Uber dans le rouge avec des pertes colossales

Le par  |  2 commentaire(s) Source : Uber Technologies
uber-super-app

Uber Technologies accuse des pertes de 8,5 milliards de dollars en 2019. Le patron du groupe parle désormais d'un objectif de croissance rentable dès fin 2020.

En 2018, la vente d'activités à Grab en Asie du Sud-Est et à Yandex en Russie avait permis à Uber Technologies de réduire de manière spectaculaire ses pertes. Pour 2019, qui a été l'année de son entrée en Bourse, Uber affiche des pertes de 8,5 milliards de dollars.

Même si des frais en lien avec son entrée en Bourse en mai 2019 ont pesé au deuxième trimestre, Uber - qui a taillé dans ses effectifs - a encore accusé des pertes sur les trimestres suivants. Au quatrième trimestre, le groupe a perdu quasiment 1,1 milliard de dollars.

Pour autant, la dernière perte trimestrielle est moins prononcée qu'attendu et avec un chiffre d'affaires de 4,1 milliards de dollars en progression de 37 % sur un an. Sur l'ensemble de l'année 2019, le chiffre d'affaires progresse de 26 % à 14,1 milliards de dollars.

uber-logo

Alors que Uber peut sembler bien loin d'attendre un jour la rentabilité, Dara Khosrowshahi, le patron d'Uber, déclare :

" Nous reconnaissons que l'ère de la croissance à tout prix est révolue. Dans un monde où les investisseurs exigent de plus en plus non seulement de la croissance, mais aussi de la croissance rentable, nous sommes bien placés pour gagner grâce à l'innovation continue, une excellente exécution et l'échelle inégalée de notre plateforme mondiale. "

La plateforme Uber dans son ensemble (VTC, Uber Eats…) représente 111 millions d'utilisateurs actifs par mois. Le patron du groupe se dit confiant pour un objectif de rentabilité au quatrième trimestre 2020 et pour l'année 2021.

Uber-Volvo

Dans le domaine de la voiture autonome, Uber a obtenu cette semaine l'autorisation de tester ses véhicules sur des routes publiques en Californie. Une première depuis la mise en pause en mars 2018 suite à un accident mortel avec une passante en Arizona.

Selon Dara Khosrowshahi, le niveau 4 arrive dans les deux prochaines années et il estime que son groupe est dans " une position unique " pour y jouer " un rôle très important ", mais avec un réseau pour que ce soit " commercialement viable. "

Le niveau 4 pour la conduite autonome correspond à celui avec un conducteur à bord qui n'est plus tenu de la superviser.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2090518
La question : combien de temps l’entreprise va-t-elle tenir ? Que se passera-t-il au niveau systémique quand elle mettra la clé sous la porte ? Crise de type crise des années 2000 puissance 10 ? Car leur seul atout c'est avoir de l'avance sur la conduite autonome. Or cette avance ne sert à rien car les concurrents sont supers nombreux et très proches d'eux. Sans oublier qu'il s'agit essentiellement d'un coup de recherche-développement et que ce type de coûts, plus on vend, plus il est faible. Ce qui incite à baisser le plus les prix pour vendre le plus possible. Si bien que le marché va devenir ultra concurrentiel et éliminer les plus faibles notamment les plus endettés. j'ai bien peur que celui qui restera ça sera celui qui ne sait pas endetté et qui se contentera de racheter celui qui a fait faillite pour récupérer tous ses brevets.
Le #2090520
cycnus a écrit :

La question : combien de temps l’entreprise va-t-elle tenir ? Que se passera-t-il au niveau systémique quand elle mettra la clé sous la porte ? Crise de type crise des années 2000 puissance 10 ? Car leur seul atout c'est avoir de l'avance sur la conduite autonome. Or cette avance ne sert à rien car les concurrents sont supers nombreux et très proches d'eux. Sans oublier qu'il s'agit essentiellement d'un coup de recherche-développement et que ce type de coûts, plus on vend, plus il est faible. Ce qui incite à baisser le plus les prix pour vendre le plus possible. Si bien que le marché va devenir ultra concurrentiel et éliminer les plus faibles notamment les plus endettés. j'ai bien peur que celui qui restera ça sera celui qui ne sait pas endetté et qui se contentera de racheter celui qui a fait faillite pour récupérer tous ses brevets.


Je ne pense pas qu'une seule boite de ce type puisse, en faisant faillite, avoir beaucoup de répercussion sur les autres entreprises...

Au final, là, on est que sur une "simple boite" à 15 milliards de chiffre d'affaire...

Ca ne représente même pas 10% du chiffre d'affaire d'Amazon ou 5% du chiffre d'affaire d'Apple...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme