Streaming illégal de sport : 7 millions d'euros de dommages-intérêts

Le par Jérôme G.  |  1 commentaire(s)
justice

Dans une affaire française d'IPTV pirate avec la diffusion de contenus sportifs, plusieurs individus ont été condamnés à de lourds dommages et intérêts.

En début de mois, le tribunal correctionnel de Rennes a condamné cinq personnes à verser 7 millions d'euros de dommages et intérêts à beIN Sports, Canal+ et RMC Sport. Les cinq hommes avaient déjà été condamnés en juin 2020, avec notamment une peine de prison de 12 mois - dont six avec sursis - pour celui qui a été reconnu comme le principal auteur des infractions.

Avec le soutien de l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (Alpa), les trois diffuseurs avaient porté plainte pour l'exploitation de sites de streaming sportifs illégaux de 2014 à 2018 par les individus âgés de 43 à 57 ans.

En l'occurrence, une plateforme beinsport-streaming.com qui proposait une vingtaine de sites pirates. Ils diffusaient en streaming des programmes et événements sportifs en direct normalement réservés aux abonnés de chaînes payantes. beIN Sports évoque par exemple des contenus premium de la Ligue des champions de l'UEFA, la Ligue 1, la Ligue 2, la Premier League anglaise et divers championnats européens de football.

pirate

Se présentant comme le meilleur site de streaming français

" Tous les événements sportifs en direct HD tel que la NBA, la Formule 1, le Rugby que vous ne pourriez pas voir gratuitement sur les chaînes canal+, beinsport et bien d'autres. Le meilleur site de streaming français ", pouvait-on lire avec une invitation au partage du lien.

Les sites pirates auraient attiré plus de 7,5 millions de visiteurs uniques de 2014 à 2017, et avec notamment une rémunération via l'affichage de publicités. Les prévenus avaient été interpellés en juin 2018.

Tout en saluant la décision de justice, beIN Sports estime qu'il demeure " très difficile d'engager des poursuites judiciaires contre les pirates. […] Nous appelons au développement de mesures rapides et efficaces, mises en œuvre par les intermédiaires techniques sur Internet, tant au niveau national qu'au niveau européen, pour lutter contre le piratage en ligne de contenus sportifs en direct. "

  • Partager ce contenu :
Cette page peut contenir des liens affiliés. Si vous achetez un produit depuis ces liens, le site marchand nous reversera une commission sans que cela n'impacte en rien le montant de votre achat. En savoir plus.
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #2126142
Le [sport professionnel] n'est pas du sport. C'est sportif.
Les professionnels sportifs sont dirigés par le POGNON. C'est du spectacle sans plus.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire