serbie en 2001, la Georgie en 2003, l'Ukraine en 2004 et


le
Kirghizistan en 2005. En quelques heures, des révolutions de velours ont


balayé
les régimes favorables à Moscou. En s'attachant au déroulement de la


révolution
kirghize - vécue en temps réel -, cette enquête passionnante remonte les
filières d'une contagion démocratique ouvertement téléguidée par les


Etats-Unis.


A chaque fois, le scénario est le même : financés et formés par des


organismes
américains dépendants de Washington, des leaders étudiants se débrouillent


pour
retourner l'opinion et l'armée, affaiblir le pouvoir. Le peuple descend


dans la
rue, crie aux élections truquées, martèle des slogans formatés et renverse


le
gouvernement sans violence. De Bichkek à Tbilissi, en passant par Moscou


ou
Boston, Manon Loizeau a fait le tour de ces réseaux et montre à quel point


la
démocratie s'exporte, à l'Est, comme un produit marketé. Tels des VRP, les
protagonistes se placent sur l'échiquier, cherchent des sponsors,


s'inspirent
d'ouvrages théoriques de référence. Un modèle destiné à se cloner à


l'infini :
les Serbes et les Géorgiens viennent, à leur tour, propager l'esprit de la
révolution auprès d'autres pays « clients ».

Hélène Marzolf




Monsieur préfère peut-être les dictatures
phil38
Le #9862331
"Papy" 43540fcc$0$27443$
Monsieur préfère peut-être les dictatures



Tiens, t'as pas encore attrapé la grippe aviaire, toi ?

--
Ph.
Walter
Le #9862251
On Mon, 17 Oct 2005 22:55:06 +0200, "Papy"

"Walter" news:


A chaque fois, le scénario est le même : financés et formés par des


organismes
américains dépendants de Washington, des leaders étudiants se débrouillent


pour
retourner l'opinion et l'armée, affaiblir le pouvoir.









Monsieur préfère peut-être les dictatures





Moins que vous les colonies.
Papy
Le #9862221
Connard

"phil38" news:dj17lv$840$

"Papy" 43540fcc$0$27443$
> Monsieur préfère peut-être les dictatures

Tiens, t'as pas encore attrapé la grippe aviaire, toi ?

--
Ph.





Papy
Le #9862211
"Walter" news:


Moins que vous les colonies.



Rapport?
Quand on veut parler de quelque chose on essaye de savoir de quoi on parle.
phil38
Le #9862191
"Papy" 43549bfc$0$17243$
Connard



http://minilien.com/?CuCrIcvQYG

--
Ph.
Yoki
Le #9862111
> Magazine sur Canal+
lundi 17 octobre 2005 de 22:30 à 23:30 (60 min)



L'anti-américanisme primaire, c'est grotesque, mais parfois tellement drôle
!

Lire la revue de presse sur ce reportage :
http://hertoghe.typepad.com/carte_de_presse/2005/10/complot_dmocrat.html

D'abord le propos du film, comme présenté par son producteur, l'agence Capa
: "(...) ce film mène l'enquête dans les coulisses de ces "révolutions
démocratiques" (...) La Serbie en 2000, la Géorgie en 2003, l'Ukraine en
2004. Et aujourd'hui, en 2005, le Kirghizstan. Quatre révolutions
"spontanées" qui, en quelques jours ou quelques heures, balaient des
régimes autocratiques (...) Derrière ces révolutions d'un genre nouveau
(...) une stratégie et des financements - américains - dont la piste
remonte jusqu'au plus haut niveau du pouvoir à Washington (...)".

Jusque-là, tout va bien. On garde son sérieux, on se dit même que, ce soir,
pas question de manquer un travail d'enquête aussi passionnant. Attendez !
L'Amérique qui combattait le communisme à coups de CIA, de putschs et
d'escadrons de la mort, l'Amérique qui exporte la liberté à coups de canons
en Afghanistan et en Irak, voilà qu'elle promeut pacifiquement et à visage
découvert des révolutions démocratiques en Europe... On se dit que ce sont
les anti-américains qui vont être sincèrement contents !

Et bien, pas du tout... Et quand certains critiques de télévision parlent
de ce reportage, cela devient franchement rigolo...

Le Monde fait du film de Manon Loizeau la une de son supplément
radio-télévison et, dès le titre - "Révolutions sous influence" -, le
lecteur est alerté, car le documentaire "révèle l'empreinte américaine sur
la démocratisation à l'Est". Et une "empreinte américaine" - sur le lieu du
"crime" ? -, c'est rarement bon signe... Dans l'article de page intérieure,
on se surprend à sourire quand la journaliste-réalisatrice explique au
Monde qu'au départ, elle pensait "faire un film sur le complot américain".
Ensuite, elle a été un petit peu suprise qu'aucun des comploteurs ne se
cache : "J'avais parfois du mal à croire qu'on nous laisse filmer (...)
Mais tous ceux que nous avons rencontrés étaient tellement persuadés d'être
du bon côté de l'histoire (...)"

Des militants de la démocratie qui se prennent pour les bons ? C'est du
Hollywood tout craché, ça ! Vous verrez, bientôt, les humanitaires se
laisseront filmer en train de nourrir les affamés...

Au total, sous la plume de Guillaume Fraissard, Le Monde reste raisonnable.
Comme Télérama, avec son article "Révolutions made in USA (L'Amérique
téléguiderait les soulèvements à l'Est)". Hélène Marzlof partage juste
l'étonnement de Manon Loizeau, quand elle écrit que "c'est l'aspect le plus
frappant du documentaire : l'apparente transparence de ces réseaux destinés
à instaurer l'économie de marché". Et, comme tout un chacun on sait que
l'économie de marché, c'est encore moins bien que la démocratie, le lecteur
se demandent pourquoi les Américains la promeuve sans se cacher...

Dans le supplément télévision du Nouvel Observateur, Eric de Saint Angel
est beaucoup plus amusant. "Bien évidemment, écrit-il, l'administation
Bush, avec sa clique de va-t-en guerre et de stratèges plus souvent
tortueux qu'inspirés, n'est pas étrangère à ces événements", qualifiés de
"machinations extérieures et de jeux géopolitiques". Pas très malins,
visiblement, ces Serbes, Géorgiens, Ukrainiens et Kirghizes qui adoraient
leurs autocrates respectifs et qui, tels des marionnettes du cow-boy Bush,
les ont renversés sans le vouloir vraiment...

Du coup, avertit Odile Tessier dans Le Point, un nouvel affrontement
américano-russe se profile. Pourquoi ? Parce que cela agace énormément
Vladimir Poutine, le "démocrate" préféré de Jacques Chirac. Dans Le Figaro,
Isabelle Nataf, elle, "oscille entre l'approbation - très bien de
démocratiser des régimes autocratiques - et la crainte d'une ingérence des
Etats-Unis dans la vie politique des pays de l'ancien bloc de l'Est".

Mais le plus préoccupé est Jean-Luc Bertet qui, dans le Journal du
dimanche, trouve le documentaire sur "ces nouvelles manifestations de
l'impérialisme américain" (...) "aussi passionnant qu'inquiétant" !

Je laisserai la conclusion à la réalisatrice qui, dans Le Monde, avoue
s'interroger à l'issue de son enquête : "Pourquoi l'Europe est-elle absente
?"

Mais parce que promouvoir activement la démocratie auprès des peuples
tyrannisés, ce n'est pas le mauvais genre de la maison
(http://www.atlantis.org/publications_desalle011.html), chère Manon
Loizeau... :-)
Will Coyote
Le #9862101
Du bout des griffes, Yoki tapotait sur son clavier:

Derrière ces révolutions d'un genre nouveau (...) une stratégie et des
financements - américains - dont la piste remonte jusqu'au plus haut
niveau du pouvoir à Washington (...)".

Attendez ! L'Amérique qui combattait le communisme à coups de CIA, de
putschs et d'escadrons de la mort, l'Amérique qui exporte la liberté
à coups de canons en Afghanistan et en Irak, voilà qu'elle promeut
pacifiquement et à visage découvert des révolutions démocratiques en
Europe... On se dit que ce sont les anti-américains qui vont être
sincèrement contents !



Rhaa! Lovely lovely!

Mwaaa aahh ah!
;-))

--
Will Coyote - Prof "Brizmenu" - http://coyote-des-neiges.blogspot.com/
Welcome Coyote Girls: http://www.coyoteuglysaloon.com/home.html
http://www.bellamyjc.org (JCB), http://www.gratilog.net (Ninou),
http://jceel.free.fr (Jceel), http://gilles.ronsin.free.fr/ (Gilles)
Fond de la tanière de Panthère Noire: http://www.d2i.ch/pn/index.html
"J'en ai marre d'avoir toujours raison!" (Ian Malcolm, Jurassic Park)
--
Fred de Poitiers
Le #9862091
Salut !
J'ai regardé le reportage, mais rien de bien étonnant, de nouveau, de
scandaleux...! D'ailleurs, pas très intéressant puisque tout le monde sait
en gros déjà à quoi s'en tenir. Les trois gus du début ont bien le profil
CIA, mais ne cachent absolument pas leurs objectifs et encore moins leurs
méthodes (par exemple, balancer plein pot de la musique Country, comme ils
l'avaient déjà fait avec du rock). On peut penser que s'ils étaient vraiment
de la CIA ils l'auraient pratiquement revendiqué.

En fait, le sujet portait surtout sur ce pré-formatage des révolutions et de
l'origine : ce petit bouquin qui ne laisse rien au hasard et sert de bible
aux étudiants révolutionnaires concernés. Officiellement, les USA se battent
pour imposer la démocratie, autrement dit rien de méchant, d'illégal ou
d'anormal. Ca fait de toutes façons déjà de nombreuses années qu'on sait que
les USA tirent les ficelles, ils l'ont aussi fait en France en liaison avec
des problèmes de grèves, de syndicats.

Bon, c'est vrai que Poutine fait la tronche, surtout quand il apprend que
Bush a reçu ses opposants révolutionnaires, juste avant de le recevoir. Mais
tout ça n'est qu'une suite logique de la guerre froide, de la manipulation à
des fins personnelles pour imposer doucement sa façon de concevoir les
choses. De l'autre coté, on fait aussi avec les moyens du bord, en coupant
par exemple l'électricité de la seule imprimerie qui a elle seule tire tous
les documents servant à essayer de renverser les différents pouvoirs en
place. Du classique, très classique même... et pas de quoi en faire un
reportage intéressant. Il y a, à mon avis, d'autres sujets beaucoup plus
importants, et pour lesquels les USA pourraient être montrés du doigt de
façon beaucoup plus efficace. A+
FdP
Yoki
Le #9861931
"Fred de Poitiers"
Salut !
J'ai regardé le reportage, mais rien de bien étonnant, de nouveau, de
scandaleux...! D'ailleurs, pas très intéressant puisque tout le monde
sait en gros déjà à quoi s'en tenir. Les trois gus du début ont bien le
profil CIA, mais ne cachent absolument pas leurs objectifs et encore
moins leurs méthodes (par exemple, balancer plein pot de la musique
Country, comme ils l'avaient déjà fait avec du rock). On peut penser que
s'ils étaient vraiment de la CIA ils l'auraient pratiquement revendiqué.

En fait, le sujet portait surtout sur ce pré-formatage des révolutions et
de l'origine : ce petit bouquin qui ne laisse rien au hasard et sert de
bible aux étudiants révolutionnaires concernés. Officiellement, les USA
se battent pour imposer la démocratie, autrement dit rien de méchant,
d'illégal ou d'anormal. Ca fait de toutes façons déjà de nombreuses
années qu'on sait que les USA tirent les ficelles, ils l'ont aussi fait
en France en liaison avec des problèmes de grèves, de syndicats.

Bon, c'est vrai que Poutine fait la tronche, surtout quand il apprend que
Bush a reçu ses opposants révolutionnaires, juste avant de le recevoir.
Mais tout ça n'est qu'une suite logique de la guerre froide, de la
manipulation à des fins personnelles pour imposer doucement sa façon de
concevoir les choses. De l'autre coté, on fait aussi avec les moyens du
bord, en coupant par exemple l'électricité de la seule imprimerie qui a
elle seule tire tous les documents servant à essayer de renverser les
différents pouvoirs en place. Du classique, très classique même... et pas
de quoi en faire un reportage intéressant. Il y a, à mon avis, d'autres
sujets beaucoup plus importants, et pour lesquels les USA pourraient être
montrés du doigt de façon beaucoup plus efficace. A+
FdP



Merci pour vos explications (n'ayant pas Canal+ France à Bruxelles, je n'ai
pas pu voir ce documentaire).

Mon post portait davantage sur les critiques télé des grands journaux
nationaux français. De la revue de presse d'Hertogue, ce qui ressort
plutôt, c'est l'hostilité de certains journalistes à l'égard de l'essor, à
l'Est, de la démocratie libérale. Sous couvert d'anti-américanisme, on sent
poindre ici une critique du principe même de la démocratie, de la liberté
d'expression et de l'économie de marché. Dès lors, nous comprenons mieux
par exemple le traitement des libérations respectives de l'Afghanistan et
de l'Iraq (ce n'est pas tant la méthode - l'emploi de la force - que le
principe même de la démocratie qui leur posent problème). C'est comique, et
instructif.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme