Voyages : le contrôle automatisé des passeports prend son envol

Le par  |  10 commentaire(s)
passeport

La période estivale approche et pour nombre de Français, cela implique des voyages à l'étranger. Et bonne nouvelle, les procédures dans les aéroports deviennent de plus en plus rapides grâce au contrôle automatisé.

Il devient de plus en plus simple pour les voyageurs de profiter pleinement de leurs déplacements à l'étranger ! Et puisque nous sommes déjà au mois d'avril, il est toujours bon de rappeler qu'il ne faut pas tarder à procéder au renouvellement de son passeport en cas de besoin... Outre la procédure permettant de préremplir son dossier sur le site du gouvernement, sachez qu'il est également possible de réaliser vos propres clichés photo, notamment avec des logiciels spécialisés pour faire des photos d'identité comme Passport Photo Maker, tant qu'ils respectent les conditions établies par le gouvernement décrites ici en détail.

controle automatique passeport

Une fois à l'aéroport, les démarches sont également plus simples selon le rapport SITA 2019 Passenger IT Insights. Ainsi, 44% des voyageurs aériens auraient utilisé le contrôle automatisé des passeports en 2018, soit un bond de 21% par rapport à 2017. Une tendance qui devrait encore croître cette année puisque de plus en plus d'aéroports s'équipent de ces bornes.

Le concept est simple : l'utilisateur présente son passeport à la borne automatisée qui vérifie les données inscrites et compare la photo avec celle du visage de l'utilisateur. En cas de doute ou d'irrégularité, la borne demande à un personnel humain de procéder à des vérifications complémentaires.

Le système vise à rendre les procédures plus simples pour les utilisateurs et à permettre aux contrôles de mieux être ciblés ainsi qu'à mieux réorganiser les équipes humaines sur place. Par ailleurs certaines bornes permettent désormais de scanner à la fois son passeport et sa carte d'embarquement, permettant aux compagnies de ne plus avoir de contrôle humain y compris au moment de monter dans l'avion et d'accélérer ainsi les procédures d'embarquement.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2059449
L'article montre ça comme une bonne chose...
Moi ce que je vois, c'est moins d'emploi et donc plus de chômage, et probablement pas de baisse des tarifs des billets (en tous cas, pas en rapport avec ces portiques).
Le #2059451
moins de contrôles, plus de chances de passer entre les mailles des filets des services des douanes... c'était pas mieux avant, aujourd'hui c'est pire tout simplement.
Le #2059466
Contrôle automatisé ne veut pas dire moins de contrôle.

Il faut des emplois pour produire et entretenir les bornes automatiques. Il faut toujours un minimum de personnel pour superviser l'ensemble et en case problème. La transition numérique ne date pas d'hier et ne signifie pas toujours une destruction d'emploie mais plutôt un transfert (dans la plupart des cas).

Oui l'article aborde seulement les bons côtés. Et oui vous avez raison de souligner les mauvais.

En attendant, en temps que voyageur fréquent, entre attendre la queue des contrôles classiques et des questions des policiers aux frontières, ou aller directement à la borne automatique où il y a rarement du monde et où chaque passage prend à peine 1 minute, mon choix est vite fait...
Le #2059490
tiliarou a écrit :

Contrôle automatisé ne veut pas dire moins de contrôle.

Il faut des emplois pour produire et entretenir les bornes automatiques. Il faut toujours un minimum de personnel pour superviser l'ensemble et en case problème. La transition numérique ne date pas d'hier et ne signifie pas toujours une destruction d'emploie mais plutôt un transfert (dans la plupart des cas).

Oui l'article aborde seulement les bons côtés. Et oui vous avez raison de souligner les mauvais.

