Google Actualité : les éditeurs Espagnols font machine arrière pour rétablir le service

Le par  |  7 commentaire(s)
Google-nouveau-logo-possible

À la veille de la fermeture de Google News Espagne, les médias espagnols font machine arrière et tentent de reprendre les négociations avec le géant américain.

Depuis aujourd'hui, les médias espagnols n'ont plus accès à Google Actualité, le flux de Google qui met en avant une sélection d'actualités selon plusieurs rubriques. Désormais, pour les sites de presse comme pour les visiteurs, il faudra directement se rendre sur une autre plateforme d'agrégation de contenu, ou vers ses sites favoris pour y consulter les derniers articles en date.

La décision de Google de fermer Actualités en Espagne fait écho à une loi qui impose le reversement d'une partie des droits d'auteurs aux ayants droit par les sites qui agrègent les contenus.

Google-News-Espagne

Google ne souhaite pas mettre la main à la poche ( comme c'est étrange) et a annoncé la fermeture de son service à partir du 16 décembre. Richard Gingras, patron de Google News a indiqué rapidement que cette loi allait se retourner contre les éditeurs : " Cette nouvelle législation oblige chaque publication espagnole à faire payer des services comme Google News quand ils montrent ne serait-ce qu'un très petit extrait. Comme Google News lui-même ne gagne pas d'argent, cette nouvelle approche n'est simplement pas soutenable."

Depuis hier, les médias espagnols redoutent l'échéance. l'AEDE ( Association des éditeurs de journaux espagnols) a confié dans une interview à Spain Report que la fermeture de Google actualité allait " sans aucun doute avoir un impact négatif sur les citoyens."

Désormais, l'association se tourne vers les autorités espagnoles et européennes pour " protéger efficacement le droit des citoyens de s'informer". Car finalement, ce sont les éditeurs qui ont le plus à perdre en termes de trafic.

L'AEDE annonce " Nous avons toujours été ouvertes à des négociations qui soient profitables aux deux parties. Mais Google n'a pas souhaité prendre de position neutre."

Pour l'espagne, il n'est pas question de voir la situation de l'Allemagne se répéter. Suite à une loi sensiblement identique, Google Actualités Allemagne avait préféré ne plus mettre en avant que les articles dénués de tout résumé ou photo, pour ne pas à payer de droits d'auteurs. Résultat : les revenus des éditeurs se sont effondrés en quelques jours avec une baisse de 80 % du trafic généré par Google News. La presse allemande avait finalement été obligée de faire machine arrière et d'accepter les conditions de Google.

En France, la situation est différente. Les négociations avec Google ont abouti à un accord en février 2013 et l'ouverture d'un fonds de 60 millions d'euros pour assister la presse dans sa transition numérique.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1822965
ils l ont voulu, ils l ont eu.

jeff jarvis, un editorialiste specialise dans le domaine du journalisme a bien resume la situation :

"Spanish newspapers formed suicide pact, invited Google to pull the trigger. Google did."
Le #1822971
Ça, pour réclamer des sous et le respect de leurs "droits", les médias se bousculent tous au portillon et ils mobilisent leurs potes juges, fisc et politiciens. Un peu comme pour l'histoire de la crèche interdite je sais plus où en France par des petites têtes. Mais les conséquences, c'est virtuel chez tous ces subventionnés. L'économie réelle leur revient dans la figure. Ils n'ont qu'à développer leurs propres plateformes mais ils sont trop occupés à cracher sur ceux qui contreviennent à leur idéologie et en plus c'est trop difficile de travailler selon le principe de réalité et compétence, donc après avoir rameuté leurs larbins habituels -les juges-, ils vont se soumettre. La confrérie des larbins, quoi (désolé si je suis seul mais je ne les supporte plus).
Le #1822974
Creanmoray a écrit :

Ça, pour réclamer des sous et le respect de leurs "droits", les médias se bousculent tous au portillon et ils mobilisent leurs potes juges, fisc et politiciens. Un peu comme pour l'histoire de la crèche interdite je sais plus où en France par des petites têtes. Mais les conséquences, c'est virtuel chez tous ces subventionnés. L'économie réelle leur revient dans la figure. Ils n'ont qu'à développer leurs propres plateformes mais ils sont trop occupés à cracher sur ceux qui contreviennent à leur idéologie et en plus c'est trop difficile de travailler selon le principe de réalité et compétence, donc après avoir rameuté leurs larbins habituels -les juges-, ils vont se soumettre. La confrérie des larbins, quoi (désolé si je suis seul mais je ne les supporte plus).


pour la creche je suis d accord, il fallait l interdire, c etait normal.

l endoctrinement par une religion quelconque, surtout quand c est recupere par des gens peu recommendables, n a rien a faire dans un batiment de la republique.

il y a des eglises pour ca.

idem pour le pere noel , ou alors ca doit etre facture a coca comme de la PLV.


Le #1822978



Le fait est que Google gagne de l'argent avec Google News, malgré les dénégations. Mais pas directement. Comme d'habitude, c'est la Regie Publicitaire de Google qui amasse les revenus. De préférence dans des paradis fiscaux.
Les medias traditionnels (qui vendent d'abord du papier) n'ont pas franchement a gagner a passer au numérique. Grace a Google et ses moteurs de recherche, l'information est désormais largement gratuite. Ces medias traditionnels sont donc 2-3 options:
- faire payer pour tous leurs articles. Mais sans visibilité "gratuite", difficile de tenir
- laisser certains articles en accès gratuit. Il faut donc une visibilité pour ces articles, qui passe pour l'essentiel par Google News.
- laisser tous les articles en gratuit (Qui ici paye un abonnement a un media numérique?). Et gagner de l'argent avec la pub... en passant par Google forcement!

Bref, Google est en position de force, pour ne pas dire de monopole sur l'accès a l'information. Soit par son moteur de recherche ou d'agrégation, soit par le modèle économique quasiment impose aux medias pour "tenir".
A la limite, si Google jouait le jeu et payait ses impôts en France au ratio ou il y fait des bénéfices, on pourrait imaginer un reversement de ses impôts vers les medias. Mais ca n'est pas franchement souhaitable tant au niveau économique (mieux vaut que chacun gère directement ses propres ressources) que politique (indépendance des medias?).

Que Google gagne de l'argent grâce a ses services, c'est normal. Qu'il ne reverse quasiment rien a personne, c'est parfaitement inacceptable.


PS: Le Père Noel n'a rien a voir avec Coca-Cola
http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/coca-et-le-pere-noel
Le #1822992
Key a écrit :

Le fait est que Google gagne de l'argent avec Google News, malgré les dénégations. Mais pas directement. Comme d'habitude, c'est la Regie Publicitaire de Google qui amasse les revenus. De préférence dans des paradis fiscaux.
Les medias traditionnels (qui vendent d'abord du papier) n'ont pas franchement a gagner a passer au numérique. Grace a Google et ses moteurs de recherche, l'information est désormais largement gratuite. Ces medias traditionnels sont donc 2-3 options:
- faire payer pour tous leurs articles. Mais sans visibilité "gratuite", difficile de tenir
- laisser certains articles en accès gratuit. Il faut donc une visibilité pour ces articles, qui passe pour l'essentiel par Google News.
- laisser tous les articles en gratuit (Qui ici paye un abonnement a un media numérique?). Et gagner de l'argent avec la pub... en passant par Google forcement!

Bref, Google est en position de force, pour ne pas dire de monopole sur l'accès a l'information. Soit par son moteur de recherche ou d'agrégation, soit par le modèle économique quasiment impose aux medias pour "tenir".
A la limite, si Google jouait le jeu et payait ses impôts en France au ratio ou il y fait des bénéfices, on pourrait imaginer un reversement de ses impôts vers les medias. Mais ca n'est pas franchement souhaitable tant au niveau économique (mieux vaut que chacun gère directement ses propres ressources) que politique (indépendance des medias?).

Que Google gagne de l'argent grâce a ses services, c'est normal. Qu'il ne reverse quasiment rien a personne, c'est parfaitement inacceptable.


PS: Le Père Noel n'a rien a voir avec Coca-Cola
http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/coca-et-le-pere-noel


ah , autant pour moi !!

c est vrai que c est une legende bien ancree dans la culture collective.

merci du redressement productif !

sinon, mediapart arrive bien a tenir avec un modele tout payant, donc rien d impossible, a condition de faire de l info d investigation et non de reprendre betement les depeches AFP en copier coller.
*
et un modele mixte marche bien aussi, les articles de fond payants et les depeches gratuites.
Anonyme
Le #1823129
kerlutinoec a écrit :

PTDR !


Je dirais même mieux : LOL+MDR+PTDR.

Quel sera le prochain pays à tenter sa chance ???
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]