Surprise ! Windows 10 ARM tourne mieux que jamais sur les Mac M1

Le par Mathieu M.  |  18 commentaire(s)
MacBook Pro 13 ARM 04

Ce n'est pas une grande surprise : les nouveaux Mac dotés des puces M1 d'Apple supportent déjà Windows 10 ARM.

Les nouveaux Mac M1 font beaucoup parler d'eux actuellement et pour cause : ce retour aux commandes d'Apple sur ses processeurs ne trouve actuellement que des bons points.

MacBook Pro 13 ARM 05

En marge des performances exceptionnelles de ces nouveaux Mac, il devient également plus facile d'accéder à Windows 10 ARM qui tourne ainsi mieux que sur aucun autre appareil du moment, y compris les propres tablettes Surface de la marque...

MacBook Air  M1 
1129€€ sur Amazon* * Prix initial : 1129€€.

C'était d'ailleurs là un des derniers points sensibles des tests menés sur les Mac M1 : si l'on a rapidement pu juger de leurs performances, autonomie et compatibilité avec les anciennes applications via Rosetta 2, le suspens était toujours de mise concernant Windows. Plus besoin de s'inquiéter donc puisqu'un développeur, Alexander Graf, a réussi à faire fonctionner Windows ARM sur un Mac doté d'une puce M1.

Le développeur a utilisé QEMU pour y parvenir et développé un patch spécifique. Il a ainsi pu mener des benchmarks, notamment sur Geekbench et obtenu des scores assez fous : 1288 points en Single Core et 5449 points en multicore, soit presque le double d'une Surface Pro X2, la plateforme la plus puissance de Microsoft qui plafonne à 799 points en single et 3089 en multi core.

Désormais, la balle est dans le camp de Microsoft qui pourrait proposer une version spéciale de Windows 10 ARM dédiée aux Mac sous puce M1.

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Trier par : date / pertinence
ENZOLIV offline Hors ligne Vétéran avatar 2379 points
Le #2114461
Cela voudrait dire que toutes ces années d'acharnement à améliorer la puissance des puces x86 revenait à s'obstiner inutilement dans une impasse?
Les faibles gains constatés depuis 10 ans en étaient un indice, et la claque donnée par cette puce fini la démonstration.
graveen away Absent VIP icone 7415 points
Le #2114470
ENZOLIV a écrit :

Cela voudrait dire que toutes ces années d'acharnement à améliorer la puissance des puces x86 revenait à s'obstiner inutilement dans une impasse?
Les faibles gains constatés depuis 10 ans en étaient un indice, et la claque donnée par cette puce fini la démonstration.


Disons qu'on a 2 gros nuls dans l'histoire, et 1 bosseur:
- intel qui se tripote depuis des années et qui vit des rentes du x86
- qualcomm qui a été infoutu de faire un soc correct pour Windows ARM

(j'exclus AMD et Microsoft, parce que AMD subit une grosse pression d'Intel et Microsoft a sous-traité la question ARM à Qualcomm - les surfaces sont pourries à cause du CPU pas de Windows - encore que la couche d'emulation x86 est un peu pourrave, rien à voir avec Rosetta 2 - mais est ce que Rosetta 2 est bien foutu ou c'est la puissance du M1 qui permet d'être à l'aise).

Et derrière, Apple bosse depuis 10 ans ses CPUs alors que c'était pas son métier.

Donc gros boulot + des baltringues en face = une grosse claque dans la gueule (et j'irais pas pleurer pour Intel / Qualcomm...)
graveen away Absent VIP icone 7415 points
Le #2114471
Alors après on entend "oui mais intel en interne ils ont 10 ans d'avance".
Je ne pense pas. AMD a fait fort avec le Ryzen (et reviens de loin), Intel a répondu avec un Core i9 et une gen8 / 10 correcte mais sans plus.
forsatus away Absent Vétéran icone 1677 points
Le #2114472
Donc Apple fait du Windows mieux que Microsoft ?
C’est ironique évidemment mais bon dans le fond ça permet de voir la connerie de Microsoft
Yattoz offline Hors ligne Vétéran icone 1480 points
Le #2114473
ENZOLIV a écrit :

Cela voudrait dire que toutes ces années d'acharnement à améliorer la puissance des puces x86 revenait à s'obstiner inutilement dans une impasse?
Les faibles gains constatés depuis 10 ans en étaient un indice, et la claque donnée par cette puce fini la démonstration.


C'est un peu plus complexe que ça : les gains en x86 étaient menés par une entreprise, Intel, qui pendant 10 ans a profité d'un monopole manifeste pour sortir ses innovations au compte-goutte et limiter ses investissements pour le long terme. Dès lors, AMD est arrivé donner un coup de pied dans la fourmilière en 2017, mais aussi et surtout TSMC a continué de perfectionner ses usines de gravure (rappel qu'Intel utilise exclusivement ses usines maison). Du coup lorsqu'Apple décide de faire appel à TSMC pour ses puces, ils ont d'une part une expertise architecturale sans précédent pour avoir conçu les puces des iPhones et iPad depuis 10 ans, mais ils font appel au tout meilleur fondeur de l'industrie. Oui, on a un bond en avant, mais ça ne veut pas dire que la croissance en puissance de calcul continuera parce qu'une architecture est mieux qu'une autre.

Là où ça devient fun, c'est qu'il existe des concepts architecturaux propres à ARM qui sont bien connus depuis quelques années et qui n'ont jamais été "portés" vers x86, notamment le big.LITTLE (dit rapidement, des processeurs fortement hétérogènes, avec des coeurs à architecture différentes). Intel s'y était très froidement essayé avec une puce très peu intéressante (4 coeurs économes type Atom + 1 coeur puissant type Core) mais c'était pas très concluant. Les nouveautés dans l'architecture ARM, elles sont de ce type là, de l'ordre du changement de paradygme. La puissance de calcul n'évolue plus tellement, mais on fait de mieux en mieux en spécialisant des parties des puces. A ce qu'il parait la puce M1 a même des instructions spécifique à l'exécution de Javascript...

Donc ouais, faut pas forcément voir le passage vers ARM comme étant une révolution qui va relancer la loi de Moore (spoiler : quand tes transistors qui sont épais de 50 atomes, y'a plus trop moyen d'aller plus loin que ça), mais il apporte un changement de perspective intéressant : oui, on peut faire mieux, en spécialisant plus, en accélérant au plus bas niveau des calculs usuels, et en modulant l'apport énergétique au plus proche de ce que la machine a besoin. Et, mis à part faire des économies hallucinantes de prix de licence en s'affranchissant d'Intel, le but d'Apple c'est de montrer ça.
rborn offline Hors ligne Vénéré icone 2981 points
Le #2114478
Il faut rappeler que ce sont les résultats Geekbench d’un Windows 10 EN EMULATION sur le SoC M1 !

La comparaison est faite avec Windows 10 tournant EN NATIF sur la Surface pro X !
Anonyme
Le #2114497
rborn a écrit :

Il faut rappeler que ce sont les résultats Geekbench d’un Windows 10 EN EMULATION sur le SoC M1 !

La comparaison est faite avec Windows 10 tournant EN NATIF sur la Surface pro X !


Ce qui est encore plus impressionnant.

Mais je doute que beaucoup de monde achète un Mac pour faire tourner Windows !
Anonyme
Le #2114499
Je ne comprends pas par contre le "retour aux commandes d'Apple sur ses processeurs"

Pour moi il y a eu les Motoral 680xx, les PowerPC d'IBM et les Intel, des processeurs non conçu par Apple.
LinuxUser away Absent VIP icone 16736 points
Le #2114503
Tchabada a écrit :

Je ne comprends pas par contre le "retour aux commandes d'Apple sur ses processeurs"

Pour moi il y a eu les Motoral 680xx, les PowerPC d'IBM et les Intel, des processeurs non conçu par Apple.


Les tout premiers Apple était sous processeurs MOS (non conçus par Apple non plus).
Bilmonis offline Hors ligne Habitué avatar 162 points
Le #2114510
Tchabada a écrit :

rborn a écrit :

Il faut rappeler que ce sont les résultats Geekbench d’un Windows 10 EN EMULATION sur le SoC M1 !

La comparaison est faite avec Windows 10 tournant EN NATIF sur la Surface pro X !


Ce qui est encore plus impressionnant.

Mais je doute que beaucoup de monde achète un Mac pour faire tourner Windows !


Si, beaucoup d'utilisateurs Mac utilisent Windows sur leur machine pour pouvoir utiliser certains logiciels/jeux spécifiques
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire