Semiconducteurs : TSMC en discussions pour une usine aux USA à 12 milliards de dollars

Le par Christian D.  |  32 commentaire(s) | Source : CNBC
TSMC wafer

Cherchant à relocaliser une partie de la production de semiconducteurs aux Etats-Unis, Donald Trump discuterait avec différents fondeurs. Le taiwanais TSMC pourrait bâtir une usine en Arizona pour 12 milliards de dollars.

Pour son programme politique "America First", Donald Trump appelait déjà il y a quelques années les grands acteurs de l'électronique à relocaliser leurs usines aux Etats-Unis, après un large mouvement vers l'Asie et en particulier la Chine.

Il s'agit principalement de ramener des emplois qualifiés dans le pays mais la considérations géopolitiques et géostratégiques commençaient à percer avec le réveil de l'Empire du Milieu.

Avec les tensions économiques auxquelles se surajoute la grave crise du coronavirus, les incitations se font plus pressantes avec la volonté de voir les grands fondeurs installer des sites de production aux Etats-Unis.

Outre Intel, le fondeur taiwanais TSMC, champion de la finesse de gravure, serait particulièrement concerné. Et la pression exercée semble fonctionner puisqu'il serait prêt désormais à bâtir une usine en Arizona pour 12 milliards de dollars.

La construction de ce second site sur le sol US pour le fondeur pourrait démarrer dès 2021 avec à la clé 1600 emplois et un focus sur la gravure en 5 nm, c'est à dire les technologies de gravure les plus récentes.

Si la plupart des entreprises US sont fabless et conçoivent leur produits électroniques mais les font produire en Asie, à l'exception notable d'Intel qui est à la fois concepteur de puces et producteur (mais fait aussi produire massivement en Chine), le retour de sites de production sur le sol américain est aussi une façon de s'assurer une indépendance technique, quitte à aller à l'encontre des principes de délocalisation (pour des coûts toujours plus bas) et de mondialisation prônés jusqu'à présent mais malmenés par l'énorme récession qui s'annonce aux Etats-Unis et ailleurs.


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 4

Trier par : date / pertinence
tmtisfree Hors ligne VIP icone 5206 points
Le #2099132
"à l'encontre des principes de délocalisation (pour des coûts toujours plus bas) et de mondialisation prônés jusqu'à présent"
Il est effectivement plus intéressant pour tout le monde de produire moins cher. C'est « prôné » par le bon sens.

Mais quand les coûts délocalisés deviennent comparables à ce qu'il est permis d'obtenir sur place, alors on relocalise là ou délocalise ailleurs.

Ce n'est pas nouveau. Une partie de l'industrie IT a déjà migré de Chine vers le Vietnam. L'industrie chimique est aussi en cours de relocalisation aux USA. Et là aussi c'est « prôné » par le bon sens.
cycnus Hors ligne VIP avatar 15083 points
Le #2099134
la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.
tmtisfree Hors ligne VIP icone 5206 points
Le #2099148
cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).
skynet Hors ligne VIP icone 79083 points
Le #2099151
tmtisfree a écrit :

cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).


Il faudrait ajouter à cela un vrai mouvement de formation auprès des moins qualifiés. Ils auraient tout avantage à piloter ces robots plutôt qu'à pointer au chômage.
saepho Hors ligne VIP icone 21927 points
Premium
Le #2099168
tmtisfree a écrit :

cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).


"globalement profiter à tout le monde":

Globalement ou tout le monde, ce n'est pas la même chose

En France, on est quasiment à un taux de chômage de 25%.
Des observateurs jugeaient le taux de chômage en Chine à environ 20%.
Certains considèrent qu'il y aura 500 millions de chômeurs (chômage total ou partiel) cette année, c'est absolument énorme !

Donc globalement, oui, à tout le monde, non...
tmtisfree Hors ligne VIP icone 5206 points
Le #2099173
skynet a écrit :

tmtisfree a écrit :

cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).


Il faudrait ajouter à cela un vrai mouvement de formation auprès des moins qualifiés. Ils auraient tout avantage à piloter ces robots plutôt qu'à pointer au chômage.


En fait non. Les moins qualifiés le sont parce qu'ils n'ont pas les capacités pour faire plus : ils ne vont pas devenir plus capables par la formation même en y consacrant des sommes élevées, tout comme les gamins n'acquièrent pas plus de capacités par l'éducation même en y consacrant des sommes astronomiques.

C'est le même dogme qui (en France) nie la réalité biologique darwiniste : ces capacités dépendent de l'intelligence qui est un trait majoritairement héritable et dont le lien augmente avec l'âge.

On ne devrait pas se moquer des créationnistes quand on croit la même chose.
skynet Hors ligne VIP icone 79083 points
Le #2099175
tmtisfree a écrit :

skynet a écrit :

tmtisfree a écrit :

cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).


Il faudrait ajouter à cela un vrai mouvement de formation auprès des moins qualifiés. Ils auraient tout avantage à piloter ces robots plutôt qu'à pointer au chômage.


En fait non. Les moins qualifiés le sont parce qu'ils n'ont pas les capacités pour faire plus : ils ne vont pas devenir plus capables par la formation même en y consacrant des sommes élevées, tout comme les gamins n'acquièrent pas plus de capacités par l'éducation même en y consacrant des sommes astronomiques.

C'est le même dogme qui (en France) nie la réalité biologique darwiniste : ces capacités dépendent de l'intelligence qui est un trait majoritairement héritable et dont le lien augmente avec l'âge.

On ne devrait pas se moquer des créationnistes quand on croit la même chose.


En partie oui on ne peut le nier, mais d'autres par manque de chance ou un environnement familial défavorable (ça aide que les parents suivent les gamins, vraiment).
Mais c'est sûr que tout le monde ne pourra pas ou n'aura pas les moyens de gérer un robot qui aura pris sa place.

L'organisation de la société c'est aussi de prendre en compte les plus faibles.
Mouve92 Hors ligne VIP icone 8265 points
Le #2099184
TSMC ne semble pas résolue à accéder à la requête des autorités américaines.
Le constructeur a en effet indiqué qu'il ne prévoyait pas de construire d'usine aux États-Unis à court terme.
L'entreprise a ajouté qu'elle n'excluait pas l'idée d'y implanter un site de production un jour, mais cette décision serait alors motivée par une opportunité commerciale, et non par une demande du gouvernement.

TSMC ne semble donc pas prête à faire affaire avec l'armée américaine, ce qui l'obligerait certainement à se plier à des impératifs de sécurité draconiens.
Mais une implantation aux États-Unis reste envisageable, pour se rapprocher de ses gros clients situés dans le pays.
tmtisfree Hors ligne VIP icone 5206 points
Le #2099185
saepho a écrit :

tmtisfree a écrit :

cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).


"globalement profiter à tout le monde":

Globalement ou tout le monde, ce n'est pas la même chose

En France, on est quasiment à un taux de chômage de 25%.
Des observateurs jugeaient le taux de chômage en Chine à environ 20%.
Certains considèrent qu'il y aura 500 millions de chômeurs (chômage total ou partiel) cette année, c'est absolument énorme !

Donc globalement, oui, à tout le monde, non...


Comme en économie il est impossible de tenir compte de chaque personne, chaque catégorie, chaque législation, etc. donc on raisonne globalement, on regarde ce qui s'est passé avant puis on fait des projections et on établit moyennes.

Quand j'écris "tout le monde", je parle de tout le monde statistiquement parlant. Il est bien évident qu'il y aura des gagnants et des perdants, mais il est difficile de prévoir qui, où et quand en tant qu'individu.
tmtisfree Hors ligne VIP icone 5206 points
Le #2099188
skynet a écrit :

tmtisfree a écrit :

skynet a écrit :

tmtisfree a écrit :

cycnus a écrit :

la robotisation à outrance la massification scolaire dans les pays développés fait que la localisation dépendra de plus en plus des coûts de transport (taxes incluses) et de moins en moins du coût de la main-d'œuvre.


En fait c'est le contraire : l'automatisation et la robotisation permettent de gagner du temps à la production/distribution, essentiellement parce qu'elles suppriment les postes les plus lents et manuels, ceux qui sont relativement moins coûteux.

D'un autre côté, les coûts de recherche/développement augmentent toujours plus parce que ces métiers requièrent toujours plus de main d’œuvre de plus en plus qualifiées et donc de plus en plus chère (ingénieurs, chercheurs, avocats, etc.). Amazon par ex. est l'entreprise qui recrute le plus d'ingénieurs et d'avocats aux USA.

De plus les coûts de transport sont généralement faibles parce que déjà beaucoup automatisés : il n'y a plus de grève de dockers, ils ont été remplacé par des palettes et conteneurs et des grues (semi-)automatiques depuis des décennies :
https://new.abb.com/fr/a-propos-abb/technologies/systemes-de-grues-(ports)

La prochaine étape pour le transport sera de réduire encore les coûts en utilisant des véhicules et navires autopilotés qui sont tous en phase de développement/expérimentation :
https://fin.fr/actus/des-navires-de-transport-autonomes-des-2020

C'est la classique description de Schumpeter de destruction créatrice.

Au total, et c'est ce que montre l'analyse économique historique, l'automatisation va globalement profiter à tout le monde parce que ce mouvement est lent et localisé (à l'échelle de l'entreprise).


Il faudrait ajouter à cela un vrai mouvement de formation auprès des moins qualifiés. Ils auraient tout avantage à piloter ces robots plutôt qu'à pointer au chômage.


En fait non. Les moins qualifiés le sont parce qu'ils n'ont pas les capacités pour faire plus : ils ne vont pas devenir plus capables par la formation même en y consacrant des sommes élevées, tout comme les gamins n'acquièrent pas plus de capacités par l'éducation même en y consacrant des sommes astronomiques.

C'est le même dogme qui (en France) nie la réalité biologique darwiniste : ces capacités dépendent de l'intelligence qui est un trait majoritairement héritable et dont le lien augmente avec l'âge.

On ne devrait pas se moquer des créationnistes quand on croit la même chose.


En partie oui on ne peut le nier, mais d'autres par manque de chance ou un environnement familial défavorable (ça aide que les parents suivent les gamins, vraiment).
Mais c'est sûr que tout le monde ne pourra pas ou n'aura pas les moyens de gérer un robot qui aura pris sa place.

L'organisation de la société c'est aussi de prendre en compte les plus faibles.


En grande partie, plus précisément. L'environnement défavorable est malheureusement aussi lié positivement à l'héritabilité de l'intelligence.

"L'organisation de la société c'est aussi de prendre en compte les plus faibles."
Certainement. Le problème est la manière de le faire.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire