Test du Dremel 3D45 : l'imprimante 3D pour l'éducation et les semi-pro

Le par  |  2 commentaire(s)

La Dremel 3D45 se présente comme une machine particulièrement séduisante.  Les performances sont au rendez-vous, la qualité de l'ensemble est indéniable et l'équipement digne de ce que l'on peut attendre d'une imprimante haut de gamme.

Jamais l'imprimante 3D ne nous aura fait défaut, alors même que nous avons lancé des stress tests plutôt complexes et dans la majorité du temps avec des filaments techniques, notamment l'ABS. Réussir des impressions d'une telle qualité en ABS sans allonger les temps d'impression de façon drastique est un vrai plaisir.

Dremel 3D45_12

La prise en mains est excellente : les utilisateurs novices seront particulièrement ravis d'être accompagnés dans chaque étape de leur processus d'impression, notamment grâce à la version simplifiée de Cura intégrée dans Digilab 3D Slicer. Les experts pourront peaufiner leurs réglages comme ils l'entendent pour aller encore plus loin et se lancer dans l'impression de pièces très techniques et complexes.

Restent deux points en retrait qui ne peuvent complètement rester de côté.

D'un côté, nous avons le volume d'impression, 25,5x15,5x17 cm, qui se veut particulièrement faible comparé à la concurrence chinoise actuelle. Un point que Dremel peut simplement expliquer par le choix de proposer une imprimante entièrement fermée, ce qui implique de faire des choix dans l'encombrement maximal qu'est prêt à accepter l'utilisateur. Dans les faits, ce volume reste intéressant pour une foule de pièces, et notamment les pièces techniques. Il est évident que ce type d'imprimante s'adresse avant tout aux utilisateurs ayant besoin de réaliser des pièces fonctionnelles et pas de réaliser des figurines ou de la décoration comme la majorité des makers qui s'équipent ces dernières années. En outre, la possibilité d'imprimer de l'ABS a également un avantage : les pièces peuvent être lissées dans un bain de vapeur d'acétone pour leur donner une finition brillante et lisse, mais aussi pour renforcer un peu plus leur coque externe.

Dremel 3D45_08

De l'autre côté vient le moment d'aborder la question du prix de la machine, qui s'affiche autours de 1600 € et actuellement à 1200 euros sur Amazon et que l'on trouve également chez Leroy Merlin et d'autres enseignes de bricolage. Dans cette gamme de prix, la machine de Dremel vient se frotter au Zortrax M200 et Ultimaker 2+, des machines davantage orientées vers les professionnels et plus complexes à prendre en main.
Si le prix de la 3D45 peut paraitre imposant au premier abord, il faut prendre en compte que le matériel proposé est à des années-lumière de la qualité des matériaux et composants utilisés dans les machines chinoises proposées comme Creality, Tevo ou autres Longer3D : la 3D45 est faite pour durer, pas pour être réparée ou upgradée. Le service après-vente et l'assistance sont également des points à prendre en compte lors de l'achat, tout comme le circuit des pièces de rechange ou des consommables. Enfin, l'environnement logiciel intégré à la machine est également un des points qui peut justifier de dépenser un peu plus, tant il est ergonomique et complet : l'écran tactile est vraiment utile ici, contrairement à ce que propose Creality sur sa CR10S Pro ou CRX (voir notre test) avec un usage plus anecdotique.

Mon avis :

Lorsque Dremel m'a contacté pour tester leur machine, j'ai été assez curieux de savoir comment la marque pourrait justifier le prix de son équipement au regard du volume d'impression proposé. Possédant plusieurs machines ayant des surfaces d'impression bien plus importantes à des prix 4 fois moins élevés, autant dire que j'attendais cette 3D45 de pied ferme.

Mais finalement, j'ai rapidement été séduit par l'environnement proposé par Dremel. La machine est d'une simplicité déconcertante : on peut la poser où l'on souhaite sans se poser de question, la zone d'impression est protégée et les créations se lancent à distance en quelques clics.

Dremel 3D45_14

Les réalisations sont d'une qualité bluffante y compris en ABS et même pour des pièces avec des porte-à-faux conséquents. Quelques paramétrages basiques et on peut imprimer tout ou presque...

La partie filtration du caisson est une option qui peut paraitre anodine, mais elle se révèle diablement efficace pour le confort de l'utilisateur : la température au sein du caisson est parfaitement régulée et aucune odeur désagréable ne se dégage même avec mes filaments les plus "agressifs". J'imprimais déjà de l'ABS sur des imprimantes ouvertes, avec parfois quelques difficultés et une odeur d'acétone horrible : ici aucune odeur et les pièces sont parfaites à chaque fois.

Le nivelage automatique du lit m'a particulièrement impressionné, le système est très bien pensé et facilite énormément la procédure qui est une étape clé dans le processus d'impression 3D.

Dremel 3D45_07
Même si le volume d'impression peut paraitre limité, j'ai rapidement trouvé de quoi lancer quelques impressions adaptées : des pièces techniques à la décoration en passant par des impressions de plus de 80 heures (notamment la chope de bière Game of Thrones en ABS à 80% de remplissage et 0.12 mm de hauteur de couche).

J'ai également apprécié le silence relatif pendant l'impression : on entend très peu le bruit des moteurs et seule la ventilation perce le confinement du caisson tout en se voulant très largement supportable.

Pour conclure, je terminerais sur le fait que la Dremel 3D45 sera parfaite pour qui cherche à imprimer des filaments techniques sans avoir à modifier sa machine ou à investir dans des ajouts comme un caisson. L'imprimante est très simple de prise en mains et je pense qu'il est une partie importante que je n'ai "malheureusement ou heureusement, au choix" pas pu véritablement tester et qui réside dans le SAV et le service clientèle de Dremel qui entoure l'achat de ce type de machine.

Le prix de la machine restera un frein pour une partie des utilisateurs qui pourront se tourner vers d'autres alternatives plus accessibles qu'il conviendra de faire évoluer. Les utilisateurs disposant du budget pourront quant à eux investir dans une machine livrée clé en main qui ne les décevra pas, qu'ils soient débutants ou plus aguerris dans l'univers de l'impression 3D.




+ Les plus
  • La qualité de finition
  • La qualité d'impression
  • Le caisson
  • La facilité d'impression
  • Le SAV
  • La WiFi / Cloud
- Les moins
  • Le prix
  • Les bobines propriétaires
  • Le Cloud qui nécessite une manipulation en France
  • Le volume d'impression

Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2075890
Ils ne vont pas en vendre beaucoup. Si seulement ils avaient augmenté sensiblement le volume d’impression...
Le #2075894
cycnus a écrit :

Ils ne vont pas en vendre beaucoup. Si seulement ils avaient augmenté sensiblement le volume d’impression...


Et pourtant ils en vendent pas mal...

L'avantage d'avoir un SAV derrière et de s'installer dans les grandes enseignes de bricolage...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme