Vieux Troll

Le
Jerome jj
Les photographes seraient-ils conservateurs ? Où est-ce le fait de trop
en utiliser qui les influence ?

Devinez qui écrit cela :

"Dans les premières décennies du siècle, on ne faisait pas tant
d'agrandissement comme aujourd'hui. Les contacts étaient prédominants et
les petits appareils étaient considérés comme des jouets. (l'auteur
parle des petits appareils : il s'agit dans cet article de comparer les
appareils type Leicas avec les très grands formats)



Steiglitz était dépité par la faible qualité des impressions de ces
petits appareils. Il était difficile pour nous autres aussi de
comprendre la faible qualité de la plupart des travaux en 35 mm de
l'époque. La raison en était qu'il y avait bien peu de photographes
utilisant de telles caméras dans un esprit d'esthétique ou d'expression.
Pour la plupart, le 35 mm était un outil pour enregistrer des scènes,
des événements, des gens avec un regard presque entièrement focalisé sur
les réalités et les activités du monde.



Les petites caméras faisaient beaucoup plus rapidement des photos et
beaucoup de négatifs pouvaient être réalisés pendant le temps requis
pour un seul négatif grand format. On est piégé par la facilité du
viseur et du fonctionnement et par cette inclinaison douteuse de faire
beaucoup de photos dans l'espoir qu'une au moins sera bonne. Dans un
ensemble d'expositions, il y en a toujours une meilleure que les autres,
mais ça ne veut pas dire que c'est de l'art !"

Vous allez retrouver facilement l'auteur et me pardonner cette
traduction personnelle.

Comme je lisais ce livre et je parcourais le fil sur les pellicules, ça
m'a amusé de vous envoyer cela pour votre réflexion personnelle. Bien
évidemment, c'est amusant de voir ce retournement de situation et voir
les anciens parias dans la position de l'aristocratie du jour. Il n'aura
échappé à personne le parallèle avec l'argumentation
numérique/argentique tant sur les problèmes d'impression que de quantité
d'images produites.


Pour ma part, j'étais aussi assez circonspect sur la faible qualité des
images que j'ai fait au Etats-unis : beaucoup trop de photos, pas assez
de bonnes images. La photo est un art exigeant qui nécessite une
implication à 100 %, sinon, on ne produit rien d'autre que des souvenirs
(ce qui est bien aussi, mais ne mérite pas le partage avec des inconnus,
à moins d'illustrer ces souvenirs comme je l'avais fait à l'époque des
chroniques par exemple).

J'ai passé un WE en ermite (presque) dans la Dombes, j'ai produit peu
d'image, mais plus de bonnes que deux semaines aux US. Dans le LensWork
du mois précédent, il y avait cette remarque sur le "go west" de la
photographie américaine : la Californie est la mecque des photographes,
mais dans le fond on fait de meilleur image là où l'on est chez soit. On
pourrait dire, "go home"

Pour mes insectes et mes macros, savoir où sont mes araignées est un
avantage indéniable : je sais que sur telle fleur, à telle heure,
j'aurai la scène que j'attendais

Oui, Jérôme go home
--
Jérôme
(retirez les chaussures pour répondre)
<URL:http://www.fotolog.net/photothera>
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Noëlle Adam
Le #1733303
"Jerome jj" > Pour mes insectes et mes macros, savoir où sont mes araignées
est un
avantage indéniable : je sais que sur telle fleur, à telle heure,
j'aurai la scène que j'attendais ...


:)

Et t'as fait l'exercice de la tasse de café ?

Noëlle prophète de salon.

Jerome jj
Le #1725388
Noëlle Adam wrote:
"Jerome jj" > Pour mes insectes et mes macros, savoir où sont mes
araignées est un
avantage indéniable : je sais que sur telle fleur, à telle heure,
j'aurai la scène que j'attendais ...


:)

Et t'as fait l'exercice de la tasse de café ?



Non, raconte !

--
Jérôme
(retirez les chaussures pour répondre)


FiLH
Le #1729603
"Jerome jj"
Pour ma part, j'étais aussi assez circonspect sur la faible qualité des
images que j'ai fait au Etats-unis : beaucoup trop de photos, pas assez
de bonnes images. La photo est un art exigeant qui nécessite une
implication à 100 %, sinon, on ne produit rien d'autre que des souvenirs
(ce qui est bien aussi, mais ne mérite pas le partage avec des inconnus,
à moins d'illustrer ces souvenirs comme je l'avais fait à l'époque des
chroniques par exemple).

J'ai passé un WE en ermite (presque) dans la Dombes, j'ai produit peu
d'image, mais plus de bonnes que deux semaines aux US. Dans le LensWork
du mois précédent, il y avait cette remarque sur le "go west" de la
photographie américaine : la Californie est la mecque des photographes,
mais dans le fond on fait de meilleur image là où l'on est chez soit. On
pourrait dire, "go home" ...


J'avoue que j'ai un avis partagé sur le sujet.

En vacance j'ai eu fait d'excellentes photos, ou des pourries. Ce que
j'aime bien dans cette période c'est passer dans le mode touriste.
Celui où finalement photographier tout ce qui t'étonnes devient un
automatisme, où c'est normal.

D'un autre côté 95% de ma production habituelle est faite sur une
superficie de quelques km2 voir même dans une seule rue (de chez moi à
mon boulot).