En attendant, en temps que voyageur fréquent, entre attendre la queue des contrôles classiques et des questions des policiers aux frontières, ou aller directement à la borne automatique où il y a rarement du monde et où chaque passage prend à peine 1 minute, mon choix est vite fait...


comme tu dis, un minimum de personnel... Là où on avait un douanier par guichet, on se retrouve avec 1 agent non qualifié (ou pas assez, du moins) pour 5 à 6 portiques automatiques.
J'ai dû utiliser ces guichets en quittant, l'Australie, l'aéroport de Melbourne ne proposant plus de guichets normaux, la machine ayant détecté une anomalie avec mon visa (pourtant dans les règles) j'ai dû attendre 5 longues minutes dans ce sas sans bouger avant qu'un agent/opérateur (et non un douanier) ne vienne me chercher pour m'emmener à un téléphone où une douanière m'a expliqué le problème via le téléphone et n'a donc pas pu consulter et lire mes documents prouvant que mon visa était totalement valide. La machine a dit c'est pas bon, du coup pas la peine de chercher, c'est pas bon.

Bref rien ne vaut le contact du douanier/agent d'aéroport ou je ne sais quoi encore, plus sûr, et plus accueillant aussi.
Le #2059500
Crevax a écrit :

tiliarou a écrit :

Contrôle automatisé ne veut pas dire moins de contrôle.

Il faut des emplois pour produire et entretenir les bornes automatiques. Il faut toujours un minimum de personnel pour superviser l'ensemble et en case problème. La transition numérique ne date pas d'hier et ne signifie pas toujours une destruction d'emploie mais plutôt un transfert (dans la plupart des cas).

Oui l'article aborde seulement les bons côtés. Et oui vous avez raison de souligner les mauvais.

En attendant, en temps que voyageur fréquent, entre attendre la queue des contrôles classiques et des questions des policiers aux frontières, ou aller directement à la borne automatique où il y a rarement du monde et où chaque passage prend à peine 1 minute, mon choix est vite fait...


comme tu dis, un minimum de personnel... Là où on avait un douanier par guichet, on se retrouve avec 1 agent non qualifié (ou pas assez, du moins) pour 5 à 6 portiques automatiques.
J'ai dû utiliser ces guichets en quittant, l'Australie, l'aéroport de Melbourne ne proposant plus de guichets normaux, la machine ayant détecté une anomalie avec mon visa (pourtant dans les règles) j'ai dû attendre 5 longues minutes dans ce sas sans bouger avant qu'un agent/opérateur (et non un douanier) ne vienne me chercher pour m'emmener à un téléphone où une douanière m'a expliqué le problème via le téléphone et n'a donc pas pu consulter et lire mes documents prouvant que mon visa était totalement valide. La machine a dit c'est pas bon, du coup pas la peine de chercher, c'est pas bon.

Bref rien ne vaut le contact du douanier/agent d'aéroport ou je ne sais quoi encore, plus sûr, et plus accueillant aussi.


et... tu ne ecris donc de Melbourne, puisque tu n'as pas pu en partir

comment cela s'est il passé ensuite?
Le #2059501
franki06 a écrit :

Crevax a écrit :

tiliarou a écrit :

Contrôle automatisé ne veut pas dire moins de contrôle.

Il faut des emplois pour produire et entretenir les bornes automatiques. Il faut toujours un minimum de personnel pour superviser l'ensemble et en case problème. La transition numérique ne date pas d'hier et ne signifie pas toujours une destruction d'emploie mais plutôt un transfert (dans la plupart des cas).

Oui l'article aborde seulement les bons côtés. Et oui vous avez raison de souligner les mauvais.

En attendant, en temps que voyageur fréquent, entre attendre la queue des contrôles classiques et des questions des policiers aux frontières, ou aller directement à la borne automatique où il y a rarement du monde et où chaque passage prend à peine 1 minute, mon choix est vite fait...


comme tu dis, un minimum de personnel... Là où on avait un douanier par guichet, on se retrouve avec 1 agent non qualifié (ou pas assez, du moins) pour 5 à 6 portiques automatiques.
J'ai dû utiliser ces guichets en quittant, l'Australie, l'aéroport de Melbourne ne proposant plus de guichets normaux, la machine ayant détecté une anomalie avec mon visa (pourtant dans les règles) j'ai dû attendre 5 longues minutes dans ce sas sans bouger avant qu'un agent/opérateur (et non un douanier) ne vienne me chercher pour m'emmener à un téléphone où une douanière m'a expliqué le problème via le téléphone et n'a donc pas pu consulter et lire mes documents prouvant que mon visa était totalement valide. La machine a dit c'est pas bon, du coup pas la peine de chercher, c'est pas bon.

Bref rien ne vaut le contact du douanier/agent d'aéroport ou je ne sais quoi encore, plus sûr, et plus accueillant aussi.


et... tu ne ecris donc de Melbourne, puisque tu n'as pas pu en partir

comment cela s'est il passé ensuite?


Et bien puisque mon visa était supposément expiré, j'ai évidemment pu (dû sortir, mais j'ai eu un ban de 3 ans d'interdiction d'entrée du territoire...
Le #2059506
Ce qui me choque, c'est ce logiciel dont il est fait la publicité.
C'est un logiciel de retouche, où l'on peut modifier les vêtements, le fond, alors pourquoi pas les couleurs des yeux ou amaincir le visage pendant que l'on y est ?

en tout cas, les photos issus de ce logiciel ne sont pas acceptés, car justement, dans le lien officiel du gouvernement précisé dans l'article:
"Les photographies peuvent être réalisées par un professionnel ou dans une cabine photo, utilisant un système agréé par le Ministère de l'Intérieur"

Ceci dit, le système PARAFE, quand j'ai pu l'utilisé, c'est plutôt pratique et permet de passer la douane plus rapidement (file moins longue)
Le #2059522
Crevax a écrit :

franki06 a écrit :

Crevax a écrit :

tiliarou a écrit :

Contrôle automatisé ne veut pas dire moins de contrôle.

Il faut des emplois pour produire et entretenir les bornes automatiques. Il faut toujours un minimum de personnel pour superviser l'ensemble et en case problème. La transition numérique ne date pas d'hier et ne signifie pas toujours une destruction d'emploie mais plutôt un transfert (dans la plupart des cas).

Oui l'article aborde seulement les bons côtés. Et oui vous avez raison de souligner les mauvais.

En attendant, en temps que voyageur fréquent, entre attendre la queue des contrôles classiques et des questions des policiers aux frontières, ou aller directement à la borne automatique où il y a rarement du monde et où chaque passage prend à peine 1 minute, mon choix est vite fait...


comme tu dis, un minimum de personnel... Là où on avait un douanier par guichet, on se retrouve avec 1 agent non qualifié (ou pas assez, du moins) pour 5 à 6 portiques automatiques.
J'ai dû utiliser ces guichets en quittant, l'Australie, l'aéroport de Melbourne ne proposant plus de guichets normaux, la machine ayant détecté une anomalie avec mon visa (pourtant dans les règles) j'ai dû attendre 5 longues minutes dans ce sas sans bouger avant qu'un agent/opérateur (et non un douanier) ne vienne me chercher pour m'emmener à un téléphone où une douanière m'a expliqué le problème via le téléphone et n'a donc pas pu consulter et lire mes documents prouvant que mon visa était totalement valide. La machine a dit c'est pas bon, du coup pas la peine de chercher, c'est pas bon.

Bref rien ne vaut le contact du douanier/agent d'aéroport ou je ne sais quoi encore, plus sûr, et plus accueillant aussi.


et... tu ne ecris donc de Melbourne, puisque tu n'as pas pu en partir

comment cela s'est il passé ensuite?


Et bien puisque mon visa était supposément expiré, j'ai évidemment pu (dû sortir, mais j'ai eu un ban de 3 ans d'interdiction d'entrée du territoire...


Dans ton cas si effectivement tout était en règle et que la machine a détecté que ça ne l'était pas, c'est un scandale (la machine interprète carrément des données de manière erronée) et ça devrait au moins être corrigé par une action humaine.

Il n'est pas normal de supprimer totalement la PAF et les agents d'accueil, mais le système permet en théorie des gains de temps et une vérification parfaite qui éviterait des erreurs humaines tout en réduisant le personnel nécessaire (c'est là que le bât blesse).
Le #2059527
tiliarou a écrit :

Crevax a écrit :

franki06 a écrit :

Crevax a écrit :

tiliarou a écrit :

Contrôle automatisé ne veut pas dire moins de contrôle.

Il faut des emplois pour produire et entretenir les bornes automatiques. Il faut toujours un minimum de personnel pour superviser l'ensemble et en case problème. La transition numérique ne date pas d'hier et ne signifie pas toujours une destruction d'emploie mais plutôt un transfert (dans la plupart des cas).

Oui l'article aborde seulement les bons côtés. Et oui vous avez raison de souligner les mauvais.

En attendant, en temps que voyageur fréquent, entre attendre la queue des contrôles classiques et des questions des policiers aux frontières, ou aller directement à la borne automatique où il y a rarement du monde et où chaque passage prend à peine 1 minute, mon choix est vite fait...


comme tu dis, un minimum de personnel... Là où on avait un douanier par guichet, on se retrouve avec 1 agent non qualifié (ou pas assez, du moins) pour 5 à 6 portiques automatiques.
J'ai dû utiliser ces guichets en quittant, l'Australie, l'aéroport de Melbourne ne proposant plus de guichets normaux, la machine ayant détecté une anomalie avec mon visa (pourtant dans les règles) j'ai dû attendre 5 longues minutes dans ce sas sans bouger avant qu'un agent/opérateur (et non un douanier) ne vienne me chercher pour m'emmener à un téléphone où une douanière m'a expliqué le problème via le téléphone et n'a donc pas pu consulter et lire mes documents prouvant que mon visa était totalement valide. La machine a dit c'est pas bon, du coup pas la peine de chercher, c'est pas bon.

Bref rien ne vaut le contact du douanier/agent d'aéroport ou je ne sais quoi encore, plus sûr, et plus accueillant aussi.


et... tu ne ecris donc de Melbourne, puisque tu n'as pas pu en partir

comment cela s'est il passé ensuite?


Et bien puisque mon visa était supposément expiré, j'ai évidemment pu (dû sortir, mais j'ai eu un ban de 3 ans d'interdiction d'entrée du territoire...


Dans ton cas si effectivement tout était en règle et que la machine a détecté que ça ne l'était pas, c'est un scandale (la machine interprète carrément des données de manière erronée) et ça devrait au moins être corrigé par une action humaine.

Il n'est pas normal de supprimer totalement la PAF et les agents d'accueil, mais le système permet en théorie des gains de temps et une vérification parfaite qui éviterait des erreurs humaines tout en réduisant le personnel nécessaire (c'est là que le bât blesse).


C'est aussi à prendre en compte dans l'équation, il est évident que certaines anomalies pourraient-être oubliées par un humain, la ou la machine pourrait les détecter.
Mais c'est aussi vrai en sens inverse, la machine n'est pas parfaite, et l'humain pourrait aussi détecter des anomalies que ne détecteraient pas la machine.

L'humain peut-être formé pour s'améliorer, la machine peut être corrigée et évoluer pour s'améliorer.
Le #2059535
Par les temps qui courent, quitte à être un peu parano, je préférerais qu'un agent physique puisse être là pour contrôler quand même ... les solutions logicielles peuvent toujours être piratées, et donc je me retrouve dans un avion avec un mec qui a de faux papiers , et de vraies intentions - mais lesquelles ????
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme