E-paper : iRex aura accès au portail de Barnes & Noble

Le par  |  2 commentaire(s)
iRex logo

Le marché des lecteurs d'ebook semble suivre le même chemin que celui des smartphones : pour exister, il faut un portail de téléchargement. iRex Technologies aura le sien grâce à Barnes & Noble.

iRex logoPour continuer d'exister sur le secteur des lecteurs d'ebooks e-paper, il ne suffit plus d'avoir de bons produits. Il faut désormais être capable de fournir également du contenu. Sony, et surtout Amazon, ont montré la voie en proposant des catalogues toujours plus fournis de titres récents ou tombés dans le domaine public.

iRex Digital Reader 1000Et si les lecteurs d'ebooks e-paper se suffisaient à eux-mêmes, l'arrivée du Kindle, produit connecté aux réseaux cellulaires, a également changé la donne. La société iRex Technologies, qui propose les lecteurs iLiad et iRex 1000 ( série professionnelle ) va ainsi dévoiler d'ici la fin de l'année un nouveau lecteur doté d'un module 3G et d'un affichage tactile 8,1" avec stylet.

Et pour accompagner ce lancement, iRex vient de nouer un partenariat avec Barnes & Noble, l'un des plus gros libraires aux Etats-Unis, ce qui lui donnera accès à l' eBookStore de B&N, via une application eReader, avec un catalogue fort de quelque 750 000 titres, dont des ouvrages récents et des bestsellers pour 9,99 dollars.


Barnes & Noble tisse sa toile de partenariats
Barnes Noble logoComplétant là encore une tendance également amorcée chez Sony, le format d'ebook choisi permettra aux utilisateurs d'acheter un ebook et de le lire sur différents types de matériels, smartphones ou lecteurs dédiés.

La bibliothèque virtuelle de Barnes & Noble devrait compter un million de titres d'ici l'année prochaine, dont la moitié sont issus du programme de numérisation de Google et accessibles gratuitement.

Elle cherche à concurrencer celle d' Amazon, qui commence à s'imposer dans le marché des ebooks, obligeant Sony à réfréner ses habituelles envie de contrôle propriétaire sur son propre catalogue, et sera également accessible sur le futur lecteur de Plastic Logic, jeune acteur ayant développé sa propre technologie d'affichage e-paper et qui lancera son lecteur connecté début 2010.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #509871
Le problème, avec iRex Technologies, c'est que leurs appareils (je le sais, je suis le propriétaire d'un iLiad depuis 2 ans), c'est qu'ils sont performants, prometteurs, mais que 1. ils ne sont pas pleinement finalisés quand ils sont mis sur le marché, que 2. les promesses d'évolution du logiciel, qui sont pour beaucoup un argument d'achat, ne sont pas tenues, et que 3. le service après-vente est quasiment absent ou, en tout cas, muet.

Tous les utilisateurs de l'iLiad (lire les forums sur le site irextechnologies.com pour s'en convaincre) sont restés sur leur faim, avec un appareil qui devait encore connaître des développements pour incorporer telle ou telle fonctionnalité promise mais non encore implémentée... Hélas, ces développements ne sont jamais venus, iRex faisant la sourde oreille aux demandes des utilisateurs qui demandaient quand toutes les améliorations promises arriveraient. On devait par exemple pouvoir lire des quantités de journaux différents sur l'iLiad, mais à part Les Échos et peut-être un ou deux autres, on n'a jamais rien vu venir. Quand ils ont ensuite passé des accords avec des éditeurs de journaux au format informatique, afin que les journaux soient lisibles sur leur nouveau DRS 1000, ils se sont bien abstenus d'étendre la fonctionnalité ou de développer une adaptation au profit des possesseurs d'iLiad. Les anciens clients, comme le nom le dit, ils sont anciens, ils n'y a pas d'argent à faire avec eux, on s'en fout. Le fait qu'ils aient payés 700 $ US ou 649 euros, ça ne compte pas. À ce prix-là, on a l'air, chez iRex, de trouver normal qu'ils ne puissent faire que la moitié des choses promises...

iRex Technologies a fini par prétendre que le noyau 2.4 de Linux, sur lequel est bâti le software de l'iLiad, ne permettait aucune évolution, avant, de guerre lasse, d'en donner le code à la communauté pour que celle-ci développe à sa place des améliorations pour l'iLiad. Ce qu'elle a en partie fait, prouvant par la même qu'iRex s'est bel et bien lavé les mains de ses devors et promesses envers les clients.

Quand je lis que l'iRex DRS 1000 sera bientôt remplacé, je ne peux m'empêcher d'être inquiets pour les possesseurs de cet appareil, que iRex laissera tomber, comme ça a été le cas pour les utilisateurs de l'ILiad...
Le #510231
Merci pour cette vision détaillée côté utilisateur éclairé. Cela rappelle beaucoup d'histoires de produits et de sociétés explorant une domaine encore peu mature et promettant beaucoup de choses...avant d'être rattrapés par les exigences du marché lui-même et l'ampleur des efforts de développement que ces nouvelles fonctionnalités nécessiteraient.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]