Space Launch System : quand un réservoir est poussé à la rupture

Le par  |  5 commentaire(s)
sls-test-rupture-reservoir

Lors d'un test jusqu'à l'échec, les capacités structurelles d'un réservoir devant équiper le Space Launch System ont été évaluées. Un premier étage assemblé du lanceur lourd pour la Lune a été dévoilé.

La Nasa publie une vidéo d'un test extrême au cours duquel un réservoir se destinant à être rempli d'hydrogène liquide pour le futur lanceur lourd Space Launch System a été poussé jusqu'à la rupture… ce qui était l'effet recherché.

Lors de ce test jusqu'à l'échec qui a eu lieu la semaine dernière, il n'y avait pas d'hydrogène liquide pour le gigantesque réservoir mais de l'azote. Il a résisté à plus de 260 % des charges de vol prévues en cinq heures avant de se déformer et se rompre.

Selon l'Agence spatiale américaine, la défaillance initiale s'est produite à l'emplacement attendu et s'est déclenchée à moins de 3 % de la charge de rupture prévue.

" La précision de ces prévisions par rapport aux essais en conditions réelles valide nos modèles structurels et donne une grande confiance dans la conception du réservoir ", a commenté Luke Denney, en charge des tests de qualification pour Boeing qui fournit le premier étage du Space Launch System.

En début de semaine, la Nasa a présenté un premier étage complètement assemblé du lanceur Space Launch System qui permettra à la capsule Orion de s'envoler vers la Lune. Équipé de quatre moteurs RS-25, il mesure près de 65 mètres de haut.

Cet étage principal contiendra jusqu'à 2 millions de litres d'hydrogène liquide et 742 000 litres d'oxygène liquide. Il est conçu pour opérer pendant près de 500 secondes, atteindre une vitesse proche de Mach 23 (28 400 km/h) et une altitude de plus de 160 km avant la séparation avec l'étage supérieur et la capsule Orion (PDF).

Avec la mission Artemis 1, un premier vol d'essai inhabité devrait avoir lieu en 2021. C'est pour 2024 que l'ambition pour les États-Unis est d'envoyer " la première femme et le prochain homme sur la Lune. "

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2085910
C'est bien. Même très bien. Mais malheureusement beaucoup d'accident arrivent sous le joug de l'imprévisible !
Le #2085918
GGpog a écrit :

C'est bien. Même très bien. Mais malheureusement beaucoup d'accident arrivent sous le joug de l'imprévisible !


C'est sur, mais c'est un risque de moins !
Le #2085966
GGpog a écrit :

C'est bien. Même très bien. Mais malheureusement beaucoup d'accident arrivent sous le joug de l'imprévisible !


"accident" et "imprévisible" c'est un pléonasme, parce que si un accident est prévisible ça n'est plus un accident

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident
Le #2085979
sansimportance a écrit :

GGpog a écrit :

C'est bien. Même très bien. Mais malheureusement beaucoup d'accident arrivent sous le joug de l'imprévisible !


"accident" et "imprévisible" c'est un pléonasme, parce que si un accident est prévisible ça n'est plus un accident

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident


Oui, en partie. Et c'est à Luke Deney qu'il faut dire ça. Ceci dit, je faisais allusion à l'imprévisibilité des causes qui entrainent ces accidents et on en connait quand même les grandes lignes
Le #2086017
maxxous a écrit :

GGpog a écrit :

C'est bien. Même très bien. Mais malheureusement beaucoup d'accident arrivent sous le joug de l'imprévisible !


C'est sur, mais c'est un risque de moins !


Non certains accidents sont prévisibles, on en fait même des statistiques. Certains accidents sont voulus, d'ailleurs cest 1ien ce que dit l'article que vous citez.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme