Vague de froid : nous avons échappé de peu aux coupures forcées d'électricité

Le par  |  60 commentaire(s) Source : Le Figaro
Electricite-centrale

La vague de froid qui touche l'Hexagone depuis 8 jours est l'une des plus vives depuis 2000 et la consommation électrique a atteint des niveaux très importants plusieurs jours de suite, sans toutefois obliger RTE à déclencher des coupures forcées.

C'était l'une des craintes du gestionnaire du réseau d'électricité RTE (Réseau de Transport d'Electricité) : devoir déclencher des coupures forcées sur certaines zones face à une consommation fortement accrue liée à la vague de froid qui touche la France depuis plusieurs jours.

RTE logoLe réseau a connu plusieurs charges importantes, avec des pics de plus de 93 000 megawatts (MW) d'énergie consommée trois jours durant. Sans atteindre le record à 102 000 MW observé en 2012, la période de froid persistant, qui fait exploser la consommation de chauffage électrique, est l'une des plus vives depuis 2000.

Et cela vaut mieux car les ressources de production d'électricité sont moindres qu'en 2012 et n'auraient pas pu absorber un nouveau pic à plus de 100 000 MW, obligeant à prendre des mesures. RTE indique que la production directe a atteint 90 000 MW mais que la coopération avec les pays frontaliers a permis de couvrir les ressources manquantes, avec 1350 MW en provenance d'Espagne, 1000 MW de Belgique et 710 MW d'Allemagne.

En production directe, les énergies renouvelables ont apporté des ressources : jusqu'à 4900 MW en pointe de production pour l'éolien et jusqu'à 3200 MW en solaire, indique le journal Le Figaro. RTE a également pu compter sur 2200 MW "effacés", c'est-à-dire pour lesquels certains industriels ont accepter de réduire leur consommation d'énergie aux moments les plus critiques, généralement en échange d'une petite ristourne sur la facture énergétique.

Le gestionnaire a sans doute aussi pu compter sur l'effet des consommateurs ayant réalisé des éco-gestes, comme éviter de mettre en service des appareils gourmands en énergie aux heures de consommation de pointe, réduire les éclairages et les appareils en veille inutiles ou ne pas chauffer outre-mesure leur habitation.

Malgré tout, RTE ne dispose quasiment pas de réserves de production si la situation devait s'aggraver ou perdurer. Et nous ne sommes qu'en janvier...

RTE ecogestes

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 6

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1947573
C'est le moment d'arrêter encore quels centrales nucléaires pour voir si le soleil et l'éolien arrivera à tenir la charge en cas de grands froids l'hiver
Le #1947576
Les énergies renouvelables doivent prendre le relais très rapidement d'après Mme Royal..... manifestement la réalité rattrape les délires socialistes
Le #1947579
La privatisation du secteur a eu de grands effets bénéfiques :

- Délabrement des équipements
- Dilapidation financière (edf étant ruine
- Fragilité générale du système.
- Création d'un millefeuille de sociétés (edf, enedis, rte) permettant de gonfler articifiellement monstrueusement les couts et donc les prix
- Augmentation délirante des prix pour les consommateurs

.. et j'en oublie surement

C'est vraiment du bon boulot, y'a pas à dire.
Le #1947580


Malgré tout, RTE ne dispose quasiment pas de réserves de production si la situation devait s'aggraver ou perdurer. Et nous ne sommes qu'en janvier...




Forcement, l'électricité, ça se stock pas (très mal)....
D'où l'usage de centrales nucléaires (lente à réagir à des changements, mais fournissant une quantité importante, pour le vitesse de croisière), des centrales thermiques / hydrauliques (plus rapides à réagir à des variations, mais avec un potentiel plus faible), et du solaire / éolien en complément "bonus", mais sur qui faut pas compter / variable / suivant les heures, et non en fonction de la demande.


Le #1947582
syril a écrit :

La privatisation du secteur a eu de grands effets bénéfiques :

- Délabrement des équipements
- Dilapidation financière (edf étant ruine
- Fragilité générale du système.
- Création d'un millefeuille de sociétés (edf, enedis, rte) permettant de gonfler articifiellement monstrueusement les couts et donc les prix
- Augmentation délirante des prix pour les consommateurs

.. et j'en oublie surement

C'est vraiment du bon boulot, y'a pas à dire.


Totalement faux.
C'est la gestion publique et politique d'une entreprise dans un environnement concurrentiel qui est à l'origine des problèmes

A commencer par l'obligation pour EDF d'anticiper les retraites délirantes des électriciens et gaziers à cause de leurs régimes spéciaux..... ce qui supprime toute capacité d'investissement à l'entreprise !
Le #1947584
avant tout je crois qu'il est grand temps d'arrêter d'inciter l'électrique comme mode de chauffage! combien de "grilles pains" encore présent dans tellement de logements, eux mêmes souvent plus que très mal isolé!
Alors c'est certain que quand on se tape les T°C qu'on a eu jusqu'il y a peu, le "grille pain" bouffe du kwh à foison...
Le #1947585
Yacka a écrit :

avant tout je crois qu'il est grand temps d'arrêter d'inciter l'électrique comme mode de chauffage! combien de "grilles pains" encore présent dans tellement de logements, eux mêmes souvent plus que très mal isolé!
Alors c'est certain que quand on se tape les T°C qu'on a eu jusqu'il y a peu, le "grille pain" bouffe du kwh à foison...


Oki, mais sur le fond c'est quand même mieux que la saloperie de chauffage au bois en ce moment en vigueur dans plein de foyers
Le #1947593
Comme vous dites, c'est pas le moment d'arrêter les centrale nucléaire
Le #1947594
Ah, les brèves de comptoir ont encore de beaux jours !
Le #1947601
Safirion a écrit :

Comme vous dites, c'est pas le moment d'arrêter les centrale nucléaire


Tu m'étonnes
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]