Spotify : 155 millions d'abonnés payants, mais une perte qui se creuse

Le par Jérôme G.  |  7 commentaire(s)
spotify

Profitant notamment du lancement dans de nouveaux marchés, Spotify dépasse les 150 millions d'abonnés payants et revendique 345 millions d'utilisateurs en tout.

Leader mondial du streaming de musique, Spotify a bouclé l'année 2020 avec 345 millions d'utilisateurs actifs par mois et 155 millions d'abonnés payants. Respectivement, une progression de 27 % et 24 % sur un an. Le groupe suédois se situe dans la fourchette haute de ses prévisions, et même légèrement mieux qu'attendu du côté des abonnés payants.

spotify-resultats-t4-2020

" Nous avons vu la consommation par utilisateur dans de grandes régions telles que l'Europe et l'Amérique du Nord revenir à la croissance, tandis que l'Amérique latine et le reste du monde montrent des signes d'amélioration mais restent légèrement en dessous des niveaux d'avant Covid ", note Spotify.

En matière de podcasts, Spotify propose un accès à 2,2 millions de contenus et 25 % des utilisateurs actifs par mois en consomment. L'investissement de Spotify dans les podcasts est d'importance, notamment pour réduire sa dépendance vis-à-vis des licences de musique auprès des labels.

Triplement de la perte nette annuelle

Sur le plan financier, Spotify a réalisé un chiffre d'affaires de 7,9 milliards d'euros en 2020, en progression de plus de 16 % sur un an. Néanmoins, le groupe a plus que triplé sa perte nette en un an, passant de 186 millions d'euros en 2019 à 581 millions d'euros en 2020.

Pour le Premium, le revenu moyen par utilisateur a baissé de 8 % sur un an à 4,26 €. Une baisse en rapport avec des prix réduits pour attirer de nouveaux utilisateurs et des prix plus bas en Russie et en Inde. Le service est disponible dans 93 pays en tout avec un dernier lancement en Corée du Sud.

En octobre, Spotify avait augmenté le prix de son abonnement Famille dans 7 pays. Depuis ce début de semaine, il a été augmenté dans 25 pays supplémentaires, dont une douzaine en Europe avec par exemple la France.


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
AfricanJoker Hors ligne Habitué avatar 162 points
Le #2120436
La perte financière "officielle" pour ne jamais rien devoir à personne. (Surtout pas d'impôt sur le bénéfice au passage).
Ça m'a toujours étonné chez ces mastodontes. (Énorme société).
Les sociétés de contrôles des comptes doivent bien être engraissées pour ne jamais rien voir...
Comme UBER, le génie de la perte "officielle"
sandramcc Hors ligne Vétéran avatar 1968 points
Le #2120438
C’est pas le boulanger d’à côté, qui se lève à 4h du matin et à qui on fermerai le commerce au bout de six mois s’il avait une perte sèche de 20 000 € par an...

Bref...

J’ai beaucoup de mal à comprendre comment on peut avancer avec une perte aussi colossale, il doit y avoir des magouilles…
skynet Hors ligne VIP icone 77353 points
Le #2120443
AfricanJoker a écrit :

La perte financière "officielle" pour ne jamais rien devoir à personne. (Surtout pas d'impôt sur le bénéfice au passage).
Ça m'a toujours étonné chez ces mastodontes. (Énorme société.
Les sociétés de contrôles des comptes doivent bien être engraissées pour ne jamais rien voir...
Comme UBER, le génie de la perte "officielle"


Pourquoi toujours voir le mal partout ?
Uber a investi massivement pour rafler l'ensemble du marché mondial dans son domaine tout comme Amazon à ses débuts qui n'était qu'une petite bibliothèque en ligne.

Spotify, Deezer et autres savent que le marché de la musique physique touche à sa fin et que l'avenir est au streaming, ils se placent maintenant partout tout simplement.
AfricanJoker Hors ligne Habitué avatar 162 points
Le #2120472
skynet a écrit :

AfricanJoker a écrit :

La perte financière "officielle" pour ne jamais rien devoir à personne. (Surtout pas d'impôt sur le bénéfice au passage).
Ça m'a toujours étonné chez ces mastodontes. (Énorme société.
Les sociétés de contrôles des comptes doivent bien être engraissées pour ne jamais rien voir...
Comme UBER, le génie de la perte "officielle"


Pourquoi toujours voir le mal partout ?
Uber a investi massivement pour rafler l'ensemble du marché mondial dans son domaine tout comme Amazon à ses débuts qui n'était qu'une petite bibliothèque en ligne.

Spotify, Deezer et autres savent que le marché de la musique physique touche à sa fin et que l'avenir est au streaming, ils se placent maintenant partout tout simplement.


Oui, c'est sûr pour spotify et deezer.

Mais comme dit sandramcc, les petits commerçants se font saigner pour le moindre euro.
Alors, accepter que des multinationales qui ont asséché leur secteur, puissent perdre autant qu'elles souhaitent du moment que les investisseurs suivent... ça devrait être interdit, voir punissable. De la même manière que le petit commerçant NE PEUT PAS vendre à perte. Bizarrement, les multinationales, elles, le peuvent d'une façon détournée. Ça choque personne ?

On parle d'un chiffre mensuel de 650 millions d'euros pour des frais qui sont grossièrement que du numérique et du personnel.
Ce n'est pas comme si des coûts pouvaient leur échapper comme la gestion des Wall Mart.
Amazon a fait pareil pendant 15 ans comme tu le dit. C'est bien vrai sauf qu'en fait, il ne perdait pas réellement de l'argent, mais leur reinvestissement était tellement colossal qu'il pouvait... sur papier parler de perte pour en payer le moins possible.
Uber, j'ose même pas en parler tellement c'est ridicule, ils ne possèdent pas 1 taxi mais l'idée est tellement géniale que les investisseurs suivent les yeux fermés.
Leurs frais sont: personnel et numérique et tuent les taxis du monde entier au passage. (Oui, ils sont généralement moins chers et plus serviables,bmais ça c'est une autre histoire).
Ce que je veux exprimer, c'est que pour le simple exemple d'amazon, avec un recul de pas mal d'années, on peut tous constater que le résultat des courses c'est que 20 ans après, il est devenu le magasin du MONDE, mais qu'il a créé tant de naufragés au passage qu'on ose plus les compter.

Bref, je m'égare, mais j'ose pas croire que cette perte est réelle.
N'hésitez pas à me mettre des pouces rouges en vous voilant la face de l'ultra capitalisme.
Ce n'est pas pessimiste, je pense sincèrement qu'ils puissent y avoir des pertes, mais autant, les accepter et que sur une période de quelques années (allez, sur 5 ans pour parler vrais chiffres) les pertes n'existent plus et on fait main basse du passé, c'est assez invraisemblable non ?
Oui Spotify c'est bien, oui Amazon, c'est pratique, mais la véritable question c'est à quel prix ?
Je suis pour le capitalisme hein Mais pas pour l'ultra qui crée tant de victimes sur leur passage.
skynet Hors ligne VIP icone 77353 points
Le #2120509
AfricanJoker a écrit :

skynet a écrit :

AfricanJoker a écrit :

La perte financière "officielle" pour ne jamais rien devoir à personne. (Surtout pas d'impôt sur le bénéfice au passage).
Ça m'a toujours étonné chez ces mastodontes. (Énorme société.
Les sociétés de contrôles des comptes doivent bien être engraissées pour ne jamais rien voir...
Comme UBER, le génie de la perte "officielle"


Pourquoi toujours voir le mal partout ?
Uber a investi massivement pour rafler l'ensemble du marché mondial dans son domaine tout comme Amazon à ses débuts qui n'était qu'une petite bibliothèque en ligne.

Spotify, Deezer et autres savent que le marché de la musique physique touche à sa fin et que l'avenir est au streaming, ils se placent maintenant partout tout simplement.


Oui, c'est sûr pour spotify et deezer.

Mais comme dit sandramcc, les petits commerçants se font saigner pour le moindre euro.
Alors, accepter que des multinationales qui ont asséché leur secteur, puissent perdre autant qu'elles souhaitent du moment que les investisseurs suivent... ça devrait être interdit, voir punissable. De la même manière que le petit commerçant NE PEUT PAS vendre à perte. Bizarrement, les multinationales, elles, le peuvent d'une façon détournée. Ça choque personne ?

On parle d'un chiffre mensuel de 650 millions d'euros pour des frais qui sont grossièrement que du numérique et du personnel.
Ce n'est pas comme si des coûts pouvaient leur échapper comme la gestion des Wall Mart.
Amazon a fait pareil pendant 15 ans comme tu le dit. C'est bien vrai sauf qu'en fait, il ne perdait pas réellement de l'argent, mais leur reinvestissement était tellement colossal qu'il pouvait... sur papier parler de perte pour en payer le moins possible.
Uber, j'ose même pas en parler tellement c'est ridicule, ils ne possèdent pas 1 taxi mais l'idée est tellement géniale que les investisseurs suivent les yeux fermés.
Leurs frais sont: personnel et numérique et tuent les taxis du monde entier au passage. (Oui, ils sont généralement moins chers et plus serviables,bmais ça c'est une autre histoire).
Ce que je veux exprimer, c'est que pour le simple exemple d'amazon, avec un recul de pas mal d'années, on peut tous constater que le résultat des courses c'est que 20 ans après, il est devenu le magasin du MONDE, mais qu'il a créé tant de naufragés au passage qu'on ose plus les compter.

Bref, je m'égare, mais j'ose pas croire que cette perte est réelle.
N'hésitez pas à me mettre des pouces rouges en vous voilant la face de l'ultra capitalisme.
Ce n'est pas pessimiste, je pense sincèrement qu'ils puissent y avoir des pertes, mais autant, les accepter et que sur une période de quelques années (allez, sur 5 ans pour parler vrais chiffres) les pertes n'existent plus et on fait main basse du passé, c'est assez invraisemblable non ?
Oui Spotify c'est bien, oui Amazon, c'est pratique, mais la véritable question c'est à quel prix ?
Je suis pour le capitalisme hein Mais pas pour l'ultra qui crée tant de victimes sur leur passage.


Non tu as raison, c'est un vrai sujet !
On pourrait en effet assimiler ça à de la vente à perte et donc offrir d'autres conditions à ces grandes majors...

En fait j'ai répondu ça aux critiques qui disaient qu'il y avait anguille sous roche, ou subterfuge pour payer moins d'impôts.
Je pense plutôt qu'ils investissent massivement dans leur business car à la fin des fins il ne restera plus beaucoup de monde sur ce marché de la distribution et que c'est maintenant qu'il faut prendre des parts de marchés pour les acteurs.
Finnegan Absent Vétéran icone 1833 points
Le #2120530
Difficile de comparer le boulanger du coin avec une multinationale, par définition.

Les sommes empruntées sont colossales et beaucoup d'investisseurs ont parié dessus, les banques ont prêté beaucoup et attendent donc un retour sur investissement et comme on dit, la banque ne perd jamais. Tant que Spotify peut payer ses intérêts, tout roule. 155 millions d'abonnés et en croissance, ça a du potentiel. Colle 2€ d'augmentation pour tout le monde et hop on passe un cap.

Le boulanger du coin, parce qu'il ne touche qu'un faible public local, quand il est sur la paille, il n'a aucune marge de manœuvre et donc les banques reprennent leurs billes et le saignent. Et si les causes de faillites sont nombreuses, les banques n'ont aucun intérêt dans les faillites, au contraire.

Je ne dis pas que c'est bien, juste qu'il n'y a pas de magouille, juste des calculs.
saepho Connecté VIP icone 20843 points
Premium
Le #2120545
sandramcc a écrit :

C’est pas le boulanger d’à côté, qui se lève à 4h du matin et à qui on fermerai le commerce au bout de six mois s’il avait une perte sèche de 20 000 € par an...

Bref...

J’ai beaucoup de mal à comprendre comment on peut avancer avec une perte aussi colossale, il doit y avoir des magouilles…


Aucunement question de magouille, mais simplement de pari sur l'avenir.

En effet, si je te propose d'investir 10.000€ aujourd'hui, mais que je te promets de te rembourser 20.000€ dans 2 ans, tu pourrais être intéressé, c'est le même cas ici.

De plus, quand tu vois que le chiffre d'affaire augmente chaque année, et que le nombre d'abonnés ne cessent d'augmenter, et que l'entreprise est numéro 1 mondial sur ces 2 points, cela donne plutôt confiance en l'avenir de celle-ci
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar