Fukushima : l'estimation du prix de la décontamination multiplié par 5

Le par  |  8 commentaire(s) Source : The Verge
fukushima centrale nucléaire

Alors que le Japon envisage de relancer son programme nucléaire et qu’un nouvel incident est intervenu sur l’un des réacteurs de la centrale de Fukushima, le plan de nettoyage et de décontamination s’annonce plus complexe que prévu.

Le Japon continue de souffrir presque deux ans après qu’un tsunami a secoué l’archipel, entrainant la destruction partielle de la centrale nucléaire de Fukushima.


fukushima Alors que de nouvelles fuites radioactives ont été découvertes et qu’un nouveau réacteur est récemment entré en surchauffe après la panne de son système de refroidissement, le gouvernement japonais programme la reconstruction et le nettoyage d’un désastre écologique majeur.

Le ministère de l’environnement japonais a déjà prévu un plan de décontamination dont le budget a été estimé à 11 milliards de dollars pour une durée de 30 ans. Malheureusement, une nouvelle étude menée par l’Institut National des sciences et technologie de l’industrie avancée (AIST) ont réévalué ce budget à plus de 58 milliards de dollars, soit 5 fois plus.

Cela n’a pas empêché le gouvernement de débloquer simplement 10 milliards de fonds pour le projet.

Contrairement à Tchernobyl, le Japon ne peut pas s’offrir le luxe de laisser une zone aussi vaste inoccupée pendant plusieurs siècles. L’événement a déjà entrainé l’évacuation de plus de 10 000 victimes. Il en est également de l’image du gouvernement et de sa capacité à réagir face à ce type de situation pour justifier la remise en marche des autres réacteurs nucléaires de l’archipel.

À noter qu’à ce jour, les engagements du gouvernement concernant le développement de nouvelles solutions de création d’énergie propre restent en suspens.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1419872
"le Japon ne peut pas s’offrir le luxe de laisser une zone aussi vaste inoccupée pendant plusieurs siècles" le Japon n'aura peut être pas d'autre choix.
Le #1420052
penseurodin a écrit :

"le Japon ne peut pas s’offrir le luxe de laisser une zone aussi vaste inoccupée pendant plusieurs siècles" le Japon n'aura peut être pas d'autre choix.


mais si, ils vont changer les normes et dire qu'il n'y a plus de risque pour la santé....
Le #1420152
Si vous croyez que le coût de cette catastrophe se limitera à 58 milliards, alors vous êtes bien niais. On parle de radio éléments avec des période de demi vie en centaines et millions d'années, qui produisent eux mêmes d'autres composés tout aussi radioactifs...

Nous aurons tous disparu depuis longtemps quand nos descendants iront "estimé" le nombre de malades et de morts liés à cette catastrophe. Et quand bien même : qui avouera ces chiffres, avec des médias qui, on l'a vécu avec Tchernobyl, sont tous sous le contrôle de dictatures soit disant démocratiques ?

Et nous, on en tirera quelles leçons pour nos propres centrales ?
Anonyme
Le #1420162
URSS, Japon, même combat.
A l'époque on pensait que le régime communiste avait volontairement caché la gravité de la situation en minimisant par exemple le nombre de victime.
On se rend compte que dans ce qui est une démocratie, c'est la même chose.

En cas de catastrophe nucléaire, on ne peut finalement pas faire grand chose. Et quoi que le Japon veuille faire, l'environnement autour de la central est contaminé et cela pour plusieurs centaines de milliers d'années.
Le #1420602
Mike-63>>>la différence essentielle, à mon sens, c'est que la "dictature" russe à pas tergiversé ; ils ont envoyé 800 000 hommes pour gérer le problème (bon, y'en a 1/4 qui sont plus là ou trop malade pour en parler...) et ça a pas trop mal marché ; la contamination "aerienne" a été "rapidement" jugulée et le sarcophage permet(tait ?) de contenir la source contaminante...

Là, depuis plus de 2 ans toute l'hémisphère nord ramasse des radio-particules à plus ou moins haute dose (genre la cote ouest du continent américain), sans compter la contamination de l'océan pacifique par rejet d'eau contaminée...

Ca me coûte de dire ça, mais la gestion de la même catastrophe semble quand même plus "bordelique" dans une "démocratie" que sous un régime totalitaire...
Le #1420792
Mike-63 a écrit :

URSS, Japon, même combat.
A l'époque on pensait que le régime communiste avait volontairement caché la gravité de la situation en minimisant par exemple le nombre de victime.
On se rend compte que dans ce qui est une démocratie, c'est la même chose.

En cas de catastrophe nucléaire, on ne peut finalement pas faire grand chose. Et quoi que le Japon veuille faire, l'environnement autour de la central est contaminé et cela pour plusieurs centaines de milliers d'années.


Pas exactement, le produit radioactif le plus volatil et donc celui qui se répand très loin c'est le césium 137, dont la demi vie est de 30 ans, c'est donc grave mais pas autant que tu le laisse supposer

Tous les éléments les plus lourd sont aux abords de la central, c'est là que la décontamination serra la plus difficile
Le #1420822
N'oublions pas que le nucléaire militaire est beaucoup plus dangereux que le nucléaire civile.

Je ne comprends pourquoi les antiènucléaires visent essentiellement les centrales civiles et ne disent pratiquement rien contre toutes les bombes atomiques qu'on a dans nos placards.

Personnellement, je suis pour le nucléaire civile, mais totalement opposé au nucléaire militaire. Si on n'ose pas utiliser des bombes nucléaires, comme c'est le cas en France et au Royaume Uni. alors c'est un gaspillage énorme d'argent publique. Ce seraitcomme la Ligne Maginot, dont on a cru qu'elle protégeait, et qui ne servait à rien sauf à enrichir quelques intérêts particuliers. Si on on les utilise, comme ça arrivera peut-être de la part de pays plus violents que les européens, alors ce sera une catastrophe. Donc, dans les deux cas, ces armes sont très mauvaises.
Le #1421262
billgatesanonym a écrit :

N'oublions pas que le nucléaire militaire est beaucoup plus dangereux que le nucléaire civile.

Je ne comprends pourquoi les antiènucléaires visent essentiellement les centrales civiles et ne disent pratiquement rien contre toutes les bombes atomiques qu'on a dans nos placards.

Personnellement, je suis pour le nucléaire civile, mais totalement opposé au nucléaire militaire. Si on n'ose pas utiliser des bombes nucléaires, comme c'est le cas en France et au Royaume Uni. alors c'est un gaspillage énorme d'argent publique. Ce seraitcomme la Ligne Maginot, dont on a cru qu'elle protégeait, et qui ne servait à rien sauf à enrichir quelques intérêts particuliers. Si on on les utilise, comme ça arrivera peut-être de la part de pays plus violents que les européens, alors ce sera une catastrophe. Donc, dans les deux cas, ces armes sont très mauvaises.


Ouai enfin le plutonium stocké dans les ogives ne risque pas d'entrer en fusion à cause d'un tsunimai / d'une mega tempète, d'un tremblement de terre. Qu'on le laisse pourrir dans un missile planqué dans un bunker avec 5x 10mètre de béton d'enceinte..... c'est vraiment moins préoccupant.

Ensuite il est vrai que le nucléaire à base de fision d'uranium a été choisi au détriment de la fission du thotium ( bien plus propre et avec 200x moins de risque d'emballement ) justement pour sa tendance à produire du plutonium, là je te rejoint et c'est à chier !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]