FiLH


--
FiLH photography. A taste of freedom in a conventional world.
Web: http://www.filh.org e-mail
FAQ fr.rec.photo : http://frp.parisv.com/
Sitafoto la photo a Bordeaux : http://sitafoto.free.fr/

Jerome jj
Le #1729563
"FiLH" news:
"Jerome jj"
Pour ma part, j'étais aussi assez circonspect sur la faible qualité
des


images que j'ai fait au Etats-unis : beaucoup trop de photos, pas
assez


de bonnes images. La photo est un art exigeant qui nécessite une
implication à 100 %, sinon, on ne produit rien d'autre que des
souvenirs


(ce qui est bien aussi, mais ne mérite pas le partage avec des
inconnus,


à moins d'illustrer ces souvenirs comme je l'avais fait à l'époque
des


chroniques par exemple).

J'ai passé un WE en ermite (presque) dans la Dombes, j'ai produit
peu


d'image, mais plus de bonnes que deux semaines aux US. Dans le
LensWork


du mois précédent, il y avait cette remarque sur le "go west" de la
photographie américaine : la Californie est la mecque des
photographes,


mais dans le fond on fait de meilleur image là où l'on est chez
soit. On


pourrait dire, "go home" ...


J'avoue que j'ai un avis partagé sur le sujet.


Ben finalement, tu n'es pas si partagé que ça :)

En vacance j'ai eu fait d'excellentes photos, ou des pourries. Ce que
j'aime bien dans cette période c'est passer dans le mode touriste.
Celui où finalement photographier tout ce qui t'étonnes devient un
automatisme, où c'est normal.




Le mode touriste est tout à fait acceptable. Je pense que pour mes
photos de New York, jamais je ne pourrai rivaliser avec des photographes
locaux : ils ont le temps, ils connaissent la géographie, ils "savent".

Il connaissent assez leur ville pour même pouvoir exploiter l'imprévu :

- les promeneurs, les skateurs, les pic niqueurs de Central Park offrent
un spectacle renouvellé
- Harlem et ses posssibilités de faire des "tronches" incroyables
- Christopher et ses exentricités
- etc

Moi, je n'ai fait que du repérage. Mais bon, j'y retournerai.

D'un autre côté 95% de ma production habituelle est faite sur une
superficie de quelques km2 voir même dans une seule rue (de chez moi à
mon boulot).


Oui, aller je retourne dans la Dombes, mon sujet du moment :)

--
Jérôme
(retirez les chaussures pour répondre)


Jerome jj
Le #1729562
"Jerome jj" news:40979157$0$12735$
Les photographes seraient-ils conservateurs ? Où est-ce le fait de
trop

en utiliser qui les influence ?

Devinez qui écrit cela :


Bon, j'ai fait un bide comme on dit :)

La réponse (évidente) est bien sûr Ansel Adams. Je trouve que cette
approche par le talent, et non par la technique devrait relativiser bien
des discussions fébriles ...

--
Jérôme
(retirez les chaussures pour répondre)



FiLH
Le #1729561
"Jerome jj"
"Jerome jj" news:40979157$0$12735$
Les photographes seraient-ils conservateurs ? Où est-ce le fait de
trop

en utiliser qui les influence ?

Devinez qui écrit cela :


Bon, j'ai fait un bide comme on dit :)

La réponse (évidente) est bien sûr Ansel Adams. Je trouve que cette
approche par le talent, et non par la technique devrait relativiser bien
des discussions fébriles ...



Ben Adams était un fan de nouvelle technique. Il a beaucoup coopéré au
développement (sic) de Polaroid. Il utilisait même un four à
micro-onde dans son labo...

FiLH

--
FiLH photography. A taste of freedom in a conventional world.
Web: http://www.filh.org e-mail
FAQ fr.rec.photo : http://frp.parisv.com/
Sitafoto la photo a Bordeaux : http://sitafoto.free.fr/


Olivier B.
Le #1729557
Salut


Le mode touriste est tout à fait acceptable. Je pense que pour mes
photos de New York, jamais je ne pourrai rivaliser avec des photographes
locaux : ils ont le temps, ils connaissent la géographie, ils "savent".


Un premier séjour, pas évident en effet de dépasser le mode "touriste",
ça s'arrange la deuxième fois....et j'espère bien pouvoir remettre une
3ème couche pour cette ville fascinante.

Olivier

Deux sites de "locaux" :
http://www.quarlo.com
http://www.fotoronin.com

Nicolas C.
Le #1729548
Jerome jj wrote:

Bon, j'ai fait un bide comme on dit :)

La réponse (évidente) est bien sûr Ansel Adams.


On peut trouver le texte original qq part ?

Nicolas
--
http://www.lecamembertmagique.net/

Jerome jj
Le #1729519
"Nicolas C." news:409958ec$0$27682$
Jerome jj wrote:

Bon, j'ai fait un bide comme on dit :)

La réponse (évidente) est bien sûr Ansel Adams.


On peut trouver le texte original qq part ?


Oui, là :

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/082121750X/qid83836010/sr=1-53/ref=sr_1_0_53/171-5394713-3952269

ou : http://minilien.com/?KOaoHoUepr

C'est passionnant, vraiment.
--
Jérôme
(retirez les chaussures pour répondre)


Jerome jj
Le #1729518
"FiLH" news:
"Jerome jj"
"Jerome jj" de


news:40979157$0$12735$
Les photographes seraient-ils conservateurs ? Où est-ce le fait de
trop

en utiliser qui les influence ?

Devinez qui écrit cela :


Bon, j'ai fait un bide comme on dit :)

La réponse (évidente) est bien sûr Ansel Adams. Je trouve que cette
approche par le talent, et non par la technique devrait relativiser
bien


des discussions fébriles ...



Ben Adams était un fan de nouvelle technique. Il a beaucoup coopéré au
développement (sic) de Polaroid. Il utilisait même un four à
micro-onde dans son labo...


Il aurait été traité de technobeauf : il achetait toutes les caméras,
toutes les optiques, tous les papiers :)

--
Jérôme
(retirez les chaussures pour répondre)



Publicité
Poster une réponse
Anonyme