Bourse : Apple glisse sous la barre des 600 dollars

Le par  |  9 commentaire(s) Source : Bloomberg
logo_pro_apple

Entre les perturbations provoquées par l'ouragan Sandy et l'annonce de remaniement de la direction d'Apple, le cours en bourse du groupe de Cupertino est repassé sous la barre des 600 dollars.

Il n'est pas si loin le temps où la valeur de l'action Apple crevait le plafond des 700 dollars et semblait tout droit partie vers d'autres sommets. Entre-temps, il y a eu le lancement de l'iPhone 5 et ses 5 millions d'unités écoulées durant les premiers jours du lancement ( contre 6 à 8 millions espérés par les analystes ), un lancement d'iOS 6 marqué par les critiques du service Maps développé directement par Apple en remplacement de Google Maps, un bilan financier du troisième trimestre 2012 indiquant un volume d'iPad écoulés de 14 millions d'unités ( quand les analystes attendaient au moins 16 millions ) et enfin, dernier acte, le départ annoncé de Scott Forstall, protégé de Steve Jobs et responsable du développement des services d'iOS comme Maps ou Siri.

Redescendu en l'espace des mois vers les 600 dollars, le cours n'a pas connu d'embellie à l'annonce de l'iPad Mini, pourtant attendu depuis longtemps et vu comme un moyen pour le groupe de conquérir de nouveaux espaces sur le marché des tablettes. 

Le prix de départ à 329 dollars / 339 € a cependant surpris défavorablement les analystes, alors qu'Amazon et Google restent fixés sur des tarifs inférieurs à 250 dollars avec des tablettes offrant des caractéristiques similaires, sinon meilleures.

logo_pro_apple L'histoire de l'iPad montre qu'il en faut plus qu'un prix plus bas et des caractéristiques sophistiquées pour faire plier la tablette d'Apple, mais le contexte est désormais bien différent de ce qu'il fut au lancement du premier iPad en 2010.

Ce qui manquait à la concurrence à cette époque, à savoir la combinaison hardware / software / services, plusieurs groupes sont désormais en mesure de la proposer sur leur propre plate-forme mobile, réduisant l'écart entre Apple et les autres.

Après l'interruption de la bourse américaine pour cause d'ouragan Sandy sur la côte Est du pays, les marchés boursiers reprennent...et Apple se retrouve désormais franchement sous la barre des 600 dollars, glissant vers le 590 dollars, les marchés prenant acte du départ de Scott Forstall, sur fond de désaccord et de dissidence, et attendant de voir comment la société va négocier ce cap qui rappelle un peu plus que l'ère Steve Jobs est révolue.

Même si le rôle de Jonathan Ive, autre acteur des grands succès des dernières années en matière de design, s'en trouve renforcé et va s'étendre désormais à l'interface, l'horizon n'est plus tout à fait aussi clair pour Apple.

Si ce repli n'est peut-être qu'un réajustement des marchés après une phase euphorique et fait partie du jeu boursier, il reste que la forte croissance d'Apple a attiré quelques investisseurs atypiques, comme des fonds normalement présents sur des produits financiers bien moins risqués. Gare au contre-coup.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1068382
100 milliards évaporés en quelques semaines, une conjoncture peu favorable à la pomme, un concurrent à la fois fabricant, fournisseur et voleur de pseudo-brevets menant la danse, Android et un OS moins débile, Microsoft qui s'invite dans la partie, Cupertino et sa chasse aux sorcières. Ça pue tout ça. Ayons une pensée pour les malheureux iConnards qui souffrent pour leur pomme adorée sans oublier gemini qui selon son propre raisonnement, certes crétin, a perdu dans la foulée 15% de ce qu'il pensait valoir. En même temps, en se basant sur sa valeur réelle, 15% de zéro, il a pas perdu grand chose.

Le #1068472
C'était 100 milliards virtuels. C'était une bulle, et c'est bien qu'elle se dégonfle.

Par contre, les 4 milliards que DIsney a donnés à Lucas, c'est du réel, et au final ce seront presque tous le monde qui vont les payer en allant au cinéma ou en regardant la télé pour laquelle la redevance a encore augmenté.
Le #1068652
billgatesanonym a écrit :

C'était 100 milliards virtuels. C'était une bulle, et c'est bien qu'elle se dégonfle.

Par contre, les 4 milliards que DIsney a donnés à Lucas, c'est du réel, et au final ce seront presque tous le monde qui vont les payer en allant au cinéma ou en regardant la télé pour laquelle la redevance a encore augmenté.


Virtuel? Raconte ça aux mecs qui ont acheté l'action à 700 dollars.
Le #1068742
billgatesanonym a écrit :

C'était 100 milliards virtuels. C'était une bulle, et c'est bien qu'elle se dégonfle.

Par contre, les 4 milliards que DIsney a donnés à Lucas, c'est du réel, et au final ce seront presque tous le monde qui vont les payer en allant au cinéma ou en regardant la télé pour laquelle la redevance a encore augmenté.


Avec ce "virtuel" des banques ont valsé les 4 fers en l'air et c'est encore nous qui payons les pots cassés Et je trouve que le coût de la vie n'a vraiment rien de "virtuel"
Le #1068752
Si les gens sont assez cons pour acheter une action quand elle est à son sommet (tous les indicateurs étaient au rouge en prenant un minimum de recul) j'espère qu'ils ne seront pas assez arrogants pour en plus venir se plaindre d'avoir perdu 15% de leur argent en un mois.

Le parcours d'Apple est très prévisible et la suite également. Ils ont perdu la bataille des smartphones et celle des tablettes commence à peine mais se terminera sans doute comme la précédente. Bien sûr leur colossal "trésor de guerre" à l'abris dans les paradis fiscaux devrait leur permettre de ralentir leur chute mais même en faisant des procès à la Terre entière, l'esprit des premières années n'est plus là et l'effet Apple est en passe de se retourner contre eux.

Le plus drôle dans cette histoire c'est sans doute Microsoft, l'ennemi naturel d'Apple qui a regardé le train passer et qui aujourd'hui avec 3 ans de retard pense qu'en appliquant les méthodes de son ennemi il pourra revenir sur le devant de la scène !

Les pros ne veulent pas de Windows 8 (effet Vista bis) et le grand public s'apprête à renoncer à la micro informatique (qui ne leur était pas destiné à l'orgine) et va se concentrer sur des appareils simples d'usage qui ne font que ce dont ils ont besoin (web, médias, casual game et bientôt le café) de façon plus rapide, avec moins de contraintes et à un prix beaucoup plus abordable (ticket d'entrée à moins de 200 euros).

Une page se tourne, une ère se termine et finalement c'est assez excitant
Le #1068852
spamnco a écrit :

Si les gens sont assez cons pour acheter une action quand elle est à son sommet (tous les indicateurs étaient au rouge en prenant un minimum de recul) j'espère qu'ils ne seront pas assez arrogants pour en plus venir se plaindre d'avoir perdu 15% de leur argent en un mois.

Le parcours d'Apple est très prévisible et la suite également. Ils ont perdu la bataille des smartphones et celle des tablettes commence à peine mais se terminera sans doute comme la précédente. Bien sûr leur colossal "trésor de guerre" à l'abris dans les paradis fiscaux devrait leur permettre de ralentir leur chute mais même en faisant des procès à la Terre entière, l'esprit des premières années n'est plus là et l'effet Apple est en passe de se retourner contre eux.

Le plus drôle dans cette histoire c'est sans doute Microsoft, l'ennemi naturel d'Apple qui a regardé le train passer et qui aujourd'hui avec 3 ans de retard pense qu'en appliquant les méthodes de son ennemi il pourra revenir sur le devant de la scène !

Les pros ne veulent pas de Windows 8 (effet Vista bis) et le grand public s'apprête à renoncer à la micro informatique (qui ne leur était pas destiné à l'orgine) et va se concentrer sur des appareils simples d'usage qui ne font que ce dont ils ont besoin (web, médias, casual game et bientôt le café) de façon plus rapide, avec moins de contraintes et à un prix beaucoup plus abordable (ticket d'entrée à moins de 200 euros).

Une page se tourne, une ère se termine et finalement c'est assez excitant


"Les pros ne veulent pas de Windows 8".

Correction: Des pros ne veulent pas de Windows 8. Pas tous.
Le #1068892
spamnco a écrit :

Si les gens sont assez cons pour acheter une action quand elle est à son sommet (tous les indicateurs étaient au rouge en prenant un minimum de recul) j'espère qu'ils ne seront pas assez arrogants pour en plus venir se plaindre d'avoir perdu 15% de leur argent en un mois.

Le parcours d'Apple est très prévisible et la suite également. Ils ont perdu la bataille des smartphones et celle des tablettes commence à peine mais se terminera sans doute comme la précédente. Bien sûr leur colossal "trésor de guerre" à l'abris dans les paradis fiscaux devrait leur permettre de ralentir leur chute mais même en faisant des procès à la Terre entière, l'esprit des premières années n'est plus là et l'effet Apple est en passe de se retourner contre eux.

Le plus drôle dans cette histoire c'est sans doute Microsoft, l'ennemi naturel d'Apple qui a regardé le train passer et qui aujourd'hui avec 3 ans de retard pense qu'en appliquant les méthodes de son ennemi il pourra revenir sur le devant de la scène !

Les pros ne veulent pas de Windows 8 (effet Vista bis) et le grand public s'apprête à renoncer à la micro informatique (qui ne leur était pas destiné à l'orgine) et va se concentrer sur des appareils simples d'usage qui ne font que ce dont ils ont besoin (web, médias, casual game et bientôt le café) de façon plus rapide, avec moins de contraintes et à un prix beaucoup plus abordable (ticket d'entrée à moins de 200 euros).

Une page se tourne, une ère se termine et finalement c'est assez excitant


"Si les gens sont assez cons pour acheter une action quand elle est à son sommet"

C'est en fait tout le problème : en bourse, tu dois acheter des titres (actions, obligations, etc) en 'espérant' que tu pourras les revendre plus cher, c'est en cela qu'il s'agit d'une spéculation, tu n'as aucune certitude (sauf si tu as une boule de cristal, mais là, je ne suis pas qualifié !).

Donc, au moment où tu achètes ton action Apple par exemple, elle a une valeur qui correspond à ce que la plupart des acteurs du marché financier considèrent comme normale ;
donc quand tu dis que "tous les indicateurs étaient au rouge en prenant un minimum de recul" ,ce n'était pas si évident que ça pour tout le monde.

Maintenant, tout le monde est capable d'analyser la situation en tenant compte des derniers développements,et c'est sûr,que l'avenir sera moins glorieux pour Apple ; mais pour un investisseur la question sera :
ça va baisser, d'accord ; mais jusqu'à combien ???

Tu seras d'accord avec moi, que ce n'est pas plus facile d'évaluer le prix à la baisse, qu'auparavant le prix à la hausse.
Le #1069672
Du moment que des spéculateurs qui croyaient s'en mettre plein les poches perdent de l'argent ça ne peut que me satisfaire.
Le #1071292
frèzetagada a écrit :

spamnco a écrit :

Si les gens sont assez cons pour acheter une action quand elle est à son sommet (tous les indicateurs étaient au rouge en prenant un minimum de recul) j'espère qu'ils ne seront pas assez arrogants pour en plus venir se plaindre d'avoir perdu 15% de leur argent en un mois.

Le parcours d'Apple est très prévisible et la suite également. Ils ont perdu la bataille des smartphones et celle des tablettes commence à peine mais se terminera sans doute comme la précédente. Bien sûr leur colossal "trésor de guerre" à l'abris dans les paradis fiscaux devrait leur permettre de ralentir leur chute mais même en faisant des procès à la Terre entière, l'esprit des premières années n'est plus là et l'effet Apple est en passe de se retourner contre eux.

Le plus drôle dans cette histoire c'est sans doute Microsoft, l'ennemi naturel d'Apple qui a regardé le train passer et qui aujourd'hui avec 3 ans de retard pense qu'en appliquant les méthodes de son ennemi il pourra revenir sur le devant de la scène !

Les pros ne veulent pas de Windows 8 (effet Vista bis) et le grand public s'apprête à renoncer à la micro informatique (qui ne leur était pas destiné à l'orgine) et va se concentrer sur des appareils simples d'usage qui ne font que ce dont ils ont besoin (web, médias, casual game et bientôt le café) de façon plus rapide, avec moins de contraintes et à un prix beaucoup plus abordable (ticket d'entrée à moins de 200 euros).

Une page se tourne, une ère se termine et finalement c'est assez excitant


"Si les gens sont assez cons pour acheter une action quand elle est à son sommet"

C'est en fait tout le problème : en bourse, tu dois acheter des titres (actions, obligations, etc) en 'espérant' que tu pourras les revendre plus cher, c'est en cela qu'il s'agit d'une spéculation, tu n'as aucune certitude (sauf si tu as une boule de cristal, mais là, je ne suis pas qualifié !).

Donc, au moment où tu achètes ton action Apple par exemple, elle a une valeur qui correspond à ce que la plupart des acteurs du marché financier considèrent comme normale ;
donc quand tu dis que "tous les indicateurs étaient au rouge en prenant un minimum de recul" ,ce n'était pas si évident que ça pour tout le monde.

Maintenant, tout le monde est capable d'analyser la situation en tenant compte des derniers développements,et c'est sûr,que l'avenir sera moins glorieux pour Apple ; mais pour un investisseur la question sera :
ça va baisser, d'accord ; mais jusqu'à combien ???

Tu seras d'accord avec moi, que ce n'est pas plus facile d'évaluer le prix à la baisse, qu'auparavant le prix à la hausse.


Mon avis ? Quand le cours a atteint les $700 j'ai mis en garde l'effet de bulle spéculative évidente et le revers que connaîtraient ceux qui achetaient le titre à ce cours (et je ne suis pas un pro de la bourse) alors que des "cabinets" prévoyaient $800 voire $1000 d'ici la fin de l'année.
À présent l'action Apple plonge mais reste encore largement surévaluée car l'avenir est sombre pour la marque. Apple n'a jamais connu une situation pareille car Apple n'est jamais tombé de haut et donc il est difficile d'estimer jusqu'où le titre pourrait descendre dans l'année qui vient.

Disons qu'en réfléchissant un peu on comprend rapidement que l'iPhone 5 n'est plus la lumière du phare mais un modèle parmi les autres qui en satisfera certains mais n'aura pas le pouvoir d'attraction de l'iPhone 3GS ou 4. Du côté de l'iPad, Apple qui tenait 95% du marché devra sans doute se contenter de la moitié très rapidement et à moins de faire une annonce fracassante dans les mois qui viennent, n'inversera pas la tendance avec l'iPad 3S.

Les produits Google vont donc encore monter en puissance (ça paraît presque impossible et pourtant...) car Android est le seul OS mobile à pouvoir s'installer sur des appareils bas de gamme et très haut de gamme. MS arrive un peu tard et n'a pour l'instant pas bcp d'arguments. Je pense que les tablettes Windows 8 vont logiquement cannibaliser le marché des ultra portables mais je ne suis pas sûr que celui des netbooks puisse encore être sauvé car les produits MS sont chers et pour le moment pas vraiment attractifs en ce qui concerne les applis disponibles.
Mais je maintiens que la possibilité de fournir des jeux exclusifs sur ses tablettes devrait aider MS à gagner des pdm auprès des plus jeunes par exemple.

Apple pourrait s'en inspirer et tenter de racheter un grand nom du jeu vidéo avec son trésor de guerre tant que son titre n'a pas totalement dégringolé mais il est assez clair que tout cela ne se fera pas sur un coup de tête et que le risque de se planter est assez grand.

Pour répondre à ta question plus précisément, si je boursicotais je parierais sur le cours d'AAPL à la baisse avec un atterrissage autour des $400 courant 2013 (pure spéculation bien sûr mais finalement aussi valable que les conneries qu'on peut lire un peu partout).

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]