Consommation : votre matériel a-t-il vraiment besoin d'une assurance affinitaire ?

Le par  |  6 commentaire(s)
informatique

Avec la multiplication des écrans dans les foyers intervient une tendance : les acheteurs multiplient souvent également la contraction d'assurances facultatives. Pourtant, des dispositifs permettent d'éviter, voire de résilier des contrats pas toujours pertinents.

Elles sont de plus en plus proposées dans les boutiques d'électroménager et de multimédia, les assurances complémentaires, dites affinitaires. Que l'on achète un téléviseur, une machine à laver ou un smartphone, ces assurances proposent une garantie étendue et la prise en charge des pannes sur une période plus longue que la seule garantie constructeur.

Facturées quelques euros, ces assurances ne couvrent que rarement le remplacement à neuf, dans aucun cas le vol de l'appareil (notamment dans le cadre de l'achat d'un smartphone, tablette ou PC portable) à moins de justifier d'une agression physique, et les remboursements tiennent bien souvent compte de la vétusté de l'appareil.

informatique

Les associations de consommateurs dénoncent depuis quelques années déjà ces pratiques abusives à plusieurs titres, notamment sur le fait qu'elles soient particulièrement lucratives pour les assureurs, qui ne reverseraient en moyenne que 77 millions d'euros aux assurés sur les 432 millions d'euros empochés chaque année, avec un taux de sinistre de l'ordre de 18 %. En clair, ces assurances ne concernent que des produits sujets à très peu de risques tandis que l'engagement du côté de l'utilisateur est maximal. Pour favoriser la vente de ces contrats, les assureurs n'hésiteraient pas à partager de 20 à 50 % des cotisations aux distributeurs, ce qui explique l'insistance avec laquelle les revendeurs proposent ces assurances, parfois avec la promesse d'un bon d'achat d'une valeur équivalente ou supérieure à la fin du contrat... En attendant, les prélèvements auront travaillé sur les marchés banquiers et généré des revenus.

Problème, ces assurances ne sont pas soumises à la loi Chatel, bien connue des utilisateurs de téléphone, puisque son principal recours en France est lié à la résiliation des forfaits mobiles téléphoniques. Leur statut d'assurance de groupe permet ainsi de ne pas avoir à informer l'utilisateur de l'arrivée à la date anniversaire de leur contrat, ce qui facilite le déclenchement de la résiliation.

contratHeureusement, il y a une parade au système depuis la mise en application de la loi Hamon sur la multi-assurance.

Ces assurances affinitaires tombent ainsi bien souvent dans le cadre du doublon, l'acheteur étant la plupart du temps protégé contre une foule de sinistres et risques du quotidien, à la fois au niveau de sa personne physique, mais aussi des ses biens.

Les assurances multirisques habitation prennent ainsi souvent en compte les dommages liés à l'électroménager, les risques électriques... Le simple fait de disposer d'une carte de crédit peut également permettre de bénéficier d'une garantie étendue sur les achats, automatiquement, sans aucune condition supplémentaire.

Lors d'un achat, l'utilisateur peut ne pas être en mesure de déterminer s'il est déjà couvert par un de ses précédents contrats, c'est pourquoi la loi Hamon impose désormais un délai de renonciation de 14 jours pour résilier une souscription à une assurance affinitaire. Entre temps, l'utilisateur peut ainsi se renseigner auprès de ses précédents contrats pour mettre en lumière des doublons, et éviter la souscription à des contrats superflus. Le Groupe Pixeo, expert assurance et éditeur des comparateurs LeComparateurAssurance.com et LassurancePro.com, nous éclaire également sur le sujet.

L'objectif de la loi est de limiter la couverture proposée par ces assurances affinitaires aux risques n'étant pas communément déjà intégrés aux divers contrats les plus adoptés par les Français, afin, au final, d'en faire diminuer le prix et d'éviter d'imposer des services facturés en doublon au consommateur.

Lors de votre prochain achat en boutique, pensez donc à vous renseigner auprès de votre banque et de votre assureur pour déterminer dans quelle limite la contraction d'une assurance facultative affinitaire pourrait se vouloir véritablement intéressante.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1865502
Bah de toute façon, le principe de toute assurance, c'est que l'espérance de gain, quand on met en balance cotisations et prestations, est positive pour l'assureur et négative pour l'assuré. Si l'assuré a les moyens de financer de sa poche la pire catastrophe assurée, il est donc plus rentable de ne pas s'assurer. C'est un peu comme jouer au loto, mais à l'envers.
Le #1865511
reverseraient en moyenne que 77 millions d'euros aux assurés sur les 432 millions d'euros empochés chaque année

Tout est dit. Ce n'est pas de l'assurance mais de l'escroquerie ! Il y a un BOULEVARD ouvert pour une assurance à but non lucratif bien gérée (c'est là la difficulté vu que ces organisations finissent par devenir obèses).
Le #1865551
cycnus a écrit :

reverseraient en moyenne que 77 millions d'euros aux assurés sur les 432 millions d'euros empochés chaque année

Tout est dit. Ce n'est pas de l'assurance mais de l'escroquerie ! Il y a un BOULEVARD ouvert pour une assurance à but non lucratif bien gérée (c'est là la difficulté vu que ces organisations finissent par devenir obèses).


oui mais jamais tu ne pourras faire entrer ces assurances dans les grandes enseignes vu ce qu'elles touchent probablement sur les assurances lucratives.
Le #1865567
cycnus a écrit :

reverseraient en moyenne que 77 millions d'euros aux assurés sur les 432 millions d'euros empochés chaque année

Tout est dit. Ce n'est pas de l'assurance mais de l'escroquerie ! Il y a un BOULEVARD ouvert pour une assurance à but non lucratif bien gérée (c'est là la difficulté vu que ces organisations finissent par devenir obèses).


" Il y a un BOULEVARD ouvert pour une assurance à but non lucratif bien gérée "
=>Ca s'appelle une mutuelle et on sait tous ce qu'elles ont fini par devenir, ces mutuelles....
De toute façon, une assurance ne peut pas fonctionner parfaitement à l'équilibre, vu que la quantité de sinistres est variable et impossible à prédire exactement.
Le #1865585
Ce débat sur l'assurance est vaste !
Bien souvent le vendeur est poussé par sa hiérarchie à "forcer" le client à prendre une assurance complémentaire, car au bout, sa paye peut-être majorée par un pourcentage versé sous forme de prime ....
C'est la carotte mise en avant pour faire marcher le commerce ....
Ensuite, concernant l'assurance, il est judicieux de considérer que l'assurance habitation de base couvre déjà le domicile, mais aussi les valeurs mobilières ou autres présents chez soit à hauteur d'un certain plafond !
Evitons de payer au minimum deux fois pour la même chose !!!
Cette "mode" de faire gonfler la note, n'est pas nouvelle, mais elle se répand de plus en plus !
Le #1865635
j'ai un principe : je ne prends jamais aucune assurance sur les produits ménager. Si vous cumulez toutes les assurances pour l'ensemble des produits chez vous, vous arrivez au prix de l'appareil neuf le plus cher de votre maison. Bien souvent la garantie normale couvre une très grosse partie des risques de défaillance. Quand le produit sort de sa garantie il ne vaut bien souvent plus grand chose. Donc, pour moi, il n'y a aucun intérêt de s'assurer.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]