Rocket Lab et sa fusée modulaire Electron placent en orbite leurs premiers satellites

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Wall Street Journal
Rocket Lab Electron

La firme Rocket Lab est parvenue pour la première fois à placer en orbite des satellites en orbite depuis un pas de tir en Nouvelle Zélande et grâce à son lanceur Electron dont certains éléments du moteur ont été imprimés en 3D.

A côté de SpaceX en train d'exploiter le concept des lanceurs réutilisables pour réduire le coût des missions, la firme Rocket Lab veut mettre en pratique une autre approche visant le même but mais passant par l'utilisation de pièces de moteur imprimées en 3D et d'une conception modulaire permettant l'assemblage rapide de son lanceur.

Elle vient de passer une étape décisive en parvenant à placer en orbite ses premiers satellites depuis son pas de tir en Nouvelle Zélande. La mission a reposé sur son lanceur Electron (baptisé "Still Testing", tout un programme) qui représente un modèle alternatif pour la réduction de coût recherchée par l'industrie pour faciliter la conquête de l'espace proche et préparer la colonisation d'autres planètes.

Rocket Lab Electron

Rocket Lab rêve de pouvoir assurer des lancements hebdomadaires de petits satellites à positionner en orbite basse, un marché déjà porteur et en forte expansion ces prochaines années en proposant un prix moyen des missions de l'ordre de 5 millions de dollars, beaucoup moins que les dizaines ou centaines de millions de dollars actuellement nécessaires.

Ce tir réussi est donc important pour rassurer sur les technologies et les perspectives de l'entreprise qui n'a que dix ans d'existence. Et si le lanceur Electron n'est pas en mesure de placer en orbite les plus gros (et coûteux) satellites du marché, il serait capable de répondre aux besoins des deux tiers des lancements de satellites commerciaux, scientifiques ou militaires annuellement, indique le Wall Street Journal.

La conception modulaire et utilisant des matériaux composites, ce qui rend le lanceur Electron très léger, permet de produire rapidement des exemplaires. Et si ce premier succès est évidemment encourageant, il reste à vérifier si la fiabilité sera au rendez-vous sur le long terme. Surtout, le défi pour Rocket Lab sera de pouvoir fournir suffisamment de lanceurs pour répondre à la demande.

L'entreprise prévoit de réaliser plus de 50 tirs par an et envisage d'atteindre à plus long terme un rythme de 120 tirs annuels. 5 lanceurs Electron sont déjà en cours de production, avec un nouveau tir prévu en ce début 2018. Une nouvelle ère pour l'aérospatial ?

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1996720
Débris en augmentation ?
Le #1996726
Bravo !

Elon n'a qu'à bien se tenir.
Le #1996762
Dams5703 a écrit :

Débris en augmentation ?


Ce n'est pas grave. Ils pollueront peut-être plus mais pour moins cher
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme