Licenciés pour avoir critiqué leur entreprise sur Facebook

Le par  |  19 commentaire(s) Source : AFP
Facebook_Logo

Ayant critiqué leur entreprise sur Facebook et dénoncés par l'un des leurs, trois employés ont été mis à la porte pour dénigrement et incitation à la rébellion.

Facebook_LogoRévélés par France Info, les faits remontent à un samedi soir du mois de décembre 2008. Par l'intermédiaire de messages postés sur une page personnelle du réseau communautaire Facebook alors qu'ils étaient connectés depuis leurs domiciles respectifs, trois employés d'Alten, société d'ingénierie installée à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine ( 92 ), se sont laissés aller à des propos négatifs sur leur entreprise.

Interceptés par un des contacts et collègues des trois personnes, les échanges ont été immortalisés et transférés illico presto à la direction de l'entreprise. Et la réprimande ne s'est pas faite attendre puisque quelques semaines après les trois participants à la discussion ont reçu leur avis de licenciement pour " dénigrement de l'entreprise " et " incitation à la rébellion ".

L'affaire s'est soldée par un accord à l'amiable pour un des trois, tandis que les deux autres ont décidé de porter l'affaire devant les Prud'hommes et attendent une nouvelle audience, la dernière en date de jeudi n'ayant pas permis de rendre un jugement en faveur de l'une des parties.

Une histoire qui rappelle, comme d'autres ( voir nos actualités ici et ), que les réseaux communautaires peuvent être utilisés pour entretenir son cercle social, mais aussi servir aux patrons pour mieux surveiller les faits et gestes de leurs employés...

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #642581
Comme je le dis toujours:
Délation + Fellation = Promotion
Anonyme
Le #642691

Sauf que la Cour de Cassation a déjà tranché et que son avis fait jurisprudence.

Extrait d'une jurisprudence rendue par la cour de Cassation le 11 février 2009:

"sauf propos diffamatoires, injurieux ou excessifs, les salariés jouissent, à l'intérieur ou comme à l'extérieur de l'entreprise, de leur entière liberté d'expression et disposent à cet égard, surtout lorsqu'ils exercent des responsabilités de direction, d'un droit de critique même vive de l'entreprise, de sa politique, de ses méthodes ou de ses dirigeants"

Source:
http://www.ssiap.com/viewtopic.php?topic=7383
deathscythe0666 Hors ligne VIP 5898 points
Le #642711
@petitlutinmalin

C'est pas grave, la boîte va ressentir un picotement plus ou moins désagréable au rectum et voilà tout
Anonyme
Le #642731
En plus, "20Minutes" indique dans un article en rapport que les échanges étaient privés (réservés aux "amis" ) .

Et j'adore la dernière phrase de l'arrêt de la Cour de Cassation qui "fouette" les cours d'appel.

Extrait:
"...la Cour d'appel a une nouvelle fois violé les articles L. 120-2, L. 122-6, L. 122-9 et L. 122-14-3 du Code du travail ;"





<img src="/img/emo/cool.gif" alt="8:" />
Le #642751
Allez je vous livre un truc :

vous envoyez un mail, vous mettez en sujet : PERSONNEL, et ni l'admin ni le patron n'ont le droit de lire ou se servir de ce mail pour vous incriminer.
c'est de la correspondance privée pour des utilisateurs autorisés.


PS: ne faites pas ça pour livrer des secrets de production ou faire passer des photos litigieuses, il y a une limite quand même
Le #642791
Le collègue dénonciateur. Trop bon !

Monsieur franjan, vous m'imaginez en train....euh... de vous prendre en bouche ?
Nan ? Ah ! tant pis !
Le #642811
De toute façon dans ce pays, on ne peut plus dire merde à une personne sans risquer quelque chose. Un monde de tarlouzes...

"Il m'a dit merde, j'vais l'dire à la maîtresse!"

Il est bien loin le temps du far-west ou les duels étaient légions (j'en sais rien en fait).

Le #642871
@steph
Ca veut dire quoi "Un monde de tarlouzes..."

Si les réseaux sociaux, les forums, etc... sont un espace de libre expression pour tous, ça n'est pas une raison pour y écrire n'importe quoi. Et après, on s'étonnera d'être de plus en plus surveillés.

Quelle misère intellectuelle !
Le #642881
Personne ne précise dans cette affaire si ces propos ont été tenus sur un espace public (groupe), semi-public (mur), ou privé (message privé ).

Si tu craches sur ton entreprise sur un lieu d'affichage public, faut pas s'étonner qu'on n'ai pas envie de te garder. Par contre, je ne pense pas que cela soit légal de virer les gens pour cela.

Bref, tout cela dépend entièrement de ce que la Cour de Cassation appelle un "propos excessif", ce qui veut dire tout et rien à la fois.
Le #643021
Parlé en mal sr Internet et bien il faut s'attendre à des répliques et c'est normal.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]