Accident de Soyouz : la Nasa confiante pour un nouveau vol

Le par  |  6 commentaire(s)
Soyouz-MS-10-incident-vol

La Nasa ne remet pas en cause l'utilisation de fusées Soyouz après l'accident du 11 octobre. L'entente avec son homologue russe serait cordiale.

Jeudi dernier, la phase ascensionnelle d'une fusée Soyouz a été avortée à la suite d'une anomalie avec un booster. Après une éjection et une procédure d'atterrissage d'urgence, l'astronaute américain Nick Hague et le cosmonaute russe Alexey Ovchinin sont sortis indemnes.

Présent à l'ambassade US à Moscou et témoin du lancement au Kazakhstan sur le site de Baïkonour, l'administrateur de l'agence spatiale américaine Jim Bridenstine a déclaré (BBC) : " C'était une mission ratée, mais un vol réussi. Toutes les missions qui échouent ne se terminent pas si bien. "

Pour Jim Birdenstine, l'éjection des deux spationautes en partance vers la Station spatiale internationale a été la bonne décision. Il salue la conception de la fusée Soyouz qui a permis d'éviter le pire et fait l'éloge des " merveilleuses relations " entre la Nasa et l'agence spatiale russe Roscosmos.

Il n'y a pas de remise en cause de l'utilisation des Soyouz russes, même si l'incident met en avant la nécessité d'avoir plusieurs moyens pour opérer des vols habités. Un prochain vol habité pour Soyouz est toujours anticipé pour décembre prochain. Par contre, une mission de ravitaillement de l'ISS avec un vaisseau cargo Progress initialement prévue pour la fin de ce mois d'octobre devrait être retardée.

Si une enquête est en cours, le problème de la semaine dernière serait a priori dû avec un booster qui a heurté l'étage principal de la fusée Soyouz. Après l'éjection de la capsule et pendant l'atterrissage, les deux occupants ont encaissé une accélération d'environ 6,7 G qui est difficilement supportable. Ce même équipage devrait être de la partie pour une mission au printemps prochain.

Avec les capsules spatiales CST-100 Starliner de Boeing et Dragon V2 de SpaceX, les États-Unis veulent reprendre l'envoi d'astronautes dans l'espace et vers l'ISS par leurs propres moyens. Un premier vol habité de SpaceX doit avoir lieu en juin 2019 et en août 2019 pour Boeing.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2036786
"Après l'éjection de la capsule et pendant l'atterrissage, les deux occupants ont encaissé une pression d'environ 6,7 G qui est difficilement supportable"

Il ne s'agit pas de pression, mais d'accélération.
Par ailleurs 6,7G ça commence a piquer oui, mais ils sont entrainés pour ça, pas de souci pour les cosmonautes (qui n'ont pas encaissé cette accélération pendant 10 minutes non plus), ils ne sont même pas allés à l’hôpital.

Sinon pour plus d'infos:

https://www.youtube.com/watch?v=n31FtU1MxDY

Pour résumer:

- D'après la vidéo du décollage, ça serait un booster qui se serait mal séparé et aurait heurté le corps principal (ou bloc A) de la fusée Soyouz.
- Le problème de séparation serait du à un problème sur la vanne DPKO du booster en question.

Dommage, au niveau du stream on ne vois pas le moment de la séparation des boosters (on vois un peu après et on peut remarquer que les boosters ne sont pas la ou ils devraient être).

EDIT 17/10/2018:

Je viens de regarder cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=T4PoxAhyyV4

Scott Manley explique très bien comment se passe la séparation des boosters ici :
https://www.youtube.com/watch?v=QMUJ004Dr8Q&feature=youtu.be&t=399

(Note: si vous vous intéressez aux techniques spatiales ou si vous jouez à KSP, allez faire un tour sur sa chaine, c'est génial)

Il indique que le booster est découplé en bas mais que son moteur reste allumé, une fois qu'il a entamé sa rotation, un système coupe le moteur du booster, puis le haut du booster est découplé, une valve s'ouvre alors et laisse échapper l'oxygène sous pression, ce qui provoque une rotation inverse, ce que l'on voit très bien dans la première vidéo que j'ai posté (au passage, on ne peut qu'être admiratif devant la relative simplicité de la procédure).
Si effectivement la valve a un problème, le booster ne peut pas s'éloigner suffisamment et heurte le corps principal...

EDIT 02/11/2018

A priori c'est un capteur qui aurait mal fonctionné, du coup le moteur du booster ne se serait pas éteint, l'oxygène n'aurait pas été relaché, le booster n'a donc pas pu s'éloigner et a heurté le corps principal.

cf vidéo suivante:

https://www.youtube.com/watch?time_continue=85&v=CrzlMTRVt_I

Le #2036797
LinuxUser a écrit :

"Après l'éjection de la capsule et pendant l'atterrissage, les deux occupants ont encaissé une pression d'environ 6,7 G qui est difficilement supportable"

Il ne s'agit pas de pression, mais d'accélération.
Par ailleurs 6,7G ça commence a piquer oui, mais ils sont entrainés pour ça, pas de souci pour les cosmonautes (qui n'ont pas encaissé cette accélération pendant 10 minutes non plus), ils ne sont même pas allés à l’hôpital.

Sinon pour plus d'infos:

https://www.youtube.com/watch?v=n31FtU1MxDY

Pour résumer:

- D'après la vidéo du décollage, ça serait un booster qui se serait mal séparé et aurait heurté le corps principal (ou bloc A) de la fusée Soyouz.
- Le problème de séparation serait du à un problème sur la vanne DPKO du booster en question.


Et puis 7g c'est tranquille, par rapport au 12g qu'implique l'utilisation de la tour de sauvetage.
Le #2036798
jujubibi a écrit :

LinuxUser a écrit :

"Après l'éjection de la capsule et pendant l'atterrissage, les deux occupants ont encaissé une pression d'environ 6,7 G qui est difficilement supportable"

Il ne s'agit pas de pression, mais d'accélération.
Par ailleurs 6,7G ça commence a piquer oui, mais ils sont entrainés pour ça, pas de souci pour les cosmonautes (qui n'ont pas encaissé cette accélération pendant 10 minutes non plus), ils ne sont même pas allés à l’hôpital.

Sinon pour plus d'infos:

https://www.youtube.com/watch?v=n31FtU1MxDY

Pour résumer:

- D'après la vidéo du décollage, ça serait un booster qui se serait mal séparé et aurait heurté le corps principal (ou bloc A) de la fusée Soyouz.
- Le problème de séparation serait du à un problème sur la vanne DPKO du booster en question.


Et puis 7g c'est tranquille, par rapport au 12g qu'implique l'utilisation de la tour de sauvetage.


C'est clair que la tour de sauvetage, quand déjà tu as l'accélération du lanceur, et que la tour te remet un gros coup de pied au c... ça doit être quelquechose niveau sensations ! (mais heureusement c'est très limité dans le temps)
Le #2036825
"C'était une mission ratée, mais un vol réussi."

On croirait entendre un homme politique qui vient de prendre une dérouillée électorale mais qui affirme avoir gagné. Trop drôle.
Le #2036837
Ulysse2K a écrit :

"C'était une mission ratée, mais un vol réussi."

On croirait entendre un homme politique qui vient de prendre une dérouillée électorale mais qui affirme avoir gagné. Trop drôle.


C'est pas faux, mais dans la mesure ou l'ordinateur de bord à bien réagi (et ce sont des systèmes qui fonctionnent rarement, j’entends par la qu'ils sont rarement mis à l'épreuve, et heureusement), et que les cosmonautes sont rentrés vivants, il y a une notion de "quelque chose s'est bien passé" tout de même !
Le #2036883
LinuxUser a écrit :

Ulysse2K a écrit :

"C'était une mission ratée, mais un vol réussi."

On croirait entendre un homme politique qui vient de prendre une dérouillée électorale mais qui affirme avoir gagné. Trop drôle.


C'est pas faux, mais dans la mesure ou l'ordinateur de bord à bien réagi (et ce sont des systèmes qui fonctionnent rarement, j’entends par la qu'ils sont rarement mis à l'épreuve, et heureusement), et que les cosmonautes sont rentrés vivants, il y a une notion de "quelque chose s'est bien passé" tout de même !


J'adore les optimistes impénitents. Parfois pour nous, la situation est grave mais pas désespérée mais avec eux... La situation peut-être désespérée mais ce n'est pas grave.


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme