Pédopornographie : abandon de poursuites pour préserver un exploit Tor

Le par  |  18 commentaire(s) Source : BBC
tor-logo

Plutôt que de divulguer un code exploit qui a permis de s'introduire dans des ordinateurs à travers le réseau Tor, les autorités américaines vont abandonner des poursuites dans une affaire de contenus pédopornographiques.

C'est un rebondissement inattendu dans l'affaire Playpen. En 2015, le FBI avait saisi un serveur de ce site qui était un service caché sur le réseau d'anonymisation Tor et proposait des contenus pédopornographiques.

Tor-onionPendant deux semaines, le FBI avait fait tourner Playpen sur ses propres serveurs pour infecter avec un malware les ordinateurs s'y connectant. Un exploit qualifié de " Network Investigation Technique " qui a permis de recueillir près de 1 300 adresses IP réelles et inculper plus de 130 personnes.

Les avocats d'un accusé avaient cependant contesté le mandat du FBI pour déployer le dispositif d'intrusion. Un juge fédéral avait ordonné de divulguer à la défense tous les composants du code de l'exploit ayant servi à piéger des visiteurs de Playpen. Un code qui a fini par être classifié.

" Le gouvernement doit maintenant choisir entre la divulgation d'informations classifiées et le rejet de son acte d'accusation ", peut-on lire dans un document publié la semaine dernière par le département de la Justice des États-Unis. " La divulgation n'est actuellement pas une option. " Cela devrait donc aboutir à un abandon des poursuites...

Pour éventuellement relancer l'affaire, il faudra à l'avenir que ce fameux code soit déclassifié. Il est probable qu'un lien existe avec une vulnérabilité non corrigée dans le navigateur Tor (Tor Browser) basé sur Firefox ESR.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1955308
Si j'ai bien compris, le FBI a diffusé du contenu pédo-pornographique ?

Ils devraient s'auto arrêter non ?
Le #1955313
Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.
Anonyme
Le #1955320
FRANCKYIV a écrit :

Si j'ai bien compris, le FBI a diffusé du contenu pédo-pornographique ?

Ils devraient s'auto arrêter non ?





Anonyme
Le #1955324
kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Je dirais plutôt qu'ils réalisent enfin que faire la chasse aux terroristes relève un peu plus fondamentalement de la sécurité nationale que faire la chasse aux pervers.
Le #1955329
kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Euh, non, c'est pas du tout ce qui est dit dans la news.

En gros, le FBI a bien traqué et arrêté des pédophiles grâce à cet exploit. Après, pendant le procès, l'un des pédophiles accusé a cherché à contester la procédure en demandant à ce que les détails (y compris l'exploit) soient revus en détail. Les données ont été vues par la loi, mais ont été classées et ne sont donc pas accessibles pour le public.
Le #1955331
kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Ou plutôt qu'il y a des noms très connus qu'il ne vaut mieux pas divulguer.
Imaginez que ce soit des peoples ou des politiques qui soient mises en cause.
Vaut mieux classer l'affaire sous un prétexte bidon.
Le #1955362
orakaa a écrit :

kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Euh, non, c'est pas du tout ce qui est dit dans la news.

En gros, le FBI a bien traqué et arrêté des pédophiles grâce à cet exploit. Après, pendant le procès, l'un des pédophiles accusé a cherché à contester la procédure en demandant à ce que les détails (y compris l'exploit) soient revus en détail. Les données ont été vues par la loi, mais ont été classées et ne sont donc pas accessibles pour le public.



Non, c'est plutôt:

Le FBI a utilisé un exploit pour ces enquêtes:

Le droit de la défense implique qu'ils doivent avoir tous les éléments contre eux pour s'expliquer. Le juge a donné au FBI le choix: obligation de divulguer l'exploit, afin de confirmer leur dire, ou alors ils le font pas, mais tout ce qui est découle n'est pas valide.

C'est "classé" / non accessible, car le FBI ne veut pas montrer les preuves qu'il a (et forcement, sans preuves, tout tombe à l'eau). Nullement car la "loi" (ou le juge) l'a décidé


En gros, ils préfèrent garder leur exploit pour espionner des gens, sans possibilité de poursuites légalement.

Anonyme
Le #1955363
Chitzitoune a écrit :

orakaa a écrit :

kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Euh, non, c'est pas du tout ce qui est dit dans la news.

En gros, le FBI a bien traqué et arrêté des pédophiles grâce à cet exploit. Après, pendant le procès, l'un des pédophiles accusé a cherché à contester la procédure en demandant à ce que les détails (y compris l'exploit) soient revus en détail. Les données ont été vues par la loi, mais ont été classées et ne sont donc pas accessibles pour le public.



Non, c'est plutôt:

Le FBI a utilisé un exploit pour ces enquêtes:

Le droit de la défense implique qu'ils doivent avoir tous les éléments contre eux pour s'expliquer. Le juge a donné au FBI le choix: obligation de divulguer l'exploit, afin de confirmer leur dire, ou alors ils le font pas, mais tout ce qui est découle n'est pas valide.

C'est "classé" / non accessible, car le FBI ne veut pas montrer les preuves qu'il a (et forcement, sans preuves, tout tombe à l'eau). Nullement car la "loi" (ou le juge) l'a décidé


En gros, ils préfèrent garder leur exploit pour espionner des gens, sans possibilité de poursuites légalement.


Voilà, ce qui s'appelle donc de la surveillance ciblée : on se concentre sur ce qui est important et le reste on laisse couler.
Le #1955368
bugmenot a écrit :

Chitzitoune a écrit :

orakaa a écrit :

kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Euh, non, c'est pas du tout ce qui est dit dans la news.

En gros, le FBI a bien traqué et arrêté des pédophiles grâce à cet exploit. Après, pendant le procès, l'un des pédophiles accusé a cherché à contester la procédure en demandant à ce que les détails (y compris l'exploit) soient revus en détail. Les données ont été vues par la loi, mais ont été classées et ne sont donc pas accessibles pour le public.



Non, c'est plutôt:

Le FBI a utilisé un exploit pour ces enquêtes:

Le droit de la défense implique qu'ils doivent avoir tous les éléments contre eux pour s'expliquer. Le juge a donné au FBI le choix: obligation de divulguer l'exploit, afin de confirmer leur dire, ou alors ils le font pas, mais tout ce qui est découle n'est pas valide.

C'est "classé" / non accessible, car le FBI ne veut pas montrer les preuves qu'il a (et forcement, sans preuves, tout tombe à l'eau). Nullement car la "loi" (ou le juge) l'a décidé


En gros, ils préfèrent garder leur exploit pour espionner des gens, sans possibilité de poursuites légalement.


Voilà, ce qui s'appelle donc de la surveillance ciblée : on se concentre sur ce qui est important et le reste on laisse couler.



A voir ce qu'on appel "important".

L'anti terrorisme entrant dans le champ de compétence du FBI, ils préfèrent surement continuer les espionnages qu’arrêter un réseau de pédophile de plusieurs milliers de personnes en grillant leur exploit.

Choix assez discutable vu les "volumes" / crimes concernés
Anonyme
Le #1955377
Chitzitoune a écrit :

bugmenot a écrit :

Chitzitoune a écrit :

orakaa a écrit :

kerlutinoec a écrit :

Ils préfèrent garder un exploit dispo pour espionner leurs citoyens plutôt que d'arrêter un réseau de pédophiles.


Euh, non, c'est pas du tout ce qui est dit dans la news.

En gros, le FBI a bien traqué et arrêté des pédophiles grâce à cet exploit. Après, pendant le procès, l'un des pédophiles accusé a cherché à contester la procédure en demandant à ce que les détails (y compris l'exploit) soient revus en détail. Les données ont été vues par la loi, mais ont été classées et ne sont donc pas accessibles pour le public.



Non, c'est plutôt:

Le FBI a utilisé un exploit pour ces enquêtes:

Le droit de la défense implique qu'ils doivent avoir tous les éléments contre eux pour s'expliquer. Le juge a donné au FBI le choix: obligation de divulguer l'exploit, afin de confirmer leur dire, ou alors ils le font pas, mais tout ce qui est découle n'est pas valide.

C'est "classé" / non accessible, car le FBI ne veut pas montrer les preuves qu'il a (et forcement, sans preuves, tout tombe à l'eau). Nullement car la "loi" (ou le juge) l'a décidé


En gros, ils préfèrent garder leur exploit pour espionner des gens, sans possibilité de poursuites légalement.


Voilà, ce qui s'appelle donc de la surveillance ciblée : on se concentre sur ce qui est important et le reste on laisse couler.



A voir ce qu'on appel "important".

L'anti terrorisme entrant dans le champ de compétence du FBI, ils préfèrent surement continuer les espionnages qu’arrêter un réseau de pédophile de plusieurs milliers de personnes en grillant leur exploit.

Choix assez discutable vu les "volumes" / crimes concernés


Mater des vidéo de gamins dénudés est certes illégal mais ne fait de mal à personne. Ca serait stupide et même dangereux de compromettre la lutte contre le terrorisme pour le plaisir d'enfermer une clique de pervers inoffensifs.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]