Starlink : zéro problème pour l'astronomie selon Elon Musk

Le par  |  2 commentaire(s)
spacex-starlink

Interrogé sur les problèmes et craintes pour les découvertes en astronomie avec la constellation de satellites Starlink, Elon Musk estime qu'il y a zéro problème et tout sera fait le cas échéant pour rester à zéro.

Le mois dernier, SpaceX a procédé à un cinquième lancement de 60 satellites de sa constellation Starlink. Ce sont ainsi 300 minisatellites de télécommunications Starlink qui sont actuellement en orbite basse.

Ce n'est qu'un début avec une constellation amenée à grossir rapidement. Le week-end prochain, SpaceX devrait lancer 60 nouveaux satellites Starlink. Le projet ambitionne 12 000 minisatellites, puis 42 000 dans le but de fournir un service Internet à haut débit avec des temps de latence inférieurs à 20 ms.

spacex-starlink

Après le lancement des 60 premiers satellites Starlink au printemps 2019, l'Union astronomique internationale avait fait part de ses inquiétudes concernant l'impact des méga-constellations de satellites de communications en orbite basse (pas uniquement Starlink) sur les observations en astronomie et la pollution lumineuse spatiale du ciel nocturne.

Depuis, d'autres inquiétudes en ce sens ont suivi. En début d'année, mais en soulignant des incertitudes, l'Union astronomique internationale a réitéré ses craintes : " Ces constellations de satellites auront un impact négatif sur les progrès de l'astronomie au sol, pour l'observation radio, optique et infrarouge, et nécessiteront de réaffecter des ressources humaines et financières de la recherche fondamentale pour étudier et mettre en œuvre des mesures d'atténuation. "

Patron et fondateur de SpaceX, Elon Musk se dit convaincu qu'avec Starlink, il n'y aura aucun impact sur les découvertes astronomiques. " Zéro. C'est ma prédiction. Nous prendrons des mesures correctives si c'est supérieur à zéro. "

Lors de la conférence Satellite 2020 à Washington, Elon Musk a évoqué un problème de brillance lorsque les satellites ne sont pas stabilisés et quand ils gagnent de l'altitude pour leur positionnement en orbite. " Ce n'est pas le cas quand ils sont sur orbite. […] Je serai impressionné si quelqu'un pouvait me dire où ils se trouvent tous. Je n'ai pas rencontré quelqu'un qui puisse me dire où ils se trouvent tous. Pas même une seule personne. "

Elon Musk souligne qu'un travail est mené avec la communauté scientifique pour réduire le problème de brillance. Avec un satellite Starlink, SpaceX a par exemple testé un traitement expérimental d'assombrissement pour réduire le pouvoir réfléchissant de la surface de son corps. Outre ce changement de couleur, il évoque également un travail sur un " pare-soleil " pour les satellites. " Il y a certains angles où l'on peut obtenir une réflexion. "

Starlink vise un service dans le nord des États-Unis et au Canada pour cette année. Une couverture quasi mondiale de la population est envisagée d'ici 2021. Pour le moment, l'orbite des satellites déjà lancés est de 550 km.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2093579
Dire qu'il n'y a *zéro* problème simplement parce que personne ne peut dire ou ils se trouvent *tous*, c'est un peu abusif.

Les décharges sauvages, ça pollue, c'est pas beau, mais y'a *zéro* problème, personne n'est capable de dire ou elles se trouvent toutes.

En gros, le problème reste à 0 tant qu'il n'est pas égal a 100% (tous les satellites visibles), assez binaire comme réflexion.

Après, il a possiblement raison, possible que les satellites soient très peu visibles une fois sur leur orbite définitive, mais l'argumentation est assez risible.

De toute façon, le zéro est bidon, comme le dit Jonathan O’Callaghan, les astronomes sont déjà impactés, donc c'est tout sauf zéro...


EDIT: pas mal d'infos ici ->https://youtu.be/XP_ltvzIF74?t=536

Le #2093593
LinuxUser a écrit :

Dire qu'il n'y a *zéro* problème simplement parce que personne ne peut dire ou ils se trouvent *tous*, c'est un peu abusif.

Les décharges sauvages, ça pollue, c'est pas beau, mais y'a *zéro* problème, personne n'est capable de dire ou elles se trouvent toutes.

En gros, le problème reste à 0 tant qu'il n'est pas égal a 100% (tous les satellites visibles), assez binaire comme réflexion.

Après, il a possiblement raison, possible que les satellites soient très peu visibles une fois sur leur orbite définitive, mais l'argumentation est assez risible.

De toute façon, le zéro est bidon, comme le dit Jonathan O’Callaghan, les astronomes sont déjà impactés, donc c'est tout sauf zéro...


Je n'aurais pas dit mieux
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme